Publié par Gaia - Dreuz le 7 septembre 2019

Source : Lefigaro

Dans une interview donnée mercredi au journal italien Corriere dello Sporte, l’ex-footballeur champion du monde 1998 dénonce le racisme des sociétés européennes caractérisé, selon lui, par un sentiment de supériorité des blancs.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Quelques jours après l’incident raciste de Cagliari (Italie) qui ont vu des supporteurs italiens pousser des cris de singe lors du penalty de Romelu Lukaku, l’attaquant belge de l’Inter de Milan, Lilian Thuram, vainqueur de la coupe du monde 1998 et militant antiraciste, a fait une sortie qui fait polémique dans le quotidien italien, Corriere dello Sport.

«Si on en parle depuis tant d’années, mais qu’on ne réussit à rien faire, cela veut dire qu’il y a une énorme hypocrisie et qu’on manque de volonté», déclare-t-il aux journalistes italiens. Lilian Thuram compare la situation italienne à celle qu’il observe en France, meilleure selon lui. «En France par exemple les arbitres interrompent les matchs en cas de comportement contre l’homosexualité sur les gradins, avance-t-il. Suspendre la compétition et envoyer les deux formations dans les vestiaires, cela veut dire éduquer les gens. En Italie, je ne me rappelle pas de prises de position aussi fortes».

«Les blancs ont décidé qu’ils étaient supérieurs aux noirs»

Mais les propos les plus polémiques de l’ancien bleu viennent à la fin. Lilian Thuram fustige le racisme, non du seul monde du football, mais de la société tout entière. «Quand on parle du racisme il faut avoir conscience que ce n’est pas le monde du football qui est raciste, mais qu’il y a du racisme dans la culture italienne, française, européenne et plus généralement dans la culture blanche», prévient-il. «Les blancs ont décidé qu’ils étaient supérieurs aux noirs et qu’avec eux ils peuvent faire tout se permettre. C’est une chose qui existe depuis des siècles malheureusement. Et changer une culture n’est pas facile.»

Ces déclarations n’ont pas manqué de faire réagir, notamment sur les réseaux sociaux où Lilian Thuram est taxé de racisme anti-blanc, et accusé de desservir la cause qu’il promeut en généralisant un comportement à tout un groupe ethnique.

Sur son site internet, la LICRA, association anti-raciste, n’a pas tardé à réagir. Dans un communiqué, elle déplore les propos de Lilian Thuram: «il n’est pas possible d’essentialiser un groupe – en l’occurence «les Blancs» en le définissant globalement par des caractéristiques uniques qui vaudraient pour l’ensemble de ses membres». L’association regrette cette assignation «qui crée un monde avec les “Blancs” d’un côté et les “Noirs” de l’autre».

Parmi les détracteurs de l’ancien footballeur, on retrouve des figures d’extrême droite, comme Florian Philippot, président du mouvement Les Patriotes. «On est ici pile poil dans la définition du racisme: attribuer à un groupe de personnes une caractéristique uniquement déterminée par leur couleur de peau», écrit-il. Autant de réactions qui alimentent les propos de Lilian Thuram, répondent d’autres internautes.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz