Quantcast
FLASH
[22/09/2019] Élection israélienne. La liste arabe unie donne son mandat à Gantz pour faire tomber Netanyahu  |  Élection israélienne. Il est intéressant de noter que le President Rivlin a rappelé à la délégation de Gantz que @netanyahu n’a pas été inculpé  |  Élection israélienne. Gantz a rencontré les dirigeants des partis de gauche et ils ont clarifié leurs plans pour le prochain gouvernement : remplacer @netanyahu  |  Élection israélienne. La réunion de la liste arabe s’est terminée sans décision de recommander Gantz comme 1er ministre  |  Ministre hongrois des Affaires étrangères sur les quotas de redistribution des migrants décidée par Macron: « Nous les rejetons ! »  |  Un avion de combat non identifié a bombardé une base militaire appartenant à des terroristes chiites soutenus par l’Iran dans la région d’al-Anbar dans l’ouest de l’Irak. Aucune victime signalée  |  [21/09/2019] ISIS revendique l’explosion d’un bus qui a fait 19 morts en Irak  |  1er ministre australien: « L’une des nombreuses choses que Trump et moi avons en commun, c’est la passion du travail bien fait… Je le félicite la création d’emplois aux États-Unis  |  Militants pour le Climat et Black bloc, même combat, les deux groupes manifestent ensemble en ce moment à Paris  |  #GiletsJaunes: À 14 heures, 123 interpellations et 174 personnes verbalisées à Paris  |  L’Obs affirme que Michel Onfray « souscrit aux thèses d’Asselineau » – Onfray dénonce la fake news sur son site  |  Iran : augmentation du trafic d’organes  |  #Giletsjaunes, 106 interpellations à 13 h – ça rigole pas  |  #Giletsjaunes, le nouveau souffle ? 9 interpellations à Paris dans les manifestations  |  [20/09/2019] Le maire communiste de New York Bill de Blasion, qui a défiguré New York, abandonne la course à la présidence – il était à zéro % !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 5 septembre 2019

Matteo Salvini a tenté un coup de poker le 8 août dernier en faisant imploser la coalition de La Lega avec le Mouvement 5 étoiles (M5S) au pouvoir depuis 14 mois.

Salvini, qui espérait provoquer des élections avant que le M5S n’ait le temps de concocter un accord avec le Parti Démocrate (PD), a perdu son pari. À sa grande surprise, Beppe Grillo, le fondateur du M5S, et Matteo Renzi, l’ex-président du conseil et figure du PD, ennemis jurés il y a peu, ont tout à coup accepté de s’entendre. Toutefois, les sondages montrent que Salvini est plus populaire que Luigi di Maio et que ses adversaires du Parti Démocrate: Nicola Zingaretti (PD) ou Matteo Renzi (PD).

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Soeren Kern, paru le 4 septembre, sur le site du Gatestone Institute.

***************
Italie : Salvini exclu mais pas hors jeu

Matteo Salvini, vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur de l’Italie depuis 2018, a été exclu du gouvernement italien après son stratagème visant à forcer des élections anticipées qui devaient lui permettre de devenir premier ministre.

En tant que leader de facto du mouvement anti-migration de masse en Europe, le départ de Salvini du gouvernement pourrait retarder les efforts visant à ralentir l’immigration illégale sur le continent. Beaucoup d’analystes, cependant, croient que Salvini, qui continue de mener ses rivaux dans les sondages d’opinion, sera de retour au gouvernement bientôt et dans une position encore plus forte qu’avant.

Le 8 août, après des mois de querelles publiques, Salvini a déclaré inopérante la coalition au pouvoir entre son parti, la Ligue, et le Mouvement cinq étoiles (M5S) anti-establishment. Il a accusé le M5S de bloquer les principales politiques de la Ligue et a déclaré que la seule façon de progresser était de tenir de nouvelles élections.

La Ligue et le M5S, en prévision d’une élection peu concluante en mars 2018, avaient été des adversaires politiques. Trois mois plus tard, cependant, ils ont formé une alliance improbable. Leur accord de coalition de juin 2018, présenté dans un plan d’action de 39 pages, promettait de sévir contre l’immigration illégale et d’expulser jusqu’à 500 000 migrants sans papiers.

Depuis lors, Salvini a accusé le M5S de ne pas avoir mis en œuvre certaines parties de l’accord de coalition. Les tensions ont atteint leur paroxysme le 7 août dernier lorsque, lors d’une session parlementaire, le M5S a voté contre un projet soutenu par Salvini pour une liaison ferroviaire à grande vitesse avec la France. « Il est inutile d’aller de l’avant avec des «non» et des querelles », écrit Salvini sur sa page Facebook. « Les Italiens ont besoin de certitude et d’un gouvernement qui fonctionne, pas d’un M. «Non».

Salvini a demandé que de nouvelles élections aient lieu le 13 octobre.

Afin d’éviter des élections anticipées, dont les sondages montrent que Salvini l’emporterait, le M5S a tendu la main au Parti démocratique (PD) rival de centre-gauche, excluant ainsi du pouvoir le parti de la Ligue de Salvini.

Le M5S et le PD ont conclu un accord préliminaire de coalition le 28 août, et le lendemain, le président italien Sergio Mattarella a demandé au Premier ministre Giuseppe Conte, un indépendant, de former un nouveau gouvernement de coalition.

Bien que la Ligue soit le parti le plus populaire d’Italie, le M5S et le PD sont les deux forces les plus importantes au parlement.

Le M5S anti-étatique, anti-UE et le PD pro-étatique et pro-UE sont depuis longtemps des ennemis politiques. Toutefois, le M5S semble avoir mis de côté nombre de ses principes fondamentaux pour répondre aux exigences du PD.

Pour l’instant, le M5S a insisté sur le maintien de la sévère loi contre l’immigration illégale adoptée par la Ligue en novembre 2018. La loi, défendue par Salvini, a vu le soutien du public pour la Ligue monter en flèche de 17% lors des élections de mars 2018 à 38% en août 2019.
Le nouveau gouvernement – qui doit gouverner jusqu’aux prochaines élections générales, qui doivent se tenir au plus tard en mai 2023 – devra être approuvé par un vote de confiance des deux chambres du Parlement.

La nouvelle alliance gouvernementale, si elle se réalise, pourrait être de courte durée.

Dans une interview au quotidien italien La Stampa, l’ancien ministre de l’Intérieur Roberto Maroni du parti Lega Nord a déclaré que le nouveau gouvernement, s’il porte ses fruits, sera «intrinsèquement faible» car il existera, « non pas pour mettre en œuvre un projet politique commun mais uniquement pour éviter des élections ». Il a ajouté qu’il y avait une possibilité que le nouveau gouvernement puisse durer pendant toute la législature « afin d’éviter de livrer le pays à Salvini ».

Plusieurs journaux italiens ont fait état des efforts déployés par la chancelière allemande Angela Merkel et d’autres responsables européens pour empêcher des élections anticipées en Italie – uniquement pour empêcher Salvini de devenir Premier ministre. Mme Merkel aurait ordonné aux dirigeants du PD de conclure un accord de coalition avec M5S. « Concluez l’accord et stoppez Salvini », aurait-elle dit.

Un document ayant fait l’objet d’une fuite a montré que le commissaire sortant au budget de l’UE, Günther Oettinger, avait proposé d’assouplir les règles de l’UE en matière de dette publique en échange d’« un gouvernement pro-européen qui ne travaille pas contre l’Europe ».

Écrivant pour le quotidien italien Il Giornale, la correspondante politique, Andrea Indini, a noté :

L’ingérence de Berlin dans les décisions du Parti Démocrate n’est pas du tout surprenante. Comme nous l’avons signalé ces derniers jours, la première rencontre entre le M5S et la DP remonte au 16 juillet, date à laquelle Ursula von der Leyen a été élue présidente de la Commission européenne, grâce en partie au soutien du M5S et du DP. Mme Von der Leyen n’est pas n’importe qui, elle est le clone de Mme Merkel. Son élection s’inscrit dans le cadre d’une stratégie mise en œuvre aux côtés du président français Emmanuel Macron pour diviser le bloc nationaliste en Europe. Ce n’est certainement pas un hasard si, quelques instants après que Salvini eut débranché son gouvernement,[l’ancien premier ministre italien et ancien président de la Commission européenne] Romano Prodi, en quatrième vitesse, a demandé que l’Italie soit gouvernée par une  » coalition Ursula  » formée par les mêmes forces politiques[M5S et PD] qui ont aidé à l’élection de von der Leyen.»

Il est maintenant clair pour la plupart des gens qu’il y a des intérêts internationaux derrière la formation du nouveau gouvernement de coalition. Le Parti démocrate est au service des pays étrangers », a déclaré Salvini hier soir lors d’un rassemblement à Pinzolo. Ils pensent que nous sommes tous des moutons et des esclaves, prêts à attendre ce qu’ils disent à Bruxelles et à Paris, mais la Ligue défend les Italiens, car nous sommes des hommes libres.»

À ce stade, Salvini n’a pas d’autre choix que de jouer le prochain match contre l’adversaire avec les armes dont il dispose. Ses hommes ont déjà fait savoir qu’ils ne voteraient rien au Parlement qui vienne de M5S-PD, mais surtout de ceux qui les parrainent : Merkel, Macron et Ursula von der Leyen.»

Les rivaux politiques de Salvini savourent son départ du gouvernement.

L’ancien Premier ministre italien Matteo Renzi, dans un message sur Facebook, a proclamé : « Aujourd’hui, Salvini a quitté la scène politique. Institutions 1 – Populisme 0

Salvini, cependant, a juré de se battre :

Pendant que le PD et d’autres se battent pour obtenir des postes gouvernementaux, nous nous préparons (à proposer des politiques) qui doivent venir du peuple italien. Ils ne pourront pas longtemps éviter des élections, préparons-nous à gagner ! »

Pensez-vous que j’ai peur de quelques mois dans l’opposition ? » a demandé Salvini dans une vidéo sur Facebook. « Vous n’êtes pas débarrassés de moi avec vos jeux politiques. Vous ne me connaissez pas, je n’abandonne jamais. »

Il a appelé à une protestation contre le nouveau gouvernement à Rome le 19 octobre. Les sondages montrent que 67% des Italiens sont en faveur d’élections anticipées.

Les commentateurs internationaux s’accordent à dire que Salvini reste une force politique avec laquelle il faut compter. La rédactrice en chef des affaires internationales du Daily Telegraph, Ambrose Evans-Pritchard, a fait remarquer que Salvini est à terre, mais pas battu :

Faites attention à ce que vous souhaitez en politique italienne. L’exil du volcan Matteo Salvini est un pacte avec le diable pour l’Establishment européen et les défenseurs du projet EUROS.

Il y a de fortes chances que l’homme fort de la Léga – et le leader de facto de la rébellion anti-UE du continent – reprenne le pouvoir avec une écrasante majorité l’année prochaine ou peu après. Il pourrait alors être assez fort pour imposer des changements révolutionnaires dans le système constitutionnel italien, ce qui serait impossible plus tôt : Un blitz de dépenses du genre New Deal, soutenu par une Banque d’Italie politiquement contrôlée et une monnaie parallèle, le  » minibot « , qui neutralise les outils d’application de la Banque centrale européenne. Son départ cette semaine signifie que d’autres seront aux prises avec la stagnation inexorable de l’Italie. Ce sont eux qui devront faire adopter 23 milliards d’euros de mesures d’austérité pour se conformer au pacte de stabilité de l’UE et au pacte fiscal, l’arsenal de règles budgétaires obscures concoctées par des avocats et inapplicables en période de crise grave. Les mains de M. Salvini seront propres. « Ce sera une situation gagnant-gagnant pour nous », a déclaré Claudio Borghi, le chef économique de la Lega.»

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a remercié Salvini pour ses efforts « au profit de l’Italie et de toute l’Europe, y compris la Hongrie ».

Dans une lettre publiée par l’agence de presse hongroise MTI, M.Orbán écrit :

Nous, les Hongrois, n’oublierons jamais que vous avez été le premier dirigeant d’Europe occidentale à faire un effort pour empêcher les migrants illégaux d’inonder l’Europe par la mer Méditerranée. Indépendamment des développements politiques futurs en Italie et du fait que nous appartenons à différents groupes de partis européens, nous vous considérons comme un frère d’armes dans la lutte pour préserver l’héritage chrétien de l’Europe et arrêter la migration. »

Le 30 août, entre-temps, 62 migrants pakistanais ont débarqué sur une île au large de Gallipoli, dans le sud de l’Italie. Le 1er septembre, Salvini, qui reste ministre de l’Intérieur par intérim, a interdit l’entrée dans les eaux italiennes du Alan Kurdi, un navire exploité par l’organisation caritative allemande Sea-Eye, avec 13 migrants à son bord. Un autre navire, le Mare Jonio, est ancré à un kilomètre de l’île de Lampedusa, la plus au sud de l’Italie, avec 34 migrants qui ont été secourus le 28 août au large des côtes libyennes.

Salvini a averti que la nouvelle coalition mettrait fin à son interdiction des bateaux de migrants en provenance d’Afrique :

Si le PD veut rouvrir les portes et permettre à l’immigration illégale de reprendre ses activités, il devrait le dire aux Italiens ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources:
https://www.gatestoneinstitute.org/14817/italy-matteo-salvini
https://www.valeursactuelles.com/monde/matteo-salvini-et-la-ligue-mort-politique-ou-retour-triomphal-annonce-110375

https://www.valeursactuelles.com/monde/matteo-salvini-et-la-ligue-mort-politique-ou-retour-triomphal-annonce-110375

*Soeren Kern est Senior Fellow au Gatestone Institute de New York.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz