Quantcast
Publié par Gaia - Dreuz le 3 septembre 2019

Source : Rfi

C’est la rentrée scolaire ce lundi 2 septembre en France et les jeunes reprennent le chemin des classes cette semaine dans beaucoup de pays y compris en Jordanie. La rentrée, oui, mais pas pour tout le monde.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le taux de décrochage scolaire est extrêmement élevé dans le royaume hachémite et dans toute la région moyen-orientale d’après l’Unicef, le fonds des Nations unies pour l’enfance. Un tiers des adolescents âgés de 15 à 17 ans a cessé d’aller à l’école au Moyen-Orient. Les nombreux conflits n’expliquent pas tout : les systèmes éducatifs sont rarement efficaces et les programmes scolaires peu adaptés au monde du travail.

Ils sont 13% de plus chaque année. 13% de nouveaux décrocheurs, ces jeunes âgés de 15 à 17 ans qui cessent de fréquenter l’école en Jordanie. Au total, près de 200 000 adolescents ne vont plus au lycée dans le pays.

« Pour les filles, on a vu ces dernières années, au sein de la population réfugiée syrienne, un nombre croissant de filles qui sont mariées d’une façon précoce malheureusement. Le mariage signifie l’arrêt de leur carrière scolaire. La question que beaucoup de jeunes se posent c’est  » étudier pour quoi ? « . Dans beaucoup de pays dans cette région, la plus grande ambition qu’ils peuvent avoir c’est de devenir fonctionnaire. C’est à cela plus ou moins que l’école prépare, pas nécessairement aux emplois, aux opportunités auxquels les jeunes aspirent aujourd’hui », explique Geert Cappelaere, le directeur régional de l’Unicef au Moyen-Orient.

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord plus de 9 millions d’adolescents ne vont plus à l’école, soit un jeune sur trois. L’Unicef appelle les gouvernements à consacrer 15 à 20% de leurs dépenses au secteur de l’éducation.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz