Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 25 septembre 2019

Les Démocrates viennent de lancer* une mesure d’impeachment contre Trump, parce qu’ils considèrent que l’affaire de corruption de Biden avec l’Ukraine (dont Dreuz a été le seul média francophone à parler) est sans importance, tandis qu’il est criminel de la part du président Trump de vouloir en savoir plus.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Les Démocrates veulent faire destituer Trump pour une histoire de conversation téléphonique avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Et ils sont — littéralement — incapables d’expliquer ce qu’elle a d’illégale ou de criminelle (je me suis infligé d’écouter les déclarations des principaux membres Démocrates au Congrès, dont ceux en charge des enquêtes contre Trump, et je me suis forcé de regarder CNN et MSNBC).

Toute « l’affaire » en trois points :

  1. Un lanceur d’alerte a évoqué une communication téléphonique – mais qu’il n’a pas entendue.
  2. Il a parlé de sa transcription écrite – mais il ne l’a pas lue.
  3. Il a transmis son « dossier » au département de la Justice qui l’a trouvé vide. Et les Démocrates ne l’ont pas lu.

Tout ceci a été confirmé à la fois par CNN et le Wall Street journal.

Donc :

  1. Il n’existe à aujourd’hui aucune preuve que ce dont les Démocrates accusent Trump s’est produit.
  2. Et le crime dont les Démocrates accusent Trump n’est pas même un crime.
  3. Dans le pire des cas, ce que Trump a dit à Zelensky (et à ce stade, personne ne sait ce que les deux se sont dit) est peut-être inhabituel, peut-être maladroit en termes de diplomatie, peut-être discutable en termes de morale politique pour ceux qui vivent dans un monde enchanté où la politique est morale, mais quoi qu’il ait dit, ce n’est en aucun cas illégal : le président est en charge de l’exécutif, pas le Congrès.

Qu’a fait le président Trump de si répréhensible avec l’Ukraine pour que le résultat des élections américaines de 2016 soit annulé ?

Personne ne le sait. Personne ne répond à la question. Les Démocrates ne le savent pas non plus. Ce qu’ils savent, c’est qu’ils n’aiment pas le président.

Ce qu’ils savent, c’est que c’est à eux que doivent revenir tous les pouvoirs, et qu’on les leur a volés.

Les progressistes ont englouti le parti Démocrate

L’aile gauche progressiste et socialiste du parti Démocrate qui vocifère à l’impeachment depuis le jour où Trump a été élu a donc gagné. C’est elle qui contrôle le narratif du parti, et ce dont les médias doivent parler – et ils parlent tous de la même chose, au même moment, avec les mêmes mots, les mêmes arguments et les mêmes conclusions.

Les progressistes viennent de lancer le Titanic Démocrate contre le glacier de l’élection présidentielle de novembre 2020.

L’affaire

Hunter Biden, le fils de Joe, a reçu pendant 5 ans de grosses sommes d’argent pour avoir siégé au conseil d’administration d’une société gazière ukrainienne, quand Joe Biden était le vice-président d’Obama, et que Biden, justement, négociait avec l’Ukraine pour son gaz naturel.

Il se trouve que Hunter Biden ne parle pas ukrainien, n’a aucune connaissance dans le domaine du gaz naturel, aucune formation, et aucune compétence. Et il a touché 50 000 dollars par mois – 600 000 dollars par an, pendant plusieurs années.

Cette affaire couve depuis un certain temps. Dreuz en a parlé. Il a été le seul média en langue française à avoir expliqué cette affaire. En réponse, Dreuz a reçu des menaces, le site a été victime de plusieurs attaques de pirates, Le Monde nous a accusé de conspirationnisme et son petit pion Adrien Sénécat des Décodeurs a déclaré que Dreuz diffuse des Fake News, parce que Sénécat est trop fainéant pour faire un travail de recherche sur cette affaire.

Dans les faits

Donald Trump est accusé par les Démocrates, comme s’il s’agissait d’un acte de haute trahison, d’avoir menacé de différer le versement d’une aide militaire de 400 millions de dollars à l’Ukraine à moins qu’ils ne déclenchent une enquête sur l’affaire de corruption qui implique Joe Biden et son fils.

Les Démocrates n’expliquent pas en quoi le fait de différer cette aide est une trahison. Ils n’expliquent même pas en quoi cette aide sert les besoins urgents des Etats-Unis au point qu’il ne faille pas la retarder d’un seul jour.

Les Démocrates considèrent par contre comme normal que des oligarques ukrainiens aient versé 600 000 dollars par an au fils de Joe Biden lorsque ce dernier, alors vice-président, était au même moment en charge du dossier sur le gaz naturel ukrainien.

Ils considèrent comme normal qu’en 2016, Joe Biden ait menacé l’Ukraine d’annuler une aide d’un milliard de dollars des Etats-Unis si le procureur qui apparemment enquêtait sur cette corruption n’était pas immédiatement limogé, mais anormal que Trump menace de retarder une aide si un procureur n’enquête pas.

Et ils considèrent comme une trahison punissable d’impeachment le fait que le président Trump pense que cette affaire mérite toute la lumière, et qu’il ait demandé au gouvernement ukrainien une enquête complète.

Voilà chers amis la totalité du dossier.

Tous les médias l’ont gonflé à l’hélium, ont ajouté des couches de verbiage pour vous endormir, et pour pouvoir en faire un scandale punissable de destitution !

Ils ont échoué à faire destituer Trump avec le dossier russe, inventé de toutes pièces, ils recommencent avec l’Ukraine. La différence est que l’affaire est déjà en train de faire boomerang contre Biden, seul coupable dans cette affaire.

Lanceur d’alerte — chronologie des faits

Il y a une semaine, un lanceur d’alerte a laissé entendre que Trump a trahi l’Amérique lors d’une conversation avec le président ukrainien.

Il a alerté le département de la Justice.

Ce dernier a conclu que le dossier était vide et a classé l’affaire.

Nous avons ensuite appris que le lanceur d’alerte ne faisait pas partie des 4 ou 5 personnes qui ont eu connaissance de la transcription écrite de la conversation, et qu’il n’a pas non plus eu connaissance du contenu de la transcription.

Cela n’a pas empêché les médias et leur parti Démocrate de réclamer à la fois l’impeachment et la publication intégrale de la communication téléphonique.

Hier, en marge de la conférence annuelle de l’ONU, le président Trump a pris les Démocrates de court et a déclaré qu’il allait déclassifier l’intégralité de sa conversation téléphonique avec le président Zelensky.

Immédiatement, les médias et le parti qu’ils représentent ont déclaré que la publication de la conversation ne leur suffit pas. Ils réclament la publication de la dénonciation par le lanceur d’alerte.

Le bureau du département de la Justice a déclaré hier soir qu’il va déclassifier et rendre publique la plainte du lanceur d’alerte.

Un dossier vide de chez vide

A ce stade donc, les Démocrates ne savent ni ce que contiennent les accusations du lanceur d’alerte ni ce que contient la conversation entre Trump et Zelinsky.

Autrement dit, les Démocrates ne savent pas de quoi Trump est coupable, ou même s’il est coupable de quoi que ce soit !

Sans la moindre preuve, sans le moindre commencement de preuve, ils viennent de déclencher une mesure d’impeachment — une décision très grave qui va de nouveau déchirer et diviser le pays alors qu’ils accusent Trump de diviser le pays — et pour un crime inconnu !

Dossier russe 2.0

Comprenez que dans le hoax russe, Trump était accusé d’avoir colludé avec Poutine pour voler l’élection présidentielle. L’accusation s’est révélée être une conspiration venant des cerveaux malades de la gauche, mais au moins, même délirants, les Démocrates avaient un motif.

Là, ils n’ont rien !

Ils n’ont pas de quoi accuser Trump — à part le fait qu’il s’appelle Trump et qu’il conduit le pays d’une manière qu’ils détestent.

Est-ce un fait punissable d’annulation des élections démocratiques ? Vous direz que oui, si vous lisez les médias.

Débâcle ?

Vous je ne sais pas, mais moi, j’ai tendance à penser que si les Démocrates tentent de reprendre le pouvoir en faisant destituer Trump, c’est qu’ils sont convaincus que :

  1. Ils n’ont pas un seul argument politique assez solide pour convaincre les Américains de voter pour leur candidat,
  2. Ils constatent avec effroi que le peuple américain est largement satisfait du travail du président Trump — il est maintenant à 53 % de taux de satisfaction alors qu’ils le traitent d’abruti du matin au soir,
  3. Ils pensent que le candidat qui va remporter la primaire Démocrate, probablement Elizabeth Warren, ou peut-être Joe Biden, ne sont pas capable de satisfaire les demandes de la vaste majorité silencieuse des Démocrates, mais seulement des plus vocaux, ceux qui tiennent les médias.

*Et le pire de tout, c’est que je sois obligé de parler de cette affaire d’impeachment, chers lecteurs de Dreuz qui refusent de subir le lavage de cerveau des médias, alors que la principale intéressée, Nancy Pelosi, la présidente Démocrate de la chambre des représentants, a annoncé avoir officiellement lancé une mesure d’impeachment — alors que la seule action légale qui permette de le mettre en mouvement est le vote de la Chambre, qu’elle n’a ni programmé, ni réclamé !

Toute l’affaire n’est qu’un écran de fumée pour tenter de protéger Biden et salir Trump auprès du grand public qui n’a plus confiance dans les médias tout en gobant tout ce qu’ils racontent.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz