Quantcast
FLASH
[22/09/2019] Élection israélienne. La liste arabe unie donne son mandat à Gantz pour faire tomber Netanyahu  |  Élection israélienne. Il est intéressant de noter que le President Rivlin a rappelé à la délégation de Gantz que @netanyahu n’a pas été inculpé  |  Élection israélienne. Gantz a rencontré les dirigeants des partis de gauche et ils ont clarifié leurs plans pour le prochain gouvernement : remplacer @netanyahu  |  Élection israélienne. La réunion de la liste arabe s’est terminée sans décision de recommander Gantz comme 1er ministre  |  Ministre hongrois des Affaires étrangères sur les quotas de redistribution des migrants décidée par Macron: « Nous les rejetons ! »  |  Un avion de combat non identifié a bombardé une base militaire appartenant à des terroristes chiites soutenus par l’Iran dans la région d’al-Anbar dans l’ouest de l’Irak. Aucune victime signalée  |  [21/09/2019] ISIS revendique l’explosion d’un bus qui a fait 19 morts en Irak  |  1er ministre australien: « L’une des nombreuses choses que Trump et moi avons en commun, c’est la passion du travail bien fait… Je le félicite la création d’emplois aux États-Unis  |  Militants pour le Climat et Black bloc, même combat, les deux groupes manifestent ensemble en ce moment à Paris  |  #GiletsJaunes: À 14 heures, 123 interpellations et 174 personnes verbalisées à Paris  |  L’Obs affirme que Michel Onfray « souscrit aux thèses d’Asselineau » – Onfray dénonce la fake news sur son site  |  Iran : augmentation du trafic d’organes  |  #Giletsjaunes, 106 interpellations à 13 h – ça rigole pas  |  #Giletsjaunes, le nouveau souffle ? 9 interpellations à Paris dans les manifestations  |  [20/09/2019] Le maire communiste de New York Bill de Blasion, qui a défiguré New York, abandonne la course à la présidence – il était à zéro % !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 9 août 2019

La vénération des saints et saintes de Dieu remonte aux premiers siècles du christianisme. Est-ce une dérive, comme certains chrétiens le pensent en s’appuyant sur quelques références bibliques ? En général, c’est ce passage du Deutéronome qui est cité comme argument : « On ne trouvera chez toi…personne qui use de magie, interroge les spectres et les esprits ou consulte les morts » (Dt 18,11). Mais les catholiques invoquent-ils les morts ?

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il y a confusion, car ce passage concerne exclusivement l’occultisme, lorsque des personnes croyant à un monde parallèle font appel à des esprits ou à des forces démoniaques. Se tourner vers les saints n’a rien à voir, il n’est pas question de magie ou de sorcellerie, car les saints sont membres du corps du Christ, ils ont quitté ce monde en amitié avec le Christ et l’ont rejoint. Demander l’intercession des saints n’est pas une démarche de magie ou de superstition, mais une attitude de foi dans une communion qui unit mystérieusement les réalités du ciel à celles de la terre en vue du Royaume à venir.

L’Eglise affirme qu’il n’y a qu’un seul Dieu et son approche du Dieu unique est trinitaire : on ne prie que Dieu seul, c’est-à-dire le Père, par le Fils dans l’Esprit. Les plus anciens témoignages, tels la Didachè, indiquent que les prières s’adressent au Père « par son Enfant Jésus Christ ». Le culte est donc consacré à Dieu seul. Quant aux saints et saintes reconnus comme tels par leur exemplarité de vie, ils ne bénéficient pas d’un culte au sens de celui qui est rendu à Dieu. La Vierge Marie et les saints sont invoqués, mais pas adorés, au sens biblique du terme. Si des exagérations existent dans certaines formes de piété populaire, elles ne sont pas conformes à la vraie Tradition. En tout cas, s’adresser aux saints n’a rien à voir avec la nécromancie ou le spiritisme !

Comment se fonde la confiance en l’intercession des saints :

Apocalypse 8, 3 nous montre la prière des saints qui monte en offrande devant Dieu avec l’encens dans le Temple : « Un autre ange vint. Il se plaça vers l’autel, tenant un encensoir d’or. On lui donna beaucoup de parfums (qetoret) afin qu’il les offre avec les prières de tous les saints, sur l’autel d’or devant le trône. La fumée des parfums monta de la main de l’ange devant Dieu avec les prières des saints ». 

Lisons Exode 32,9 : « L’Eternel dit à Moïse : je vois que ce peuple est un peuple réfractaire. Maintenant laisse-moi faire. Ma colère va s’enflammer contre eux et je vais les faire disparaître, tandis que je ferai de toi une grande nation. Moïse implora l’Eternel son Dieu et dit : pourquoi, Eternel, ta colère s’enflammerait-elle contre ton peuple, celui que tu as fait sortir d’Egypte avec grande puissance et force ? Renonce à ton ardente colère et reviens sur ta décision de faire du mal à ton peuple ! Souviens-toi d’Abraham, d’Isaac et d’Israël, tes serviteurs… L’Eternel renonça alors au mal qu’il avait déclaré vouloir faire à son peuple »

Nous voyons que l’intercession d’amis de Dieu et de saints est puissante.

L’histoire d’Abraham nous donne un autre cas d’intercession en Genèse 18,26 : « L’Eternel dit : si je trouve à Sodome 50 justes, je pardonnerai à toute la ville à cause d’eux… » Et Abraham négocie avec Dieu en abaissant chaque fois le nombre de justes, il intercède longuement pour arriver à seulement 10 justes. « Et l’Eternel dit : je ne détruirai pas à cause de ces dix justes »

Un autre exemple où nous voyons Dieu prendre en compte l’intercession, Job 42,7 : « L’Eternel dit à Eliphaz : je suis en colère contre toi et tes amis parce que vous n’avez pas parlé correctement de moi…Allez trouver mon serviteur Job et offrez un sacrifice pour vous. Mon serviteur Job priera pour vous et parce que j’ai de la considération pour lui, je ne vous traiterai pas conformément à votre folie ».

L’Eternel a fait grâce à Eliphaz et ses amis parce que Job a intercédé et prié pour eux. 

Une objection fréquente contre l’intercession des saints est la référence à Timothée 2,5 : « En effet, il y a un seul Dieu et un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, Jésus Christ ». Certes Jésus est médiateur, mais rien n’empêche que d’autres interventions s’expriment dans le cadre inclusif de cette unique médiation. Quand le Jésus johannique se présente comme unique berger, cela ne l’empêche pas de désigner Pierre pour conduire ses moutons (Jn 21,15). Dans Ephésiens 4,11, nous apprenons qu’il y a beaucoup de pasteurs et de bergers qui agissent sous l’autorité du seul berger, Jésus Christ. 

1 Corinthiens 6,2 nous précise que si Jésus est le seul médiateur, d’autres hommes jugeront en son nom dans le ciel, et même des anges.  Dans le cadre de l’unique médiation du Christ, d’autres peuvent donc prendre part à ce lien entre Dieu et les hommes sans l’affaiblir, mais pour le renforcer. 

On voit que l’apôtre Paul n’hésite pas à demander aux « saints » (membres des communautés) de prier pour lui : « Je vous en supplie, frères et sœurs, par notre Seigneur Jésus Christ et par l’amour de l’Esprit, combattez avec moi, en adressant à Dieu des prières en ma faveur » (Rom 15,30). Il ajoute que les prières fortifient les charismes des uns et des autres : « vous contribuerez vous-mêmes par la prière, ainsi la grâce obtenue pour nous par beaucoup de gens sera une occasion de remercier Dieu »

Paul donne même à sa souffrance personnelle une valeur d’intercession qui édifie le corps du Christ qu’est l’Eglise : « Je me réjouis maintenant de mes souffrances pour vous et je supplée dans ma vie à ce qui manque aux peines infligées à Christ pour son corps, c’est-à-dire l’Eglise ». 

Si Jésus a apporté une rédemption parfaite, de nombreuses souffrances sont encore inévitables pour les membres de l’Eglise afin qu’ils contribuent à leur salut déjà obtenu en espérance dans l’oblation du Christ. Les sacrifices, les souffrances complètent ainsi les prières pour intercéder auprès du Père afin que tous reçoivent la grâce d’être fidèles à sa volonté. C’est la base de la doctrine catholique de la communion des saints qui se fonde sur les enseignements bibliques : des hommes se tournent vers d’autres hommes pour des prières d’intercession et les saints du ciel intercèdent en raison de l’unité du Corps du Christ. 1 Cor 12,12 : « Tous les organes du corps humain malgré leur grand nombre, ne forment qu’un seul corps… »

En Romains 8,38, Paul dit que « ni la mort ni la vie ne séparent de l’amour du Christ ». L’apôtre Jacques lui-même affirme : « la prière du juste agit avec une grande force ».  

Jésus est clair : « Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants ! » Matthieu 22,23 Crucifié, il promet au bon larron : « En vérité je te le dis, tu seras avec moi aujourd’hui en paradis » (Lc 23,43)

Invoquer les saints du ciel, ceux et celles qui sont auprès de Dieu dans sa lumière, c’est croire en leur bienveillante intercession. Matthieu 17,2 : « Jésus fut transfiguré devant eux. Son visage resplendit comme le soleil, et voici que Moïse et Elie leur apparurent, ils s’entretenaient avec lui ». Jésus nes’entretient pas avec des morts ! Visiblement, les saints et les amis de Dieu – même après leur départ de ce monde  – s’intéressent aux situations terrestres vécues par les hommes et ils intercèdent pour eux. Hébreux 12 parle des esprits des justes – appelés « saints » – devenus parfaits et qui, avec les anges du ciel, font partie de la nuée de témoins qui nous soutiennent. Hé 1,14 : « les anges ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour apporter de l’aide à ceux et celles qui vont hériter du salut ? »

Exemple d’intervention d’un saint ayant déjà quitté ce monde et apparaissant à un vivant, il s’agit de Samuel qui vient de l’au-delà reprocher à Saül sa désobéissance envers Dieu. 1 Samuel 28.12 : « Lorsque la femme vit Samuel, elle poussa un grand cri. Samuel dit à Saül : tu n’as pas obéi à l’Eternel !… »

Le livre de l’Apocalypse de Jean donne plusieurs aperçus de l’intercession des saints dans le ciel en faveur des vivants sur terre : « Un autre ange vint. On lui donna beaucoup de parfums afin qu’il les offre avec les prières de tous les saints » Et Apoc 5,8 : « Chacun tenait une harpe et des coupes remplies de parfums qui sont les prières des saints ». 

Et au chapitre 6, on voit des saints victimes du martyre qui demandent à Dieu de faire justice pour leur sang versé.  6,9 : « Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel l’âme de ceux qui avaient été mis à mort à cause de la Parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent : jusqu’à quand, Maître saint et véritable, tarderas-tu à faire justice ? »

Les âmes des martyrs crient sous l’autel, ce qui explique que dès les premiers temps des reliques de saints ont été placées sur les autels pour rappeler le lien entre le ciel et la terre. 

La version biblique de la Septante contient le Livre des martyrs d’Israël. On y trouve une vision d’Onias, un prêtre qui était déjà décédé – 2 Macc15,12 : « telle était sa vision, il vit qu’Onias qui avait été grand-prêtre, homme de bien et bienveillant, modeste dans le regard, réservé dans ses mœurs, agréable dans ses discours, et qui dès l’enfance s’était exercé à la pratique des vertus, tendant les mains, priait pour tout le peuple des juifs. Après cela était apparu un autre homme, alors Onias prenant la parole dit : voici l’ami de ses frères et du peuple d’Israël, celui qui prie pour le peuple et la sainte cité, c’est Jérémie, le prophète de Dieu ! »

Dans la vision, Jérémie donne une épée d’or à Juda Maccabée, en signe du combat pour la Parole de Dieu. C’est une intercession de saints défunts dont la prière est efficace pour les vivants.

En Jérémie 15,1 : « L’Eternel m’a dit : même si Moïse et Samuel se présentent devant moi, je resterai indifférent au sort de ce peuple ». A l’époque de Jérémie, Moïse et Samuel sont morts depuis longtemps.  

Dans Hébreux chapitre 12, on trouve une description de l’Eglise de Jésus Christ dans la majesté céleste. Il est dit que le chrétien qui s’approche de cette réalité s’approche des esprits des justes parvenus à la perfection, les saints. 

Hé 12,22 : Vous vous êtes approchés du Mont Sion, de la cité du Dieu vivant, de la Jérusalem céleste, avec ses dizaines de milliers d’anges en fête, de l’assemblée des premiers-nés inscrits dans le ciel. Vous vous êtes approchés de Dieu qui est le Juge de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection, de Jésus qui est le médiateur d’une alliance nouvelle… » Les esprits parvenus à la perfection, les saints, sont dans les cieux. Ils sont présents avec ceux dont le chrétien s’approche dans le cadre de l’Eglise céleste. Dieu est glorifié par les saints et les prières d’intercession. On voit bien que les saints par leur présence renforcent la gloire de Dieu et ne la diminuent pas.  Les serviteurs les plus proches de Dieu manifestent la splendeur de son règne et ils font tout pour la partager à ceux qui la désirent.

Vénérer les saints, c’est vénérer la lumière divine qui les illumine et qui rayonne dans notre direction. La médiation unique du Christ et le lien de piété avec les saints du ciel ne s’opposent pas.

Le livre des Actes des apôtres nous dit comment la prière confiante de Paul a sauvé la vie d’un grand nombre de personnes : « Un ange du Dieu auquel j’appartiens et que je sers m’est apparu et m’a dit : Paul n’aie pas peur, il faut que tu comparaisses devant l’empereur, et voici que Dieu t’accorde la vie de tous ceux qui naviguent avec toi ! »

En Philippiens 3,17 : « Portez les regards sur ceux qui se conduisent suivant le modèle que vous avez en nous » et en Jacques 5,10 : «  prenez pour modèles de patience dans la souffrance les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur ». Cette recommandation a donné naissance dès les temps apostoliques à la vénération des témoins de la vraie foi, à la reconnaissance envers ceux et celles qui par leur fidélité au Christ apportaient le réconfort de leur mémoire vivante aux membres des communautés. 

C’est ce qui a par la suite amené l’Eglise à reconnaître officiellement les mérites lumineux de certains hommes et certaines femmes pour les donner en exemple à tous. Et – dans un esprit communautaire- à encourager les demandes d’intercession et les invocations, car le partage des bénédictions peut faire reculer l’influence du mal.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz