Quantcast
FLASH
[13/12/2019] Royaume-Uni : Les pro-#Brexit, anti-immigration, anti-Europe rejettent le socialisme dans un raz-de-marée électoral par 368/202 sièges  |  [11/12/2019] #Netanyahou songe à recruter l’ancien directeur de campagne de #Trump, Corey Lewandowski, pour sa prochaine campagne électorale  |  Sondage : #Trump devant tous les candidats Démocrates dans le Michigan  |  #Obama a refusé de donner une aide militaire à l’#Ukraine, mais @CBSNews prétend que #Trump met l’Ukraine en danger face à la #Russie  |  Un Islamiste a fait encore un attentat-suicide, à l’extérieur de la principale base américaine en #Afghanistan  |  [10/12/2019] La Finlande inaugurera la plus jeune Premier ministre du monde, Sanna Marin, 34 ans  |  Les Américains soupçonnent l’#Iran d’être à l’origine des attaques à la roquette contre des bases irakiennes accueillant des forces américaines près de l’aéroport international de Bagdad  |  [08/12/2019] Les autorités saoudiennes enquêtent pour savoir si le terroriste de #Pensacola s’est radicalisé lors d’une visite dans le royaume l’année dernière, selon deux responsables saoudiens  |  #Pensacola. Le FBI détient 10 Saoudiens après l’attaque, et en recherche d’autres qui ont participé avec le terroriste à une fête pour regarder des vidéos de tueries de masse  |  Les avions à réaction de l’armée de l’air israélienne ont frappé un camp terroriste de #Hamas, des entrepôts d’armes, des bureaux et des postes de sécurité à #Gaza  |  [07/12/2019] A 20h54 heure locale, 3 roquettes ont été tirées depuis #Gaza sur #Israël, 2 interceptées. Ni @Reuters, @AFP n’en parlent  |  [06/12/2019] En raison d’une aggravation des menaces de l’#Iran, #Israël a testé avec succès des tirs de missile capable de porter une tête nucléaire  |  [04/12/2019] Fatigué des blabla, #Trump annule la dernière conférence de l’Otan et rentre à Washington  |  [30/11/2019] Le terroriste du #LondonBridge était un proche de l’infâme prédicateur islamiste Anjem Choudary  |  La Bolivie rétablit ses liens diplomatiques avec #Israël  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 6 août 2019

Graves questions sur le financement de la campagne de Macron ! Le député LR Olivier Marleix a été interrogé par Marianne. Marc Sergent : « Vous avez été entendu par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) car vous aviez signalé les opérations de vente des activités énergie d’Alstom à General Electric et la fusion Technip-FMC à la justice.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« Pourquoi cette démarche ? J’ai signalé ces opérations au parquet de Paris parce que le fait que l’on puisse retrouver dans la liste des personnalités qui ont contribué financièrement à la campagne présidentielle de Macron des acteurs intéressés à cette vente et cette fusion serait, si cela est avéré, problématique.

« Des faits dont je n’ai pris connaissance, notamment par un article de Marianne joint à mon courrier, qu’en mai 2018. En droit, ces dons, mêmes réalisés sous une forme légale, pourraient constituer un « pacte de corruption » ou une « prise illégale d’intérêt ». Les sommes en jeu dans ces fusions sont immenses : dans la vente d’Alstom power à GE, du seul côté d’Alstom, les « coûts de l’opération » avoisinaient les 300 millions d’euros, souvent en success fees (des primes au résultat en somme, NDLR). Pour une banque d’affaire l’enjeu s’élève à 10 ou 15 millions d’euros. Pendant ses deux années à Bercy, Macron a autorisé des fusions pour des montants colossaux. Alstom-GE : 13 milliards d’euros. Alcatel : 15 milliards. Lafarge : 17 milliards. Technip : 8 milliards. Cette accélération de l’histoire est inédite… Que les financiers de la campagne, MM. Kohler et Denormandie aient été en charge de ces dossiers au cabinet souligne le mélange des genres ! »

Christine Tasin : « Est-ce que le CSA a l’intention de demander à ce que les subventions dont la pièce de théâtre de BHL a fait l’objet sur fonds publics soient réintégrées aux comptes de campagne de LREM ?

Cette initiative est parfaitement déshonorante. C’est une façon de se moquer du monde. Le Canard Enchaîné a révélé qu’un documentaire sur la pièce de Bernard-Henri Lévy, Looking for Europe, a profité de centaines de milliers d’euros de subvention de la part de grandes chaînes dont certaines sont subventionnées par l’État, comme Arte, dont BHL préside le conseil de surveillance. La tournée européenne de Looking for Europe a bénéficié d’une large couverture médiatique en France, son auteur-interprète mettant en avant sa crainte des « populismes« , un thème cher à Macron (en campagne). Le 21 mai, l’essayiste-homme de théâtre en « campagne » était reçu à l’Élysée pour un déjeuner qu’il a lui-même organisé entre le chef de l’État et douze philosophes européens signataires d’une tribune dont BHL est l’auteur, intitulée « l’Europe est en péril« .

franceinfo : « Macron (en campagne) recevait le Tout-Paris à Bercy ($$$) pour se constituer un carnet d’adresses. Les dîners polémiques (de la vie de château sur le dos des contribuables) organisés par de Rugy alors président de l’Assemblée nationale ont fait ressurgir les souvenirs des dîners organisés par Macron, l’ancien ministre de l’Économie, devenu (par miracle) président de la République. « Il y a des similitudes. »

Frédéric Says, éditorialiste à France Culture et auteur avec Marion L’Hour du livre Dans l’enfer de Bercy (JC Lattès, 2017) : « Oui, dans les deux cas, des frais de représentation ont été utilisés avec l’idée de se constituer des liens avec la société civile. Enfin, c’est comme cela que c’est justifié ! »

Mais, ajoute le journaliste : « pour Macron, il n’y a pas eu de photos de sorties et surtout il n’y a pas eu de scandale« . Pour Frédéric Says, les dîners fastueux de François de Rugy, révélés par Mediapart, rappellent les dîners fastueux (de la vie de château sur le dos des contribuables) donnés par Macron à Bercy (le futur président de la ripoublique des homards). Macron, alors ministre de l’Économie (2014-2016), a multiplié les dîners et les rencontres à Bercy. À en croire les observateurs de la vie politique et ses adversaires, ces réceptions lui ont permis de se constituer un solide réseau qui a pu lui être utile pour la suite de sa carrière politique. « Pour François de Rugy, on parle d’une dizaine de dîners entre octobre 2017 et juin 2018, mais du côté de Macron, c’était quasiment tous les soirs ! C’était très, très soutenu. », s’exclame Frédéric Says.

« Macron [avait] utilisé à lui seul 80% de l’enveloppe annuelle des frais de représentation accordée par le Budget à (l’ensemble du) ministère ». À l’époque, le mouvement En marche ! avait immédiatement démenti ces accusations dans un communiqué : « Aucun centime du budget du ministère de l’Économie (…) n’a été utilisé pour (Macron en « campagne »). Toute affirmation du contraire est purement et simplement diffamatoire ».

Interrogé de nouveau sur le sujet par franceinfo, l’Élysée n’a pas donné suite à nos sollicitations.

« Certains ont pu observer aux premières loges la fréquence très importante des dîners organisés par Macron. « Dans la dernière ligne droite, il y avait beaucoup de passages », confie à franceinfo Michel Sapin, ex-ministre des Finances et des comptes publics. Son secrétaire d’État au Budget, Christian Eckert, est encore plus prolixe. Auteur d’Un ministre ne devrait pas dire ça (Robert Laffon, 2018), il y racontait que c’est dans l’appartement de fonction du ministre de l’Économie « 300 mètres carrés high-tech et rutilants (…) digne d’une revue d’architecture » que « matin, midi et soir, le couple a reçu beaucoup de monde pour lancer En marche ! »

« Tous les espaces du septième étage de Bercy (…) étaient mis à contribution simultanément. Une stratégie qui permettait à Brigitte et Macron de prendre l’apéritif dans une réception du ministère, de débuter un premier dîner plus officiel avec d’autres convives au septième étage, puis d’en poursuivre un second à l’appartement ! « Un double dîner en somme« . Interrogé par franceinfo, Christian Eckert dresse la même comparaison que Frédéric Says. « Je ne sais pas si les dîners de Macron étaient comparables avec ceux de Rugy en terme de qualité des repas mais en terme de nombre et de fréquence, c’était impressionnant. »

Michel Sapin, lui, a sa petite idée sur les différences gastronomiques entre l’hôtel de Lassay et Bercy.

« Le ministère n’offre pas de si beaux repas que ceux de l’Assemblée nationale », assure-t-il, parlant d’une « bonne cuisine familiale » où « ce n’est pas l’habitude de servir de très grands crus ».

« Si les mets les plus fins ne sont vraisemblablement pas servis à la table des Macron, ces derniers prennent cette habitude de recevoir à leur table dès l’entrée en fonction du ministre, explique Frédéric Says.

« Cela prend ensuite un tour plus systématique » (avec) l’idée de se présenter [à la présidentielle] ».

« La salle à manger peut accueillir les journalistes, les acteurs, les « people », les chefs d’entreprise, les chanteurs, le Tout-Paris et au-delà, accourus par l’entrée discrète située quai de Bercy » (Christian Eckert). Ce qui explique pourquoi certains conseillers affirment n’avoir pas vu les personnalités défiler sous leurs fenêtres.

« Je ne l’ai pas vu dîner avec le Tout-Paris, assure à franceinfo l’un des ex-conseillers de Macron. Il a assez cloisonné la création d’En marche ! avec le cabinet. » On a pu lire au détour d’un article « people » que la rencontre entre Macron et tel écrivain, chanteur ou intellectuel s’est faite à Bercy. France Inter décortique ainsi la relation entre Macron et Michel Houellebecq. Après avoir interviewé Macron pour les Inrocks, Houellebecq est invité à dîner par Macron dans ses appartements à Bercy « pour le remercier et mieux le connaître ! »

« Un dîner apparemment quelque peu arrosé et qui avait marqué Macron« , note la radio. Contacté par franceinfo, l’agent de Michel Houellebecq n’a pas souhaité s’exprimer plus amplement sur ce dîner, affirmant n’avoir « rien de particulier à raconter sur cette rencontre ». Matthieu Tarot, le producteur de Fabrice Luchini, en cette fin d’année 2014, se met en tête de réconcilier l’acteur « plutôt de droite » avec la gauche (et Macron).

« Cela passera par un dîner avec Macron, qui « intéresse beaucoup » le trublion du cinéma français. Brigitte trouve l’idée « formidable » et confie à Matthieu Tarot qu’elle pensait inviter l’acteur à dîner. Le repas a lieu le 24 novembre 2014. Sont présents Fabrice Luchini et sa femme, le couple Macron et Matthieu Tarrot.

« On arrive à 20 heures et on repart à 3 heures, c’est un coup de foudre collectif », dit Tarrot. « On parle de tout, de l’intimité de chacun, de politique… », Tarot parlant du début d’une « relation formidable et intense » entre les deux hommes. Fabrice Luchini ira même jusqu’à prêter sa maison sur l’île de Ré, à l’été 2016, à Macron pour que ce dernier écrive son livre programmatique, Révolution. C’est aussi à Bercy que Line Renaud fait la connaissance des époux Macron, qui deviendront au fil du temps des amis très proches.

Résultat : Macron est félicité par Line Renaud et Stéphane Bern lors de son élection, le 7 mai 2017 !

« Emmanuel et Brigitte, je les ai rencontrés à Bercy en 2014, avec d’autres artistes. Lui venait d’être nommé à l’Économie. J’ai eu un coup de foudre immédiat pour ce couple », avait raconté à Paris Match Line Renaud. Lors de la campagne, Line Renaud avait clairement affiché son soutien au candidat. « Il faudrait de la jeunesse et de la nouveauté. C’est pour cela que j’aime beaucoup Macron », avait-elle confié en janvier 2017 au site Télé Star, avant de participer, le 17 avril, au meeting de Macron à l’Accor Hotels Arena de Paris.

Les peoples ne sont pas les seuls à fréquenter Macron. Macron reçoit aussi, à dîner ou non, des acteurs de la vie politique et publique qui, sur le papier, n’ont pas grand chose à voir avec ses fonctions de ministre de l’Économie. L’Express écrit en janvier 2018 que Macron s’entretient à Bercy avec des intellectuels qui pensent le spirituel et la laïcité, ou encore avec des représentants des cultes. Dalil Boubakeur, alors président du Conseil français du culte musulman, se souvient avoir dressé à Macron « un panorama depuis une trentaine d’années des musulmans en France » et avoir trouvé une oreille très attentive du ministre.

L’abbé Pierre-Hervé Grosjean, fondateur du Cercle Léon-XIII, est reçu à sa demande avec plusieurs prêtres pour un petit-déjeuner à Bercy : « On avait échangé sur les grands sujets universels et sur la notion de bien commun », dit-il, soulignant que d’autres « ministres n’avaient pas le temps de le recevoir ». Au fur et à mesure que grandit l’ambition de Macron, les échanges se font plus intenses et, surtout, plus politiques.

« Macron absorbe les conseils, remarques et notes que lui font passer intellectuels et chercheurs !

Le politologue Stéphane Rozès est reçu un samedi matin à Bercy « deux-trois mois avant le départ de Macron ». « Cet échange n’était pas lié à une mission professionnelle pour Bercy, mais à une discussion de « visiteur du samedi », a-t-il précisé. « Nous avons parlé de la dépression française, de ses raisons profondes. »

« Dans cette lignée, l’ancienne ministre Corinne Lepage est conviée entre juin et juillet 2016 au ministère où ils « abordent beaucoup de sujets ». « Il m’a dit qu’il allait quitter le gouvernement et m’a demandé de le rejoindre » (Corinne Lepage à franceinfo). Elle attendra janvier 2017 pour rallier la campagne de Macron.

Était-ce le rôle de Macron de recevoir à Bercy tant de personnalités de tous bords et de tous milieux ?

À l’époque, En marche ! avait présenté le même argument que celui avancé par de Rugy pour justifier la qualité des personnes invitées à ses dîners. Recevoir au ministère des acteurs extérieurs à l’administration fait partie du rôle et de la fonction d’un ministre ! (En marche ! sur Facebook). Le candidat Macron a pu compter sur le soutien de son ancien collègue au gouvernement. Interrogé sur LCP, le 26 janvier 2017, Michel Sapin assurait que Macron n’a « pas dépensé plus » d’argent qu’il n’en avait le droit en frais de représentation.

« De plus, cette pratique des dîners est très fréquente dans toutes les institutions de la République« , confirment plusieurs journalistes, personnalités et anciens ministres contactés par franceinfo. « Rien dans la réglementation ne permet de contrôler la nature des dépenses, les responsables politiques doivent seulement s’astreindre à ne pas dépasser un certain budget« , explique à France 2 René Dosières, ancien député PS et fondateur de l’observatoire de l’éthique publique. Christian Eckert a, lui, un jugement plus dur sur ces agapes.

« Je suis pour respecter la liberté du ministre mais là, clairement, on est dans des excès« , soutient-il.

Il n’est pas le seul à le penser. « Ceux qui essayent de justifier ces dîners, en disant qu’expliciter les reformes auprès des personnalités influentes cela peut être le rôle d’un ministre, ont une conception extensive de ce rôle« , pointe Frédéric Says. Même analyse pour Marc Endeweld, auteur de deux ouvrages sur Macron.

On est encore et toujours dans des excès ! Marc Endeweld : « Macron a totalement maximisé ses frais de représentation et utilisé sa position de ministre de l’Économie pour son ambition personnelle. C’est à Bercy qu’il a fait son réseautage. » (source : Marc Endeweld, Le Grand Manipulateur. Les réseaux secrets de Macron (Stock, 2019) et Marc Endeweld, L’Ambigu Monsieur Macron (Points, Seuil, 2018).

Macron en campagne : « Service d’ordre payé en cash, société de sécurité absente des comptes ! Des membres du service d’ordre (SO) de Macron pendant la campagne 2017 sont mystérieusement absents des comptes de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).

« J’ai été payé de la main à la main par Benalla ». D’après Le Monde, certains auraient été payés cash par Benalla. D’après les informations du Monde, des dépenses de la campagne présidentielle de Macron en 2017 ont échappé à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Elles concernent le service d’ordre (SO), dirigé officiellement par Benalla à partir du 5 décembre 2016. Ainsi, lors du grand meeting qui a eu lieu le 10 décembre 2016 porte de Versailles, à Paris, En Marche ! a fait appel à une petite société de sécurité, Tego Sécurité, qui a fourni une dizaine d’hommes.

Or, il n’y a aucune trace de leur présence dans les documents remis à la CNCCFP. De même pour Kamel « Gladiateur », Jamel « Judoka » ou « Tino », futurs piliers du SO, présents sur des photos autour de Macron mais absents de la Commission des comptes de campagne. Certains affirment au Monde qu’ils n’étaient pas bénévoles. « J’ai été payé au QG de campagne par Benalla, 120 euros en liquide », dit l’un d’eux sous couvert d’anonymat. Après un meeting à Lyon, il affirme avoir assisté à une distribution de billets « pour dix gars ».

Et il n’est pas le seul à avoir enchaîné les meetings sans pouvoir présenter de fiches de paie. D’après les comptes de campagne, Tego Sécurité n’a facturé que 7 missions, à partir de février 2017. Or, son patron, Darko Bulatovic, déclare au journal serbe Vesti : « Nous avons envoyé six gars au premier meeting, puis on nous a sollicités pour le deuxième et le troisième. Tego est la seule société à avoir fait toute la campagne. »

Benalla, une nouvelle zone d’ombre dans les comptes de campagne de Macron !

François Krug : « Selon nos informations, des versements à des membres du service d’ordre du candidat à la présidentielle auraient échappé au contrôle de la CNCCFP. Des anciens du SO interrogés par Le Monde évoquent d’autres bizarreries dans la gestion des notes de frais. Le 10 décembre 2016, Macron réussit sa démonstration de force. Le candidat à l’élection présidentielle réunit près de 15 000 personnes porte de Versailles, à Paris. Ce succès est aussi celui de Benalla, tout juste nommé directeur de la sûreté et de la sécurité d’En Marche ! À l’époque, c’est un inconnu de 25 ans. Aujourd’hui, difficile de le rater sur les images du meeting. Il ouvre le chemin à Macron, bousculant parfois les militants et les photographes. Sur ces clichés, on peut aussi identifier de futurs piliers du SO, le service d’ordre. Comme Kamel, Jamel, ou Tino, un professionnel basé sur la Côte d’Azur et venu spécialement à Paris. Selon le Monde, la société parisienne Tego Sécurité a aussi fourni une dizaine d’hommes. Leur présence n’a pas laissé d’autre trace.

Selon les documents transmis à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), les dépenses pour la sécurité du meeting se limitent aux 16 500 euros versés à VIP Sécurité, un gros acteur du secteur. Selon ses factures, cette société a fourni une quarantaine d’agents chargés du contrôle des accès du public ou de la sécurité incendie, loin du candidat lui-même.

D’autres membres du SO présents assurent au Monde qu’ils n’étaient pas bénévoles. Ils citent des scènes avec des billets qui circulent au QG de campagne, pour rémunérer des missions ou rembourser des notes de frais. Si les sommes concernées sont difficiles à évaluer, ces versements seraient par nature restés intraçables et auraient échappé au contrôle de la CNCCFP, chargée de valider les dépenses de campagne.

Après de Rugy et la révélation de la ripoublique des homards, de graves questions subsistent sur le financement de la campagne de Macron, le candidat heureux à Bercy qui a reçu « matin, midi et soir beaucoup de monde pour lancer En marche ! » et qui a été soutenu par tous les médias mainstream en 2017.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, suivez notre fil Twitter, puis retweetez-nous. C’est ainsi que les idées que vous défendez circulerons !

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz