Publié par Christian Larnet le 1 septembre 2019

La deuxième municipalité suédoise qui a accueilli un trop grand nombre de migrants dépendants de l’aide sociale risque la ruine financière.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Après avoir accueilli près de 3 000 « demandeurs d’asile » en seulement trois ans, la municipalité de Hässelholm, dans le sud de la Suède, est confrontée à la ruine financière, puisque près de 80 % des migrants accueillis continuent de bénéficier de l’aide sociale.

Lars Johnsson, président du conseil municipal de Hässleholm, a déclaré à ce propos que la municipalité compte pas moins de 100 migrants totalement analphabètes et 200 autres qui sont très peu instruits.

C’est dans cet esprit que Johnsson a déclaré qu' »il sera en principe impossible de les faire travailler », rapporte Kristianstadsbladet.

  • Depuis 2012, les coûts de l’aide sociale ont grimpé en flèche, passant de 32 millions de couronnes suédoises ou 2 960 522 euros à 54 millions de couronnes ou 4 996 258 euros cette année.
  • Les coûts devraient augmenter de six millions de couronnes supplémentaires, soit 555 000 euros par an.
  • 30 millions de couronnes ont déjà été mis de côté par la municipalité pour faire face aux coûts prévus, mais près de la moitié de cette somme a déjà été utilisée.

Nous aurions besoin de 100 millions de couronnes de l’État pour garder le nez au-dessus de la surface », a déclaré Johnsson.

La principale préoccupation à l’origine de la crise financière imminente de la municipalité est la fin de ce que l’on appelle la période d’établissement – une période de grâce de deux ans pendant laquelle le gouvernement national suédois paie le coût du logement et de l’intégration des migrants.

Selon Lena Wallentheim, une sociale-démocrate locale, la « période d’établissement » de deux ans ne laisse pas suffisamment de temps pour intégrer correctement les migrants dans la population active.

Quand l’aide de l’Etat se retire, ça devient un double coup. Les coûts incombent alors à la municipalité, sous la forme de subventions de soutien », a déclaré M. Wallentheim.

Pour les présidents du conseil municipal, le problème aurait dû être réglé depuis longtemps.

La peur de discuter de la question a été dévastatrice. Il est regrettable que nous n’ayons pas été en mesure de discuter sobrement sans que la carte raciste ne sorte », a-t-il déclaré.

La nouvelle de la crise financière imminente de Hässelholm nous parvient moins d’un mois après que des fonctionnaires de la municipalité de Bengtsfors aient été contraints de demander l’aide du gouvernement national en raison de l’énorme fardeau financier qui a été imposé à leurs contribuables en raison de l’accueil de trop nombreux migrants dépendant de l’assistance.

Ils ont vraiment pensé qu’en passant la frontière, des illettrés, venant de pays arriérés, allaient devenir des bêtes de course ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz