Publié par Guy Millière le 15 septembre 2019

Je ne suis pas citoyen israélien. Si je l’étais, je n’hésiterais pas à passer trente heures dans un avion pour aller voter en Israël et rentrer chez moi à Las Vegas (j’aurais sans doute la possibilité d’aller au consulat israélien de Los Angeles, je sais). J’ose espérer que les sondages se trompent lorsqu’ils montrent qu’une victoire du Likoud n’est pas assurée et qu’une coalition regroupée autour du Likoud n’aura peut-être pas la majorité.

Je ne doute pas que Binyamin Netanyahou a des défauts. C’est un être humain, et un être humain sans défauts, cela n’existe pas. Ce que je sais est que la situation au Proche-Orient aujourd’hui est délicate et que quand bien même elle l’a toujours été, elle l’est plus particulièrement en ce moment où le régime des mollahs, au bord de l’asphyxie, pourrait être tenté par une fuite en avant. Israël a besoin d’un dirigeant capable d’être tout à la fois un stratège expérimenté et un géo-politologue lucide et influent.  Israël a ce dirigeant, et il est et doit rester Premier Ministre. Nul autre dirigeant israélien aujourd’hui ne peut être placé à la hauteur de Binyamin Netanyahou. C’est un fait que ne peuvent nier que ceux qui nient l’évidence.  Ils sont en général de gauche, ce qui n’est pas surprenant.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ce que je sais aussi est que la synergie qui existe entre Binyamin Netanyahou et Donald Trump est remarquable et a fait de la période qui s’est ouverte en janvier 2017 une période extraordinairement féconde pour Israël: les Etats-Unis ont reconnu Jérusalem capitale d’Israël et ont installé leur ambassade à Jérusalem, ils ont exigé que l’Autorité Palestinienne cesse de financer le terrorisme et d’inciter aux assassinats de Juifs (aucune administration américaine ne l’avait fait auparavant de manière aussi nette, c’est hélas un fait), ils ont largement coupé les vivres à l’Autorité Palestinienne dès lors que, comme on pouvait s’y attendre, elle n’a pas obtempéré, ils ont écarté toute idée de “retour” des soi-disant “réfugiés” et cessé tout financement allant à l’UNWRA, ils ont reconnu le plateau du Golan comme territoire israélien. Tout cela est à porter au crédit de Binyamin Netanyahou qui a négocié, expliqué ce qui devait l’être, convaincu.

Ce que je sais est que Binyamin Netanyahou vient d’annoncer l’annexion par Israël de la vallée du Jourdain et des villes et villages juifs de Judée-Samarie et d’en faire l’une des premières décisions que prendra son prochain gouvernement, s’il peut le former, et il a fait cette annonce avec l’assentiment de l’administration Trump. Cela signifie que Binyamin Netanyahou a obtenu l’assentiment de l’administration Trump sur ce point essentiel, et que le règlement du problème “palestinien” qui a si longtemps empoisonné la vie d’Israël et entrainé l’assassinat de trop nombreux Israéliens est en route. Et l’obtention de cet assentiment est aussi à porter au crédit de Binyamin Netanyahou.

Ce que je sais est que Donald Trump vient de proposer une Alliance de Défense Commune à Israël, et que cette alliance devrait être scellée dans les prochains jours. Cette proposition est née de l’amour réel que Donald Trump porte à Israël, mais aussi des liens tissés entre Donald Trump et Binyamin Netanyahou.

Quand les historiens se pencheront sur la décennie qui vient de s’écouler pour Israël, ils l’appelleront sans doute, je l’ai déjà dit et je le redis, l’ère Netanyahou, et cette ère sera celle où Israël sera devenu une puissance technologique et stratégique majeure, la huitième puissance du monde. Il serait bel et bon que l’ère Netanyahou s’achève par le règlement du problème “palestinien”, règlement auquel Binyamin Netanyahou a tant œuvré et par la signature de l’Alliance de Défense Commune entre les Etats-Unis et Israël.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Le choix des électeurs israéliens est simple : ou bien une coalition menée par Binyamin Netanyahou et qui comprendra d’autres mouvements, dont Yamina, que conduit Ayelet Shaked (et j’inclurai Otzma Yehoudit, pour faire bonne mesure), ou bien le galimatias incohérent mené par Benny Gantz et dans lequel on trouve de tout : des fragments de gauche et des éléments centristes, voire même quelques miettes de gauche.  Kahol Lavan n’est pas un parti, mais un assemblage de circonstance qui ne pourrait arriver au pouvoir qu’avec un soutien arabe. Qui voudrait de ce soutien ? Kahol Lavan pourrait peut-être obtenir le soutien d’Avigdor Lieberman, et en dépit de l’amitié qui me lie à Olivier Rafowicz, avec qui j’ai eu une conversation voici peu, et qui soutient Avigdor Lieberman, je n’ai aucune confiance en ce dernier.

Macron, Merkel, la gauche américaine, Ilhan Omar, Rashida Tlaib souhaitent la défaite de Binyamin Netanyahou. Les mouvements terroristes “palestiniens” ont fait du combat pour sa chute une “cause sacrée”, au même titre sans doute que l’assassinat d’un maximum de Juifs.

Je sais que des problèmes restent à résoudre en Israël. Ils le seront, j’en suis sûr. Mais quiconque peut voter en Israël doit à mes yeux se poser une question : suis-je pour que l’ère Netanyahou s’achève de manière positive, ou suis-je du même côté que les mouvements terroristes “palestiniens” ?  

Sean Hannity et Mark Levin hier soir sur Foxnews comparaient Binyamin Netanyahou à Winston Churchill. C’est une comparaison que j’ai faite dans un passé récent. Elle est pertinente.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

PS. Je n’ai pas parlé ici des volontés de mettre Binyamin Netanyahou en examen. J’ai regardé les dossiers. Ils sont insignifiants et frelatés. Ils ne devraient pas mériter qu’on s’y arrête, et leur consacrer deux ou trois lignes dans un post scriptum est beaucoup trop.  Des gens pour qui j’ai eu de l’estime ont tenu des propos insultants pour Binyamin Netanyahou sur la base de ces dossiers insignifiants et frelatés. Je n’ai plus un milligramme d’estime pour eux.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz