Quantcast
FLASH
[17/09/2019] Election Israël: Echantillon Rotter: Likoud; 37, Gantz: 34, Liste jointe (arabe) 11, Shas 8, Iahadut hathora 8, Yamina (Shaked Bennet) 7, Liberman : 7, Camp démocrate 4, Havoda/Gesher 4  |  Election Israël: à l’échelon national, le taux de participation est en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Premier sondage coalition « naturelle » : Likoud 57 sièges, Gantz 55 – c’est le seul sondage qui compte  |  Election Israël: Netanyahou = 33 sièges, Gantz = 34 sièges – ce qui ne dit rien puisque l’élection est une affaire de coalitions  |  Election Israël: des hackers localisés en Indonésie ont tenté de pirater les ordinateurs du parti de Liberman  |  Election Israël: Netanyahou: « nous pouvons encore gagner »  |  Ayelet Shaked: « c’est la dernière heure pour bloquer un gouvernement de gauche »  |  Election Israël: taux de participation à 20h = 63,7%, en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Taux de participation des Arabes à 20h: 63,8%  |  Election Israël: Yaïr Lapid s’adresse à des téléphones éteints pour stimuler les derniers votants  |  Election Israël: Netanyahou : « si nous perdons, il y aura distribution de bonbons à Téhéran et à Gaza »  |  Election Israël: durant un podcast, un journaliste révèle par inadvertance que les chiffres de Bleu et Blanc sont plus faibles dans les villes autour de Tel Aviv qu’au centre  |  Election Israël: A Hadera, des activistes d’Israel Beitenou (Liberman) attrapés en vidéo offrant 500 shekels pour un vote  |  Election Israël: si le taux de participation arabe est élevé, et le taux de participation en Judée Samarie est faible, on est parti pour des mauvaises surprises  |  Election Israël: Le taux de participation en Judée Samarie serait faible  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 5 août 2019
AOC & Saikat Chakrabarti

Saikat Chakrabarti, l’ex-organisateur de Bernie Sanders et personnage-clé de la campagne d’Alexandria Ocasio-Cortez, a quitté son poste de chef de cabinet et directeur des Communications après une série de controverses.

Saikat Chakrabarti est né et a grandi dans une famille bengali à Fort Worth, au Texas. Il a étudié à l’Université Harvard, où il a obtenu un baccalauréat en informatique en 2007. En 2015, Chakrabarti s’est joint aux premières étapes de la candidature présidentielle du sénateur américain Bernie Sanders.

Chakrabarti est devenu le directeur de l’organisation de la technologie de la campagne Sanders et a participé à l’effort qui a permis de créer une technologie permettant aux partisans de la base de collaborer à l’organisation d’événements. Le logiciel a aidé les bénévoles à en trouver d’autres qui vivaient à proximité et à coordonner le travail de « millions » d’entre eux afin qu’ils se rendent sur le terrain, multipliant l’effort des bénévoles locaux et du personnel.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Mary Kay Linge et Jon Levine, paru le 3 août dans le New York Post.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.


Le gouvernement fédéral mène une enquête concernant le chef de cabinet d’Alexandria Ocasio-Cortez, Saikat Chakrabarti, après sa démission soudaine

Les Fédéraux enquêtent sur d’éventuels méfaits de financement de campagne qui auraient été commis par le chef de cabinet de la Représentante Alexandria Ocasio-Cortez (AOC), Saikat Chakrabarti. Ce dernier faisait la pluie et le beau temps dans l’équipe d’AOC. Il a soudainement démissionné vendredi (le 2 août), d’après des sources fédérales du New York Post.

L’enquête est centrée sur deux Comités d’Action Politique (PAC) fondés par Saikat Chakrabarti, le principal assistant qui a démissionné en même temps que le porte-parole de Mme Ocasio-Cortez, Corbin Trent, selon les mêmes sources. M.Trent a quitté son poste afin de se joindre à la campagne de réélection de la congressiste en 2020.

L’audacieux M. Chakrabarti, qui a dirigé la campagne d’AOC et piloté sa proposition de Green New Deal, avait provoqué un tollé dans les salles du Congrès à cause d’une série de tweets combatifs qui ont contribué à créer un fossé entre sa jeune patronne et la Présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi.

« Les gens n’étaient pas contents qu’il ait utilisé son compte Twitter pour faire des commentaires au sujet des membres et des projets de loi auxquels lui et elle s’opposent », a déclaré un haut fonctionnaire démocrate de la Chambre des Représentants. « Il y a eu une série de plaintes en cascade ».

Les deux PAC sur lesquels les Feds enquêtent, le Brand New Congress et le Justice Democrats, ont tous deux été mis sur pied par Chakrabarti pour appuyer des candidats progressistes partout au pays.

Mais ils ont versé plus d’un million de dollars en dons politiques à deux sociétés privées que Chakrabarti a également mises sur pied et dont il a le contrôle, selon les dépôts de la Commission électorale fédérale (FEC) et une plainte déposée en mars auprès de l’organisme de réglementation.

En 2016 et 2017, les PAC ont recueilli environ 3,3 millions de dollars, principalement auprès de petits donateurs. Un tiers de l’argent a été transféré à deux sociétés privées dont les noms sont similaires à ceux de l’un des PAC – Brand New Congress LLC et Brand New Campaign LLC – d’après ce que montrent les déclarations de campagne électorale obtenus par la FEC.

Bien que les PAC doivent respecter des règles fédérales rigoureuses en matière de divulgation des dépenses et de collecte de fonds, les sociétés privées ne sont pas assujetties à la même transparence.

La plainte déposée par le National Legal and Policy Center, un groupe de surveillance gouvernemental basé en Virginie, alléguait que les LLC (NdT: compagnies à responsabilité limitée ) semblaient avoir été créées pour échapper aux exigences fédérales en matière de déclarations de campagne électorale.

En mars, lorsque les plaintes de la FEC ont été déposées, un avocat des PAC, des LLC et de la campagne de Mme Ocasio-Cortez a déclaré au Washington Post que l’arrangement « respectait pleinement la loi et les normes éthiques les plus élevées » et que Chakrabarti n’a jamais bénéficié d’aucun des comités politiques qu’il a créé.

Selon la plainte, il se peut aussi qu’ils aient enfreint la limite de 5 000 $ imposée aux contributions versées aux candidats par les PAC fédéraux. On ne sait pas si une partie de cet argent a été affectée à la campagne de Mme Ocasio-Cortez.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Les autorités fédérales examinent les nouvelles règles salariales imposées par AOC lorsqu’elle est entrée en fonction plus tôt cette année, afin de savoir si elles ont été mises en place pour permettre à Chakrabarti d’échapper aux règles de divulgation des finances publiques.

Bien qu’AOC ait augmenté les salaires des employés subalternes de son bureau à un peu plus de 52 000 $ par année, Chakrabarti a subi une baisse de salaire massive. Le diplômé de Harvard et expert en technologie millionnaire a accepté un salaire annuel de 80 000 $ – beaucoup moins que le salaire moyen de 146 830 $ normalement attribué à son poste.

Étant donné que son salaire est inférieur à 126 000 $, les règles du Congrès exemptent l’ex-chef de cabinet d’AOC de l’obligation de divulguer son revenu à l’extérieur.

Ce bourbier juridique fait suite aux attaques de Chakrabarti contre ses collègues démocrates.

En juin et juillet, Chakrabarti accusait Nancy Pelosi d’être une dirigeante faible et disait que les Démocrates modérés étaient racistes, « pressés de faire aux Noirs et aux Bruns ce que les vieux Démocrates du Sud faisaient dans les années 40 ».

« Mme Pelosi prétend que nous ne pouvons pas nous concentrer sur la destitution parce que c’est une distraction par rapport aux questions de pain et de beurre », a-t-il posté sur Tweeter le 6 juillet. « Que fait donc ce cadre législatif ? »

Quatre jours plus tard, Pelosi réprimandait AOC et son «escouade» de jeunes progressistes lors d’une réunion à huis clos, exigeant qu’elles cessent de présenter leurs doléances en public.

« Alors, encore une fois, vous avez un problème ? Vous venez m’en parler », a dit Nancy Pelosi lors de sa réprimande, selon Politico.

Mais la semaine suivante, le président Trump a relancé la controverse avec une série de tweets destinés à piquer les Démocrates, qui ont mené à une réunion de clarification entre Nancy Pelosi et Alexandria Ocasio-Cortez le 26 juillet, soit une semaine avant le départ de Chakrabarti pour rejoindre un groupe de réflexion sans but lucratif, New Consensus.

AOC ne s’est pas présentée à un événement du Bronx prévu dans son horaire de samedi (le 3 août). Son bureau n’a pas voulu commenter les départs du personnel, et Chakrabarti n’a pas répondu à plusieurs messages.
M.Trent a refusé d’émettre tout commentaire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : NY Post

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz