Quantcast
FLASH
[17/10/2019] Le vice président américain annonce un cessez le feu entre kurdes et turcs  |  Tsahal a tué 2 terroristes musulmans qui ont percuté une jeep de l’armée lors d’une opération antiterroriste à Ramallah illégalement occupée par les palestiniens  |  [15/10/2019] Les kurdes auraient repris la ville frontalière de Ras al-Ayn /Sari Kani aux milices soutenues par la Turquie  |  4 terroristes palestiniens recherchés ont été arrêtés dans la nuit en Judée juive colonisée par les arabes sous le nom de Cisjordanie  |  [14/10/2019] Kais Saied élu président de Tunisie avec 72.71%  |  [12/10/2019] Au moins 4 morts et 3 blessés dans une fusillade à New York  |  4 morts, nombreux blessés dans une fusillade à Brooklyn  |  Attentat par fusillade en Samarie illégalement colonisée par les Palestiniebs : des terroristes musulmans ont ouvert le feu à partir d’un véhicule – Pas de blessés  |  [11/10/2019] Attaque au couteau près du Capitol à Washington  |  Une explosion s’est produite ce matin (vendredi) sur un pétrolier iranien dans la mer Rouge, près de la ville portuaire de Djedda, en Arabie saoudite. L’Iran parle de 2 tirs de missiles  |  [09/10/2019] Le préfet de police de Paris porte plainte pour « apologie du terrorisme » après que des commissariats franciliens ont reçu des appels avec des chants islamistes de vidéos de propagande de Daesh  |  Allemagne-Fusillade: Au moins 2 morts à Halle dans ce qui paraît être un attentat #antisémite  |  [07/10/2019] Avant la visite programmée du président Trump, le syndicat de la police du Minnesota imprime un T-shirt « les flics pour Trump »  |  Les socialistes au pouvoir au Portugal remportent les élections mais n’obtiennent pas la majorité absolue  |  [06/10/2019] Fusillade dans le Missouri à Kansas City : 4 morts et 5 blessés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 4 octobre 2019

Evangile selon Saint Luc :

« Les apôtres dirent au Seigneur : augmente en nous la foi ! Il répondit : si vous aviez en vous la foi, ne serait-ce que comparable à une minuscule graine de sennevé, vous diriez à l’arbre que voici : déracine-toi et va te planter dans la mer ! Et il le ferait. Quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : nous sommes de simples serviteurs, nous n’avons fait que notre devoir… »

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Comme des foules s’étaient rassemblées sur le passage de Jésus, il a longuement écouté ces hommes et ces femmes en recherche de vérité, et c’est alors qu’il s’adresse aux apôtres. (Apôtre veut dire envoyé). Cet envoi en mission concerne les disciples, mais cela nous désigne nous aussi, puisque lors de notre baptême l’onction du saint chrême nous a consacrés pour aller annoncer les merveilles de Dieu : il s’agit de transmettre – en paroles et en actes – un message libérateur qui apporte à tous de l’espoir, une vision d’avenir qui éclaire l’horizon au milieu des difficultés et des multiples problèmes. 

       Mais – évidemment – pour être capables de communiquer cette dynamique de foi, il faut soi-même en être convaincu, c’est pourquoi les apôtres disent à  Jésus : Maître, d’accord ! mais fais grandir en nous la foi !

« Faire grandir la foi »…Il s’agit ici d’approfondir la relation de confiance avec le Dieu vivant qui s’est révélé dans l’histoire sainte, car c’est lui seul qui engendre à la vraie vie. C’est précisément pourquoi Jésus nous a appris à l’appeler notre Père. C’est donc la conviction qu’on peut changer quelque chose dans ce monde en laissant engendrer en nous cette force intérieure qui provient du cœur de Dieu lui-même et qui nous transforme en serviteurs de son royaume.

C’est alors que constatant les doutes et les hésitations autour de lui, Jésus lance un défi aux apôtres…il les provoque : la foi, si vous en aviez seulement comme un minuscule grain de sennevé, vous pourriez réaliser des choses étonnantes. Vous pourriez dire à ce grand arbre, déracine-toi et va te planter dans la mer ! Cela semble évidemment totalement impossible, mais il nous faut comprendre ce que Jésus veut dire en employant ces images.

Jésus est un contemplatif des beautés et des mystères de la création, C’est à partir de là qu’il enseigne à ses apôtres, (et donc à nous aussi) que la semence de la Parole de Dieu peut réaliser des germinations dans nos cœurs, la plus minuscule graine de vie peut produire des fruits spirituels extraordinaires, même si leur manifestation au grand jour prend parfois du temps. Il explique aussi comment les commandements de Dieu soulèvent la pâte humaine au delà de ses instincts naturels et la font s’élever vers la dimension d’une destinée éternelle.

Jésus leur dit encore, et il nous dit : avec un minimum de foi qui vous vient de Dieu, vous diriez à un arbre face à vous : déracine-toi et va te planter dans la mer…Comment comprendre cette parole énigmatique ?

L’arbre, dans la Bible, c’est un magnifique symbole de vie et d’épanouissement qui contraste avec le désert. Très souvent, le sage qui médite la parole est comparé dans l’Ecriture sainte à un arbre dont les racines s’abreuvent à l’eau vive, ainsi ses fruits sont splendides et son feuillage verdoyant attire les oiseaux du ciel, symboles des valeurs les plus hautes. L’arbre est un signe de vie et de croissance, dans cette création qui vient de Dieu. C’est la figure du croyant fidèle et du juste devant Dieu.

Quant à la mer, pour les Hébreux c’est l’image négative des puissances qui menacent l’homme. Les psaumes disent que dans les tempêtes de la vie, le Seigneur apaise les flots qui nous effraient. C’est justement en traversant la mer, après être sorti d’Egypte, que le peuple hébreu a vécu sa pâque et trouvé sa liberté.

Dans l’évangile, Jésus guérit des personnes souffrantes, un jour, il chasse même les démons qui vont ensuite dans des porcs, symbole de paganisme, lesquels se jettent dans la mer, séjour des esprits du mal. Après sa résurrection, Jésus ressuscité marche sur les eaux, c’est-à-dire qu’il est victorieux des puissances du mal.

On comprend que lorsque Jésus invite les apôtres à planter l’arbre dans la mer, cela ne signifie pas faire de l’aquaculture, cela veut dire, au plan spirituel : planter des signes de vie là où règne des réalités de mort.

Et nous découvrons ici à quel point le message de Jésus est une lutte déterminée contre le fatalisme, il ne veut pas que ses disciples laissent le monde dans l’état où ils le trouvent, et ceci est valable pour nous. Dans l’attente du Royaume de Dieu, il nous invite à identifier les réalités de notre temps pour y apporter, y transplanter des promesses de vie qui vont fructifier. C’est une belle illustration de l’avertissement que Dieu lance à son peuple au livre du Deutéronome : voici que je mets devant toi la vie et la mort…choisis donc la vie pour que tu vives !

Dans les pays où règnent la déforestation et l’appauvrissement de la nature, on replante des arbres afin de recréer les conditions de vie pour l’homme et les animaux. De la même manière, au plan spirituel, il s’agit d’apporter de la vie là où la mort spirituelle gagne du terrain…La « mer » aujourd’hui, cela pourrait être l’indifférence religieuse ou l’hostilité antireligieuse qui caractérisent les sociétés grangrènées par le paganisme et l’idolâtrie. Il s’agit alors pour les croyants d’y planter les arbres de vie dont parle l’évangile de Luc, et qui développeront leur feuillage bénéfique en faveur des générations montantes. Mettre dans nos relations humaines une minuscule semence de réflexion biblique, par un témoignage, ou une parole encourageante… voilà qui fera éclore un peu plus d’humanité parmi les engrenages de réactions négatives…

La mer, à notre époque de bouleversements mondiaux, c’est peut-être l’image de ce qu’ont été au 20ème siècle l’enfer des goulags et des camps de concentration, ces lieux d’inhumanité créés par la folie nazie, où des témoins ont su planter des arbres de vie : ils s’appelaient Maximilian Kolbe, Edith Stein, et tant d’autres, ou encore plus récemment une Mère Teresa attentive à la dignité des mourants de Calcutta, ainsi qu’une foule de disciples anonymes engagés discrètement au service des plus pauvres.

Déplacer les montagnes qui font obstacle à l’humain, ouvrir des voies nouvelles là où l’horizon semble fermé. Cela peut nous sembler présomptueux, mais Jésus nous le rappelle avec force : nous ne sommes que des serviteurs, et si nous prenons des engagements, importants ou modestes, ce n’est pas que nous aurions quelque chose à prouver, ou que nous ayons besoin de nous mettre en avant. Il suffit de dire : je crois ! et d’avancer. Quand il est question d’amour, nous sommes dans l’ordre de la grâce, c’est-à-dire de la gratuité. Puisque Dieu nous aime au-delà de nos mérites ou de nos fautes, il nous donne gratuitement, nous sommes appelés nous aussi à donner gratuitement, comme les serviteurs d’une cause qui dépasse infiniment nos personnes. C’est pourquoi dans les temps éprouvants que nous traversons, nous devons tous tirer à la même corde, mettre en commun nos ressources spirituelles les plus modestes dans ce monde capable du meilleur comme du pire.

La tradition biblique nous l’affirme : l’attitude la plus estimable aux yeux de Dieu est toujours celle de quelqu’un qui fait le bien et donne de soi-même sans rien calculer en retour, à l’image du Serviteur souffrant d’Isaïe. La puissance de Dieu agit, comme dans cette vision d’Ezekiel qui nous évoque l’eau jaillissant du sanctuaire et communiquant la vie aux arbres qu’elle touche : leurs fruits sont abondants et leur feuillage constitue un remède pour les maux de l’existence. Les pères de l’Eglise ont parfois comparé la croix salvatrice du Christ à l’arbre de vie planté face à un océan de méchanceté et de malfaisance.

Demandons à Dieu de mettre en nos cœurs la même motivation de foi que Jésus communiquait à ses apôtres, il nous apprendra chaque jour à être des témoins porteurs de vie et des serviteurs de l’amour gratuit de Dieu, quelle que soit l’adversité qui nous environne.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz