Publié par Gilles William Goldnadel le 1 octobre 2019

Il paraît que c’est mal de critiquer les journalistes et les autres élites médiatiques.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

 Mais quand les clercs trahissent les devoirs de leur charge, quand le peuple est plus cultivé que les plumitifs, et quand ceux chargés de surveiller la déontologie de ceux-ci se font réviseurs de l’histoire et censeurs de la liberté d’exprimer, doit-on demeurer muet ?

Les deux exemples qui vont suivre et que la présente semaine nous apporte sont éloquents de l’idéologie de ces fausses élites autant en majesté médiatique qu’en déchéance intellectuelle.

Commençons par Télérama, ce journal de la gauche télévisuelle, cousin du  Monde et qui a publié une caricature dans laquelle on peut voir une journaliste de C News accueillir ainsi Éric Zemmour :

 « Bienvenue ! Vous venez pour le débat sur la PMA,  Greta, le voile ou l’immigration ? »

Petit détail vestimentaire : Zemmour est habillé en SS et porte un brassard à croix gammée.

Bref,  Télérama nazifie Zemmour. Le dernier degré du gauchisme  bêbêtifiant.

 Même la caricature du juif nazi est ratée : Zemmour a le nez moins crochu.

Je rappelle que c’est la même famille politique qui hurle à l’antisémitisme, lorsque le spéculateur Soros est seulement critiqué, en l’absence de toute allusion à sa judéité.

L’antinazisme devenu fou frappe encore la Ligue du Log.

Exactement au même moment, le CSA admonestait les Grandes Gueules de RMC au prétexte que ses animateurs n’avaient pas empêché l’intervenant Daniel Riolo de dire que le Parti Communiste Français avait collaboré avec les nazis !

Pour toute motivation, les prétendus « Sages » prétendaient ne pas vouloir intervenir en matière historique mais regrettaient seulement une « polémique ».

Cette double argumentation laisse pantois et légitime les craintes sur les libertés publiques et intellectuelles que j’exprime depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron au pourvoi. J’ai écrit tout le mal qu’il convenait de penser de cette loi Avia qui donne aux GAFA qui n’attendaient que cela un permis de censure du politiquement incorrect. Depuis quand la polémique est-elle interdite à la radio-télévision ?

Mais même dans mes pires cauchemars, je ne savais pas que le Parti Communiste Français était désormais sanctifié et qu’il était obligatoire de respecter son appellation contrôlée de «  Parti des fusillés » qu’il s’était lui-même délivrée .

Il est donc désormais interdit par l’organe de tutelle télévisuelle de rappeler qu’effectivement le PCF a collaboré avec l’Allemagne nazie et qu’il n’est entré en résistance que lorsque le petit père des peuples soviétiques le lui a ordonné. Il est donc désormais interdit par le CSA de rappeler que le PCF a été interdit en France par le gouvernement français pour avoir approuvé le pacte germano- soviétique entre Hitler et Staline. Il est donc désormais interdit de rappeler que les ouvriers communistes ont procédé à des actes de sabotage dans les usines d’armement françaises.

 Il est donc désormais interdit de rappeler que l’Humanité est parue après accord des allemands dans les premiers jours de l’invasion nazie et a souhaité la bienvenue aux soldats d’occupation tout en injuriant « Juif Moch », « Juif Blum » et « Juif Mandel ». Il est donc interdit de rappeler que Maurice Thorez a déserté l’armée française et Georges Mandel est allé pointer chez Messerschmitt.

Il est donc désormais interdit de le rappeler, mais à la première occasion aux Grandes Gueules, moi je l’ouvrirai.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel. Publié avec l’aimable autorisation de Valeurs actuelles.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz