Quantcast
FLASH
[18/09/2019] Une terroriste arabe palestinienne a été tuée alors qu’elle tentait d’attaquer des soldats israéliens avec un couteau  |  [17/09/2019] Election Israël: Echantillon Rotter: Likoud; 37, Gantz: 34, Liste jointe (arabe) 11, Shas 8, Iahadut hathora 8, Yamina (Shaked Bennet) 7, Liberman : 7, Camp démocrate 4, Havoda/Gesher 4  |  Election Israël: à l’échelon national, le taux de participation est en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Premier sondage coalition « naturelle » : Likoud 57 sièges, Gantz 55 – c’est le seul sondage qui compte  |  Election Israël: Netanyahou = 33 sièges, Gantz = 34 sièges – ce qui ne dit rien puisque l’élection est une affaire de coalitions  |  Election Israël: des hackers localisés en Indonésie ont tenté de pirater les ordinateurs du parti de Liberman  |  Election Israël: Netanyahou: « nous pouvons encore gagner »  |  Ayelet Shaked: « c’est la dernière heure pour bloquer un gouvernement de gauche »  |  Election Israël: taux de participation à 20h = 63,7%, en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Taux de participation des Arabes à 20h: 63,8%  |  Election Israël: Yaïr Lapid s’adresse à des téléphones éteints pour stimuler les derniers votants  |  Election Israël: Netanyahou : « si nous perdons, il y aura distribution de bonbons à Téhéran et à Gaza »  |  Election Israël: durant un podcast, un journaliste révèle par inadvertance que les chiffres de Bleu et Blanc sont plus faibles dans les villes autour de Tel Aviv qu’au centre  |  Election Israël: A Hadera, des activistes d’Israel Beitenou (Liberman) attrapés en vidéo offrant 500 shekels pour un vote  |  Election Israël: si le taux de participation arabe est élevé, et le taux de participation en Judée Samarie est faible, on est parti pour des mauvaises surprises  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 3 septembre 2019

Lors d’une entrevue radio avec Breitbart, le célèbre membre du Congrès Devin Nunes s’est dit inquiet de la censure envers les conservateurs exercée par les géants technologiques, Twitter, Facebook et Google.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Matthew Boyle, paru sur le site de Breitbart, le 2 septembre.

********************
Exclusif – Devin Nunes met en garde les États-Unis contre la censure des oligarques de la technologie et leur parti pris contre les conservateurs

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Le député conservateur Devin Nunes (R-CA), le membre le plus haut placé de la commission parlementaire du renseignement, a déclaré à Breitbart News qu’il était «très préoccupé» par la menace croissante des «oligarques technologiques» sur Twitter, Facebook, Google et autres géants technologiques censurant les conservateurs afin d’empêcher la libre expression et de promouvoir un programme gauchiste.

Nunes, qui poursuit Twitter en ce moment même en Virginie, a déclaré en exclusivité sur Breitbart News dimanche sur la chaîne Patriot Channel 125 de SiriusXM que cette entreprise « a été la pire » et que les entreprises de technologie ont réussi à s’en tirer malgré leur parti-pris contre les conservateurs pendant des années en raison d’une dérogation spéciale en droit fédéral.

En général, ce que j’appelle les « oligarques de la technologie » me préoccupent vraiment », a dit M. Nunes.

(…) Twitter a été le pire, surtout pour moi. En particulier, si vous regardez ce qu’ils m’ont fait, vous constatez qu’ils appliquent leurs règles de façon sélective. Donc je soutiens qu’ils ont fait preuve de négligence dans l’exploitation de leur propriété, et ils sont en fait des promoteurs de contenu. Ils ont la possibilité de se soustraire aux poursuites judiciaires depuis longtemps parce que le Congrès a prévu une disposition législative spéciale à leur intention.Ils étaient censés être une place publique ouverte, sur l’Internet. Ils ne sont donc pas traités comme, par exemple, un autre type de produit serait traité comme une voiture,ou un appareil ménager. Ils profitent de cette dérogation spéciale depuis 20 ans

D’autant plus que depuis l’élection du président Donald Trump en 2016, les géants de la technologie ont déformé leurs produits en faisant la promotion d’une certaine idéologie plutôt qu’en étant des plateformes ouvertes.

Ce qui s’est passé au cours des deux ou trois dernières années, surtout depuis l’élection du président Trump, c’est qu’ils ne sont plus aujourd’hui une place ouverte où les gens peuvent simplement se connecter et dire ce qu’ils veulent. Ils sont en train de réglementer le contenu, et ils décident de la façon de le réglementer – et c’est clairement contre les conservateurs.

Nous les accusons donc d’avoir exploité leurs biens de façon négligente, et nous poursuivons d’autres personnes pour diffamation. Ce n’est pas ainsi que je veux agir, surtout quelqu’un comme moi. Je n’aime pas avoir à recourir au système judiciaire, mais c’est vraiment le système de dernier recours. Et c’est là que j’en suis. Si vous y allez maintenant – ne le faites pas parce que je n’utilise pas Google, et je ne demande pas aux gens d’utiliser Google – mais si c’était le cas, vous trouveriez des centaines et des centaines de fausses nouvelles à mon sujet. La seule façon de balayer tout cela, c’est que les diffamateurs et les calomniateurs se rétractent. Cela remonte à l’enquête sur les canulars en Russie que j’ai menée, et nous avons découvert beaucoup de méfaits, pour le dire poliment.»

M. Nunes a déclaré que la solution à ce problème serait «plus facile» si les sociétés de technologie redevenaient des plates-formes ouvertes, mais il n’a aucune confiance en leur capacité à le faire.

Qu’est-ce qui serait plus simple? Je vais vous dire la façon la plus facile de résoudre tout cela. Mais je peux vous dire que cela n’arrivera pas. J’ai perdu patience. Cela ne se produira tout simplement pas, et nous passerons ensuite aux solutions qui existent. La façon la plus facile, je crois, de résoudre ce problème, surtout pour Twitter et Facebook, qui ont déjà fait une partie de ce travail, c’est de se retirer de l’industrie du développement de contenu. Qu’ils disent simplement : « Écoutez, nous sommes exactement comme avant. Nous sommes une place ouverte.» La seule façon pour nous d’intervenir, c’est quand quelqu’un enfreint une loi fédérale ou d’État, et de faire en sorte qu’il en soit comme lorsque quelqu’un appelle la police : Allez-y ! Vérifiez vous-mêmes. S’il y a de la pornographie juvénile ou un langage grossier ou quelque chose qui va peut-être à l’encontre des règles en vigueur, c’est très bien, alors arrêtez le tweet. En ce qui concerne Google, il leur suffit d’arrêter d’être biaisés. Si Matt Boyle se fait googler 50 000 fois – un reportage sur Breitbart se fait googler 50 000 fois – et l’histoire du Washington Post est 20 000, alors l’histoire de Matt Boyle devrait être la première. C’est simple. C’est très, très simple pour eux de résoudre ce problème. Mais je n’ai pas confiance qu’ils vont se retirer de l’industrie du développement de contenu. Je crois qu’ils vont y rester

Selon M. Nunes, les Démocrates parlaient de réglementer ou de tenir les entreprises de technologie responsables uniquement pour bluffer, dans le but de les intimider afin qu’elle se soumettent à l’agenda de la gauche.

Je pense que lorsque vous voyez les Démocrates parler de s’en prendre à ces entreprises, c’est du bluff. Ils font ça pour les avertir qu’ils feraient mieux de faire ce qu’ils veulent. Vous feriez mieux de vous assurer que les Démocrates et les gauchistes, ainsi que toutes nos causes, soient placés au sommet de l’échelle. Vous feriez mieux de vous assurer que tous les reportages de Breitbart ou d’Epoch Times – ils sont les plus récents – disparaissent. Et c’est ce qui se passe. »

Étant donné que les Démocrates sont actuellement majoritaires à la Chambre des Représentants, a dit M. Nunes, il n’y a rien que le Congrès puisse faire pour combattre les géants de la technologie jusqu’après les élections de 2020.

C’est pourquoi Nunes se met de l’avant et poursuit Twitter devant un tribunal de l’État de Virginie, cherchant à tenir l’entreprise responsable, étant donné qu’il a été victime de calomnies, de mensonges, de faux comptes et d’attaques inexactes.

Je suis donc très inquiet. Vous demandez ce qui peut être fait. Pour l’instant, la réponse est qu’il n’y a rien à faire parce que Nancy Pelosi contrôle la Chambre et qu’elle va s’assurer que rien n’arrive à ces entreprises tandis que nous siégeons . Il faudra donc que ce soit du bouche à oreille, de la part des conservateurs et des Républicains, et nous devrons simplement les submerger. Espérons que quelqu’un trouvera un meilleur moteur de recherche. Mais je pense que ça va être très difficile. Alors, qu’est-ce qu »il nous reste sinon le système judiciaire? Je suis le mieux placé pour le faire parce que je suis l’un de ceux qui ont été le plus calomniés. J’espère donc que les tribunaux interviendront. Si je peux gagner une de ces affaires, ça va vraiment les faire reculer. Si les écoliers de Covington peuvent gagner une affaire, ça les fera reculer. Je pense donc qu’entre les lois sur la diffamation et le fait de traiter ces entreprises de technologie pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire des propriétés, ce sera le moyen le plus rapide et le seul moyen de résoudre le problème avant 2020. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Source:
https://www.breitbart.com/politics/2019/09/02/devin-nunes-warns-us-tech-oligarchs-censorship-bias-conservatives-very-concerned/

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz