Quantcast
FLASH
[22/09/2019] Élection israélienne. La liste arabe unie donne son mandat à Gantz pour faire tomber Netanyahu  |  Élection israélienne. Il est intéressant de noter que le President Rivlin a rappelé à la délégation de Gantz que @netanyahu n’a pas été inculpé  |  Élection israélienne. Gantz a rencontré les dirigeants des partis de gauche et ils ont clarifié leurs plans pour le prochain gouvernement : remplacer @netanyahu  |  Élection israélienne. La réunion de la liste arabe s’est terminée sans décision de recommander Gantz comme 1er ministre  |  Ministre hongrois des Affaires étrangères sur les quotas de redistribution des migrants décidée par Macron: « Nous les rejetons ! »  |  Un avion de combat non identifié a bombardé une base militaire appartenant à des terroristes chiites soutenus par l’Iran dans la région d’al-Anbar dans l’ouest de l’Irak. Aucune victime signalée  |  [21/09/2019] ISIS revendique l’explosion d’un bus qui a fait 19 morts en Irak  |  1er ministre australien: « L’une des nombreuses choses que Trump et moi avons en commun, c’est la passion du travail bien fait… Je le félicite la création d’emplois aux États-Unis  |  Militants pour le Climat et Black bloc, même combat, les deux groupes manifestent ensemble en ce moment à Paris  |  #GiletsJaunes: À 14 heures, 123 interpellations et 174 personnes verbalisées à Paris  |  L’Obs affirme que Michel Onfray « souscrit aux thèses d’Asselineau » – Onfray dénonce la fake news sur son site  |  Iran : augmentation du trafic d’organes  |  #Giletsjaunes, 106 interpellations à 13 h – ça rigole pas  |  #Giletsjaunes, le nouveau souffle ? 9 interpellations à Paris dans les manifestations  |  [20/09/2019] Le maire communiste de New York Bill de Blasion, qui a défiguré New York, abandonne la course à la présidence – il était à zéro % !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 31 juillet 2019

Un cimetière militaire secret pour dissimuler les traces d’une insurrection islamiste au Nigeria. Le président qui annonce que la guerre est gagnée, tandis que l’armée cache ses victimes, et que les soldats enterrent leurs camarades dans des tombes anonymes : c’est la guerre secrète du Nigeria contre l’islam radical.

A la limite nord de l’immense base militaire de Maiduguri, un vaste terrain vague en terre battue cache le bilan de l’offensive meurtrière des affiliés de l’Etat islamique.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Après la tombée de la nuit, les corps des soldats sont secrètement transportés à partir d’une morgue qui est parfois si encombrée que les cadavres sont livrés par camion, selon des soldats nigérians, des diplomates et un haut responsable du gouvernement. Les corps sont déposés à l’aide d’une lampe de poche dans des tranchées creusées par des fantassins ou des villageois locaux payés quelques dollars par équipe.

Plusieurs de mes camarades ont été enterrés la nuit dans des tombes non marquées », a déclaré au Wall Street Journal — qui a publié ces révélations — un soldat de la caserne Maimalari, où se trouvent plus de 1 000 soldats. « Ils meurent et sont effacés de l’histoire. »

Le cimetière secret de Maimalari n’est pas le seul dans le nord-est du Nigeria, a déclaré le haut responsable du gouvernement.

L’islam tente de conquérir le Nigeria depuis 10 ans pendant que les médias parlent d’une religion d’amour

Le Nigeria est le pays africain le plus peuplé (plus de 182 millions d’habitants), divisé probablement à égalité entre chrétiens et musulmans.

  • La majorité des musulmans nigérians sont sunnites.
  • Il existe une présence chiite puissante d’environ 2 à 4 millions de personnes.
  • Les musulmans sont concentrés dans la région nord du pays.
  • Les chrétiens dominent le sud.
  • La plupart des chrétiens sont protestants (au sens large).
  • Environ un quart d’entre eux sont catholiques.

Comme le Nigeria a la plus grande population musulmane d’Afrique subsaharienne, l’islam a décidé de conquérir ce pays.

Après que les forces de sécurité nigérianes eurent tué le fondateur de Boko Haram, Muhammad Yusuf, lors d’affrontements avec ses partisans en juillet 2009, son député, Shekau, est devenu son successeur.

Les loyalistes de Shekau s’inspirent du style militant d’Al-Qaida et de son appel pour la création d’un État islamique « pur » au Nigeria. C’est par ce même procédé que l’islam, parti d’une pauvre région du monde, règne sur près de 56 pays dans le monde, et travaille constamment à étendre son territoire à la terre entière, raison de la présence de musulmans dans des régions totalement improbables comme le Canada ou le nord de l’Europe, qui ne correspond pas aux éléments climatiques de leur milieu d’origine.

Les cimetières affichent une image en désaccord avec une guerre que le président nigérian Muhammadu Buhari, un ancien général, a dit à plusieurs reprises que son armée avait gagné, et celle du Premier ministre français qui déclare que l’islam est une religion d’amour.

La réalité est que le Nigeria, la plus grande force terrestre d’Afrique — allié des États-Unis dans la lutte contre le terrorisme — lutte contre la tentative d’invasion de l’islam qui a éclaté il y a dix ans, et qui est maintenant rajeunie par l’État islamique et le retour des combattants de Libye, de Syrie et d’Irak.

La réalité est que les envahisseurs contrôlent maintenant des centaines de kilomètres carrés de territoire sur quatre pays autour du bassin du lac Tchad, un carrefour de l’Afrique où les militaires américains, britanniques et français ont des bases ou offrent un entraînement aux forces spéciales.

La réalité est que cette semaine encore, des musulmans ont attaqué des funérailles à la périphérie de Maiduguri, tuant au moins 65 personnes, selon des responsables gouvernementaux.

Ce groupe est l’un des plus efficaces, sinon le plus efficace, contingent de l’État islamique à l’heure actuelle », rapporte Site Intelligence, un groupe de surveillance du terrorisme qui lui ne parle pas de religion tolérante des autres.

  • L’été dernier, le gouvernement nigérian a cessé de rapporter le nombre de soldats victimes des combats contre Boko Haram et un groupe dissident qui se fait appeler Province de l’Etat islamique d’Afrique de l’Ouest.
  • M. Buhari a été réélu en février après une campagne axée sur la sécurité, au cours de laquelle il a répété que les insurrections islamistes au Nigeria avaient été « techniquement vaincues ».

Mais le vaste cimetière secret de Maiduguri et le cimetière officiel de la base, le commandement opérationnel du front nord-est de l’État de Borno, abritent aujourd’hui les corps d’au moins 1 000 soldats tués depuis que les groupes terroristes ont lancé une offensive l’été dernier, selon des soldats et responsables militaires — dont certains ont estimé le bilan à beaucoup plus de morts.

L’armée nigériane et la présidence n’ont pas répondu aux demandes de commentaires sur la guerre, les victimes et les cimetières secrets.

Alors que le cimetière secret de la caserne Maimalari s’agrandit, l’armée a étendu le site aux champs voisins. « Les terres agricoles ont été clôturées pour qu’ils puissent enterrer les forces », a déclaré Sarah James, une agricultrice de 50 ans dont le mari est un soldat à la retraite.

Le tabou officiel et la faiblesse de l’économie ont rendu les soldats nigérians mal équipés pour combattre l’invasion de l’islam

  • Le moral s’effondre, la discipline commence à s’effilocher, ont déclaré les soldats et le haut fonctionnaire.
  • Les soldats qui, en temps normal, se relaient tous les deux ou trois mois, participent à des opérations actives depuis des années.
  • Des vidéos visionnées par le Wall Street Journal montrent des troupes nigérianes distribuant d’horribles tortures aux djihadistes.
  • Les vidéos, qui montrent le démembrement et le meurtre de suspects, suggèrent que les troupes ont souffert de traumatismes.
  • Les unités qui ont subi des pertes ont un moral à la baisse et ne sont pas en position d’attaquer. Au lieu de cela, elles défendent des bases mal construites, dans des zones exposées, et contre un ennemi de mieux en mieux équipé et financé par l’étranger, Qatar en tête.

Il y a une fausse représentation de la guerre qui a de graves conséquences tactiques et opérationnelles », a déclaré Chidi Nwaonu, un ancien soldat nigérian qui dirige maintenant une société de conseil en sécurité, Vox Peccavi.

Il précise que la bravoure des troupes était minée par les mauvaises décisions des commandants supérieurs. « C’est à mi-chemin entre l’erreur et la conspiration », a-t-il dit.

Vaincu en Irak et en Syrie, l’Etat islamique ouvre un nouveau chapitre

La montée en puissance rapide de l’Etat islamique nigérian, connu sous le nom d’ISWAP, ouvre un nouveau chapitre pour le mouvement djihadiste après sa défaite en Syrie et en Irak », ont déclaré des responsables nigérians et occidentaux.

  • Les quelque 5 000 combattants de l’ISWAP se sont établis dans les régions frontalières du lac Tchad, où ils s’immiscent dans les communautés, contrôlent les routes commerciales, taxent l’industrie de la pêche et imposent une forme littérale de la justice islamique — la charia.
  • Le commandement de l’État islamique a conseillé à ISWAP de concentrer les attaques sur les forces de sécurité, contrairement à Boko Haram, qui a commis des centaines d’attentats-suicides à la bombe et tué 276 écolières en 2014 après les avoir enlevées.
  • L’ISWAP attaque généralement la nuit, lorsque la puissance aérienne nigériane est moins efficace.

Une aide américaine, merci à Trump

Les responsables militaires occidentaux disent que l’armée nigériane est tellement éreintée que ses hauts gradés ne parlent plus sérieusement de vaincre l’insurrection, mais simplement « de la contenir », une expression qu’employait Obama pour dire que les Etats-Unis ne seraient pas capables d’éliminer ISIS.

Dans une vidéo diffusée par l’État islamique en juin dernier, des islamistes posent devant des chars saisis, des véhicules blindés de transport de troupes et des navires de guerre, et avertissent les forces gouvernementales de se repentir « avant de vous attraper ». La vidéo montre des musulmans tuant quatre soldats nigérians par un peloton d’exécution, et un autre par une grenade propulsée par une fusée.

Informé de la situation, le président Trump a offert un soutien supplémentaire des États-Unis à l’armée nigériane.

  • Des experts américains sont en train de former des équipes de déminage nigérianes.
  • Les États-Unis ont accordé en novembre un contrat de 329 millions de dollars à Sierra Nevada Corp. pour la fourniture de 12 avions d’attaque légers A-29 à l’armée de l’air nigériane, avec un objectif d’achèvement pour 2024.

Les soldats n’ont pas le droit de s’adresser aux médias et certains commandants d’unité ne signalent pas les décès pour préserver leurs maigres allocations budgétaires, ont déclaré des soldats et des diplomates.

Mais les nouvelles commencent à se répandre dans les médias sociaux.

Après une attaque en novembre sur la base militaire de Metele, perchée à la frontière entre le Nigeria, le Niger et le Tchad, une vidéo de cinq minutes a circulé parmi les soldats, montrant les conséquences de l’attaque. Sur des images de chars et de véhicules blindés fumants, un narrateur déplore la qualité de l’équipement militaire que la base a reçu.

Voyez les armes qu’ils apportent ici. Cela ne fonctionne pas, dit-il. Pas moins de 100 soldats sont morts ici. Beaucoup manquent à l’appel, ils sont introuvables. »

L’armée nigériane a d’abord refusé de commenter l’attaque.

Après des questions du Sénat, l’armée a déclaré que 23 soldats avaient été tués. Il a déclaré que de faux chiffres de victimes et le partage de vidéos inexactes renforçaient « l’intention de propagande des terroristes ».

Mais le secret du conflit, de la situation de l’armée, et le sujet des victimes est si fort qu’il n’est pas clair si les dirigeants politiques nigérians sont au courant de l’état du conflit.

Lorsque le président Buhari s’est rendu à la base de Maiduguri en novembre, les commandants se sont précipités pour enterrer les corps qui se trouvaient à la morgue après l’attaque de la base de Metele et plusieurs autres, selon plusieurs soldats de la base. Ils ont déplacé les corps de la morgue dans les tombes non marquées sous le couvert de l’obscurité.

Nous pouvions voir les phares des voitures et les torches de la division du génie creusant les tombes », a déclaré un soldat.

Alors que les commandants préparaient la base pour l’arrivée du président, ils ont également recruté du personnel médical supplémentaire pour soigner les dizaines de soldats blessés dans les services hospitaliers de la base.

M. Buhari est arrivé avec un grand groupe de journalistes pour couvrir sa campagne de réélection. L’ancien général avait mis la sécurité à l’avant-plan.

Alors que le président prononçait un discours vibrant devant les soldats, certains ont tenté de le déranger pour qu’il enregistre des plaintes au sujet de leurs conditions de vie.

M. Buhari s’est engagé devant son auditoire à « faire tout ce qui est en mon pouvoir pour continuer à vous donner les moyens d’agir, et il a promis d’améliorer le bien-être des soldats.

S’il vous plaît, gardez votre loyauté envers le pays, » dit-il.

Qui doute que les politiciens tiennent parole ?

Al-Zakzaky : le bras armé de l’Iran

Ibrahim al-Zakzaky, leader des musulmans chiites, s’est fait connaître pendant ses années d’études, dans les années 1970, en tant que leader étudiant influencé par les Frères musulmans, exigeant que la charia remplace la Constitution nigériane. Toutefois, après la révolution islamique iranienne de 1979, il a fait partie des nombreux musulmans du nord du Nigeria qui s’intéressèrent à l’Iran comme modèle de changement dont le Nigeria avait besoin, et il se rendit en Iran pour voir la République islamique.

Zakzaky devint chiite en 1994. Muhammed Yusuf, alors âgé d’environ 25 ans et cofondateur de Boko Haram en 2002-2003, se sépara alors d’al-Zakzaky, refusant de devenir chiite, et resta sous influence salafiste.

Le 26 juillet dernier, la Haute Cour fédérale d’Abuja, la capitale nigériane, a interdit l’organisation chiite IMN ou Mouvement islamique au Nigeria, déclarant que ses activités constituaient « du terrorisme et de l’illégalité ». L’ordonnance du tribunal a été rendue à la demande du procureur général à la suite d’affrontements répétés au cours des dernières semaines entre le IMN et les forces de sécurité.

Bien que les observateurs aient spéculé sur la possibilité que l’IMN, la plus grande organisation chiite du Nigeria, devienne « un deuxième Boko Haram », il semble que son mode opératoire sera plutôt l’insurrection clandestine, largement handicapé par les sanctions économiques du Président Trump contre l’Iran.

Conclusion

Ainsi fonctionne la géopolitique, par un subtil jeu de dominos, auquel le Président Trump a sans aucun doute révélé une habileté extraordinaire que même ses partisans ne perçoivent pas ou peu.

En dénonçant les Accords sur le nucléaire iranien qui ne prévoyaient aucune demande en matière de renoncement au financement mondial du terrorisme ni à l’arrêt de l’armement en missiles longue portée, Trump a imposé des sanctions économiques sans précédent au régime islamique, lequel s’est retrouvé en position de ne plus pouvoir financer les opérations terroristes de déstabilisation au Moyen-Orient et en Afrique, lesquelles régions sont d’importants fournisseurs de « réfugiés » vers l’Europe.

Ainsi, même les peuples européens les plus anti-Trump profitent de ses décisions qui réduisent le flux constant de migrants illégaux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz