Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 juillet 2019

Rouen, vendredi – Le docteur Mamadou Barry a été tabassé à mort devant sa femme par des supporters algériens qui ont cru qu’il était sénégalais.

Il n’a pas été tabassé à mort par des blancs, donc son histoire n’intéresse pas les médias, qui ne peuvent pas utiliser la carte raciste, ni les politiques, qui n’y voient aucun gain à en tirer.

Pourtant, le vrai racisme importé d’Algérie, il est là, et non chez les Français de souche. L’homophobie violente également, mais c’est encore un sujet trop tabou pour que les victimes osent sortir du placard et décrire leurs agresseurs.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

La France accueillait temporairement ce chercheur Guinéen âgé d’une trentaine d’années, qui venait de recevoir son doctorat en Droit de l’Université de Rouen Normandie, après le soutient de sa thèse le 27 juin dernier.

Il était accompagné de sa femme. C’était le soir de la finale qui a vu la victoire de l’Algérie lors de la Coupe d’Afrique des Nations de football, disputée au Caire, en Egypte. Barry était au volant de sa voiture en compagnie de sa femme. Arrêté à un feu rouge, à Canteleu, un Algérien l’a repéré et lui a dit « vous les noirs, on va tous vous exterminer », croyant avoir en face de lui un sénégalais, rapporte Guinée Matin.

Une altercation a éclaté au cours de laquelle Mamoudou Barry a été frappé avec une extrême violence à la tête. Son agresseur aurait également menacé sa femme avant de continuer tranquillement sa route. 

A l’arrivée des secours, Mamoudou Barry était inanimé. Il a été transporté dans le coma au CHU de Rouen où il est décédé samedi dans l’après-midi. Il était père d’une petite fille. 

Il s’est fait éclater le crâne..

Il avait une fille. il est décédé de ses blessures ce samedi, 20 juillet 2019, laissant une veuve et une enfant.

« Il était au service de la réanimation avec l’oxygénateur du cerveau. Il a rendu l’âme aujourd’hui », a confié un de ses proches. 

Ce jeune guinéen âgé d’une trentaine d’années a décroché son Doctorat en Droit il y a moins d’un mois. Mamoudou Barry laisse derrière lui une veuve et une fille.

Selon un de ses proches qui s’est confié à un journaliste d’Africaguinee.com parce que BFMTV a refusé d’enquêter, et que France 3, trop occupée à relayer les accusations de racisme contre Nadine Moreno, a rapporté l’affaire de telle sorte qu’on ne connaisse pas les faits essentiels, Barry a « d’abord été victime d’une agression verbale, puis physique d’une extrême violence qui lui a causé des lésions cérébrales et l’ont mis dans un coma profond dès la soirée du 19 juillet. »

Le Procureur de la République s’est saisi de l’affaire. La police a ouvert une enquête. Mais cela, vous ne l’apprendrez que si vous lisez Dreuz.

Les journalistes s’en foutent. Il a été massacré dans l’omerta totale des médias par des racailles que les immigrationnistes présentent comme une chance pour la France. Ces mêmes médias qui accusent Dreuz de racisme et de je ne sais quelle autre débilité pour décourager les gens de nous lire – en vain.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz