Publié par Gaia - Dreuz le 20 juillet 2019

Source : Lefigaro

La décision de la préfecture du Val-de-Marne a suscité une vague d’indignations sur les réseaux sociaux.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Dépasser le temps de travail légal en France représenterait-il un motif solide pour se voir refuser la nationalité française ? Selon la préfecture du Val-de-Marne, «travailler trop» peut en effet être préjudiciable.

Le mois dernier, une infirmière du département s’est vue refuser sa demande de naturalisation, pour deux ans, au motif du «non respect de la loi». La lettre de refus, partagé en premier lieu sur le réseau social Twitter par un ami de l’infirmière, a provoqué une vague d’incompréhensions et d’indignations de la part des internautes. Contacté par nos confrères de 20 Minutes, la préfecture a bien confirmé l’authenticité du courrier.

L’infirmière cumule trois emplois et 59 heures de travail par semaine

L’infirmière, qui cumule trois emplois et effectue en moyenne près de 271 heures de travail pas mois, soit 59 heures de travail par semaine, est considérée en infraction «au regard de la réglementation sur le temps de travail en France». Cette dernière limitant à 48 heures par semaine et « 44 heures par semaine en moyenne sur une période de douze jours consécutifs», selon le site service-public.

Selon les informations de 20 Minutes, la demandeuse déboutée ne compte pas en rester là et devrait ainsi faire appel de la décision auprès du ministère de l’Intérieur. Par ailleurs, sur Twitter, de nombreux internautes n’ont pas manqué de faire signaler que le dépassement du temps de travail était une pratique très courante dans le milieu hospitalier français.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz