Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 17 août 2019
Nicholas Tartaglione, qui partageait sa cellule avec Epstein

En Europe, vous ne connaissez sans doute pas, ou pas bien, NBC News. C’est une des très importantes chaînes de télévision du pays. Elle penche sensiblement à gauche, mais beaucoup moins que sa filiale MSNBC.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

NBC News vient de compliquer encore les étranges circonstances autour de la mort du milliardaire pédophile que beaucoup avaient intérêt à ce qu’il ne parle pas.

La chaîne publie le témoignage de Nicholas Tartaglione, le voisin de cellule d’Epstein, épaississant le mystère.

Ceci, alors que la gauche accuse la droite d’entretenir la thèse d’un complot organisé par les Démocrates pour protéger Clinton, et dans le même temps, accuse Trump d’avoir organisé le suicide d’Epstein pour se protéger.

NBC News :

L’ancien compagnon de cellule de Jeffrey Epstein a été innocenté dans l’incident qui a précédé sa mort.

Cette révélation approfondit le mystère sur la raison pour laquelle Epstein a été retiré de la surveillance du suicide dans les jours qui ont précédé sa mort apparente.

L’ancien compagnon de cellule de Jeffrey Epstein a été innocenté de tout acte répréhensible dans l’incident qui a laissé Epstein semi-conscient dans sa cellule trois semaines avant sa mort, selon l’avocat du compagnon de cellule et une source familière avec la question.

Cette révélation constitue la plus forte indication à ce jour qu’Epstein a tenté de s’ôter la vie le 23 juillet – et approfondit le mystère sur la raison pour laquelle il a été retiré de la surveillance du suicide dans les jours précédant sa mort.

Epstein, le financier déshonoré qui faisait face à des accusations de trafic sexuel au niveau fédéral, a été placé sous surveillance après avoir été trouvé en position fœtale avec des marques autour du cou dans la cellule qu’il partageait avec Nicholas Tartaglione, un ancien policier du nord de l’État de New York accusé de quadruple meurtre.

L’incident du Metropolitan Correctional Center (MCC) de Manhattan faisait l’objet d’une enquête pour tentative de suicide, agression ou ruse de la part d’Epstein pour se faire transférer dans un autre établissement après qu’il eut été libéré sous caution pour trafic sexuel, ont déclaré les responsables de l’époque.

Mais l’avocat de Tartaglione, Bruce Barket, a déclaré à NBC News que la veille de la mort d’Epstein, les responsables du CMC l’avaient informé par email que l’enquête interne était terminée et que son client ne ferait l’objet d’aucune accusation ou mesure disciplinaire interne.

« Nous avons toujours soutenu que Nick n’avait rien fait de mal et cela a été clairement confirmé ici par la prison elle-même », a dit M. Barket.

Une personne familière avec l’affaire a confirmé le récit de Barket. Un porte-parole du CMC a refusé de commenter.

Les responsables des prisons fédérales n’ont publié aucune information sur l’incident du 23 juillet.

Les experts de la prison ont déclaré que la décision de retirer Epstein de la surveillance du suicide, où il aurait été placé dans une cellule spéciale et observé 24 heures sur 24, aurait été plus appropriée si l’incident avait été considéré comme une agression plutôt que comme une tentative de suicide.

« Ce que cela signifie, c’est que ce qui est arrivé à Epstein [le 23 juillet], il se l’est infligé à lui-même », a déclaré Cameron Lindsay, un ancien directeur de quatre établissements fédéraux. « On dirait un cas assez simple de quelqu’un qui voulait mourir. »

Lindsay a dit que la « décision prudente et sûre » aurait été de le garder sous surveillance.

« Si j’étais lui, je voudrais être mort et je suis sûr qu’il y a une multitude de gens qui auraient voulu qu’il soit mort, a dit Lindsay. C’est le b.a. ba. »

Epstein, 66 ans, est décédé samedi dernier d’un suicide apparent à l’intérieur de sa cellule, dans une unité spéciale où il était censé être contrôlé toutes les 30 minutes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz