Quantcast
Publié par Albert Soued le 30 juillet 2019

Malheureusement, ces 4 femmes représentent une bonne partie de la nouvelle génération d’Américains qui ont été élevés, avec une histoire déformée de l’Amérique, des valeurs erronées et un endoctrinement par des institutions éducatives de gauche.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Une nouvelle culture politique est arrivée à Washington avec la dernière élection des représentants. Alexandria Ocasio-Cortez, Ilhan Omar, Rashida Tlaib et Ayanna Pressley.

Ilhan Omar résonnait exactement comme les dirigeants musulmans qui ont historiquement menacé Israël, en déclarant qu’ils seraient le cauchemar d’Israël, mais dans le cas d’Omar, elle parlait du président des États-Unis. En parfaite harmonie avec la culture arabe des menaces contre Israël, Ilhan Omar a déclaré qu’elle serait le cauchemar de Trump.

Ces 4 membres du Congrès ont fait irruption sur la scène politique pour raviver le rêve démantelé d’Obama de transformer fondamentalement l’Amérique d’une superpuissance capitaliste de la République constitutionnelle, en un simple « État socialiste démocrate » (rien de spécial).

Elles se nomment elles-mêmes « The Squad ou l’Escouade » et embrassent sans gêne le socialisme, l’anti-américanisme et l’antisémitisme, et elles affichent un Islam particulièrement radical, qui est pro-Hamas, mais qui a été abandonné aujourd’hui par plusieurs pays musulmans modérés.

« L’Escouade » est devenue le symbole de la fusion du socialisme/communisme(rouge) et de l’islam (vert) dans la politique américaine. Récemment, Omar et Tlaib ont ajouté une autre couche d’indignation au mouvement antisémite BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions). Ces femmes se comportent avec une attitude de « vous me devez ceci ou cela« . Elles blâment et insultent l’Amérique et le président Trump à chaque fois qu’elles en ont l’occasion. Lorsque Tlaib a été interrogée au sujet de son insulte publique et vulgaire du Président ; elle a refusé de s’excuser et a déclaré que c’est ainsi qu’elle et ses électeurs parlent ; un ajout intéressant au dialogue politique en Amérique.

Malheureusement, ces femmes représentent une bonne partie de la nouvelle génération d’Américains qui ont été élevés avec une histoire déformée de l’Amérique, des valeurs erronées et un endoctrinement par des institutions éducatives de gauche. Elles sont incitées à se considérer comme des victimes, des « femmes de couleur », ce qui, dans l’esprit des gauchistes, leur donne droit à un statut spécial pour ne pas être remises en question, et à des attentes d’un pouvoir sur les autres. En d’autres termes, être une femme de couleur signifie « nous sommes au-dessus des critiques et avons le droit de vous insulter et si vous vous y opposez, vous êtes raciste ».

Un tel comportement ouvertement rebelle de politiciens contre le système politique d’un pays ne pourrait être toléré que dans la culture libérale de la politique occidentale d’aujourd’hui, mais ne serait jamais toléré dans les pays socialistes ou islamiques, pays d’origine de certaines des membres de « l’Escouade ».

Contrairement aux sociétés libres, les cultures socialistes et islamiques oppressives créent un climat de peur et de méfiance, où les citoyens avancent, en marchant les uns sur les autres, en trompant et en jouant aux victimes. Cela a pénétré le système politique américain où le fait de se qualifier de « personne de couleur » pouvait apporter avec lui beaucoup de pouvoir.

Le pouvoir en Amérique : le look ethnique

Faut-il s’étonner que certains Américains blancs essaient aujourd’hui de se faire passer pour des minorités ? Elizabeth Warren a faussement prétendu être indienne, Rachel Dolezal a prétendu être noire et alors que Robert O’Rourke se fait appeler officiellement « Beto » pour donner l’impression qu’il est latin. Personnellement, j’ai connu une femme musulmane qui n’a jamais porté de hijab en Égypte, mais qui a commencé à le porter en Amérique. Quand je lui ai demandé pourquoi, elle a dit : « Le regard ethnique est le pouvoir en Amérique…. »

Ces deux idéologies apparemment sans rapport, le socialisme et l’islam, ont prouvé leurs similitudes tout au long de l’histoire, et ont produit des sociétés totalitaires qui partagent de nombreuses similitudes dans la façon dont les individus voient l’État et travaillent de manière tordue autour du système pour obtenir le pouvoir.

Le plus éminent juriste et philosophe islamique du 20ème siècle, le cheikh Abul A’la Maududi, a lié sans équivoque l’islam au communisme et au fascisme et a ajouté que l’islam n’est pas seulement une religion mais, comme le communisme, cherche à contrôler chaque aspect de la vie et de l’activité individuelle.

Le socialisme/communisme et l’islam/la chariah sont également similaires dans leur rébellion et leur rejet des valeurs bibliques. Il y a une raison pour laquelle les socialistes et les musulmans sont tous deux antisémites, anti-chrétiens et anti-bibliques américains. En un mot, les valeurs bibliques sont le principal obstacle à la réalisation de leur utopie socialiste/islamique. Et c’est pourquoi les socialistes Ocasio-Cortez et les musulmans Omar et Tlaib sont à la fois antisémites et critiques des valeurs bibliques traditionnelles.

Les sociétés qui adoptent les valeurs bibliques sont le miroir opposé et en contraste flagrant avec les sociétés ayant des valeurs socialistes et/ou islamiques, et c’est pourquoi le dieu de la Bible est une menace pour ces systèmes totalitaires.

 « L’autre est maléfique »

La Bible enseigne à ses disciples qu’ils ne sont pas en guerre contre « la chair et le sang », mais contre le Diable ; en d’autres termes, ils ne sont pas en guerre contre des humains d’une autre classe, religion, origine nationale ou race. Les sociétés fondées sur un tel principe biblique ont la chance d’être moins enclines à considérer leurs concitoyens comme leurs ennemis.

D’autre part, Allah dans l’Islam a déclaré la guerre littéralement contre les humains « en chair et en os« . Le Coran est plein de malédictions contre les ennemis humains d’Allah, les « Qafir » (infidèles). Et Allah punira ou récompensera les musulmans en fonction de leur haine et de leur volonté de convertir ou de tuer ces « Qafir ». Sur cette base, l’existence de « l’autre« , mauvais par définition, est essentielle dans l’ensemble des valeurs islamiques. C’est l’une des raisons pour lesquelles les sociétés islamiques sont pleines de conflits, de reproches, avec une mentalité de victimes.

C’est pourquoi les cultures islamiques et socialistes, dépourvues de valeurs bibliques, sont des cultures d’envie, de méfiance et de reproche. Dans une telle culture, les citoyens apprennent l’art de la tromperie, de la colère, l’art de blâmer les autres tout en prétendant être des victimes, pour s’autonomiser. C’est la culture d’où Omar, Tlaib et moi venons, mais il m’a fallu toute une vie pour extirper complètement cette culture de mon âme.

En un mot, l’Amérique a été fondée par et pour des individus qui se considèrent comme n’étant pas en guerre avec d’autres citoyens et que leur vie, leur liberté et leur poursuite du bonheur leur ont été données par leur créateur (le dieu biblique) et non placées dans les mains de l’État ou d’autres humains. L’Amérique a été construite sur l’autosuffisance et la création de richesse par le travail et l’innovation et n’a jamais été construite sur les valeurs de « nous contre eux » ou sur la réalisation de la richesse en la saisissant des autres.

Même au niveau international, les pays islamiques et socialistes sont en tête du peloton mondial pour ce qui est de l’industrie des griefs, du blâme des autres et des demandes de traitement spécial et de sacrifices de la part des autres pour faire amende honorable. Tout en exigeant tout cela, ils insultent, calomnient et fabriquent souvent des histoires contre leur adversaire et sont facilement offensés, s’ils sont critiqués ou si leur abus est contesté, ce qui résume bien le comportement de « l’ Escouade » au Congrès.

Une telle stratégie consistant à blâmer le monde extérieur d’être de fausses victimes a fait des merveilles pendant plus de 70 ans pour les dirigeants palestiniens qui continuent de prendre le monde en otage, tout en volant leurs concitoyens opprimés, pour que le monde entier puisse le voir.

Les sociétés socialistes et islamistes dysfonctionnelles sacrifient les droits individuels au nom du « bien » collectif. Sous l’Islam, le califat et Allah ne font qu’un et doivent gouverner selon « la Chariah ». La chariah stipule qu’un chef d’État musulman (Khalifa) est à l’abri de poursuites pour des crimes aussi graves que le meurtre et d’autres péchés interdits par l’Islam, et qu’il « doit être obéi même s’il est injuste » – cela, bien sûr, tant qu’il règne selon la chariah. Dans les systèmes islamiques et socialistes, le chef de l’Etat n’a d’autre choix que de remplacer Dieu, et les citoyens n’ont d’autre choix que de vivre à sa merci.

Une nouvelle dégradation du débat politique

Les femmes de « l’Escouade » au Congrès ont intensifié l’attaque libérale contre le système américain et ont apporté une nouvelle dégradation dans le débat politique. Ils sont non seulement habilités, mais aussi acceptés, défendus, dorlotés et couverts par l’Establishment politique et social libéral. Leur attitude est hostile et tyrannique et est cimentée par une culture de victimisation et de griefs, dans le but d’obtenir le pouvoir en contournant les règles pour les uns et en inventant des crimes pour les autres. Ce sont en effet les « 4 Cavalières de l’Apocalypse« .

Par Nonie Darwish, militante américaine des droits de l’homme, fondatrice « d’Arabes pour Israël », directrice de « Former Muslims United » et auteur de « Wholly Different ; Why I choose Biblical Values Over Islamic Values« .

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz