Publié par Jean-Patrick Grumberg le 6 août 2019

The Independent.ie a publié des révélations intéressantes sur l’immigration, que la presse n’a pas reprises. MSN en anglais a publié l’article intégralement. Pourquoi pas MSN en français ?

Il n’arrive « pas assez de migrants pour pouvoir maintenir les salaires à un bas niveau – selon la Banque centrale », voilà une information qui contredit le message officiel selon lequel l’immigration est une bonne chose. Bonne pour les grandes entreprises peut-être, certainement pas pour les personnes les plus modestes.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Extraits :

Le nombre de personnes prêtes à venir travailler ici ne va pas atteindre les niveaux observés lors du dernier boom et ne maintiendra pas les salaires à un bas niveau, prévoient les économistes de la Banque centrale.

Le ministère des Finances [britannique] s’attend à ce que 50 000 autres emplois s’ajoutent cette année, à moins d’un Brexit difficile, et prévoit que les salaires moyens augmenteront de 3 % en 2019, 3,2 % en 2020 et 3,3 % l’année suivante.

Bien que ce message soit une mauvaise nouvelle pour les employeurs qui tentent de remédier aux pénuries dans des secteurs clés, il s’agit d’une bonne nouvelle pour ceux qui travaillent, car il implique que les salaires continueront à augmenter.

Avec un nombre record de 2,32 millions de personnes en activité et des données récentes montrant que seulement 110 000 sont classées au chômage, les salaires ont commencé à augmenter.

Selon les économistes de la Banque centrale Stephen Byrne et Tara McIndoe-Calder, les gains salariaux ont atteint en moyenne 2,8 pce en 2018, contre seulement 0,8 % en 2017.

Dans le passé, les migrants en provenance de l’UE auraient comblé les déficits de compétences de l’économie comme ils l’ont fait pendant les années de prospérité où, en 2007, le solde migratoire a dépassé 100 000 personnes. En revanche, alors que le marché du travail s’est resserré jusqu’en 2018, le solde migratoire n’était que de 34.000, ont écrit les économistes dans une analyse publiée hier.

L’augmentation des possibilités d’emploi et des salaires en Europe de l’Est signifie que les migrants sont moins tentés de venir en Irlande, sauf si l’écart de rémunération est très important.

« En tant que tel, attirer des migrants ne peut se produire qu’avec des écarts de salaires plus élevés, à l’avenir, qu’au cours de la période 2004-2007 qui a coïncidé avec l’adhésion des pays de l’UE au pool des migrants disponibles dans l’UE à des salaires relativement bas », ont écrit M. Byrne et Mme McIndoe-Calder.

« Cela implique que l’effet d’amortissement des salaires de la migration intérieure nette peut être atténué par rapport à la période d’avant la crise « , ont-ils déclaré.

L’augmentation du nombre de travailleurs qui viennent s’installer ici risque également d’accroître la pression sur les infrastructures, en particulier dans le secteur du logement, qui est en pénurie dans les régions en plein essor du pays.

Le groupe d’entreprises Ibec a souligné le risque que les pénuries de main-d’œuvre posent aux entreprises locales, ce qui donne à penser qu’elles sont devenues un facteur dans l’industrie de la construction.

Moins d’immigration = meilleurs salaires. Plus d’immigration = bas-salaires

Reprenons les trois points clés de l’article :

  • Le nombre de personnes prêtes à venir travailler ne va pas atteindre les niveaux observés lors du dernier boom, et ne maintiendra pas les salaires à un bas niveau, selon les économistes de la Banque centrale.
  • Les salaires moyens augmenteront de 3 % en 2019, 3,2 % en 2020 et 3,3 % l’année suivante, [ce qui est] une mauvaise nouvelle pour les employeurs qui tentent de remédier aux pénuries dans des secteurs clés,
  • La baisse de l’immigration est une bonne nouvelle pour ceux qui travaillent, car il implique que les salaires continueront d’augmenter.

Comme le disait mon prof de math : CQFD.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz