Publié par Gilles William Goldnadel le 7 octobre 2019

Quelques heures seulement avant qu’un islamiste ne massacre quatre policiers dans la préfecture de police, Jacques Attali aura commis l’une de ses plus belles impostures.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

N’ayant besoin cette fois de contrefaire  personne, et profitant du climat hystérique de lynchage de l’affaire Zemmour, l’ancienne éminence grise du pouvoir mitterrandien reconverti en  affairiste,  expliqua tranquillement dans l’un de ses poulets  que le « souverainisme n’était  qu’un antisémitisme ».

Il expliquait encore que l’immigration islamique était une aubaine fabuleuse pour la France qu’il ne saurait être question de mettre en question. Et que ses questionneurs n’étaient que des racistes.

Il expliqua enfin, cerise sur le ragoût, que les juifs  Zemmour, Finkielkraut, et Goldnadel étaient donc coupables d’une manière d’antisémitisme. Il fallait donc que les juifs et musulmans, main dans la main s’unisse fraternellement contre eux.

Ceux qui me connaissent savent que je me soucie comme d’une guigne qu’un histrion veuille me clouer à son petit pilori riquiqui. Mais moi qui ignore toujours le mépris, j’avoue toute honte bue, qu’il me faut cette fois lutter contre ce sentiment que je méprise, lorsque c’est la main d’un Attali qui tient les clous.

Passe encore son portrait hollywoodien et paradisiaque d’une immigration islamique que je respecte dans sa majorité et qui aura produit des gens merveilleux et qui sont mes amis. Mais elle aura fabriqué aussi des Mohamed Mehra , des Kouachi frères , des Coulibali , des Fofana et tant d’autres encore qui auront massacré des petits enfants ou des vieilles dames  parce qu’ils ou elles étaient juifs ou chrétiens au nom d’un islam conquérant qui n’a rien de pacifique ou d’ultra-minoritaire.

Passe encore son racialisme écoeurant qui voudrait clouer le bec de Zemmour, celui de Finkielkraut et le mien parce que ce seraient des becs juifs.

Tout cela, j’en ai l’habitude et le cuir tanné.

 Mais venant d’un Attali, devenu commissaire juif aux affaires juives, effectivement la chose est méprisable et m’incite au mépris.

Je rappellerai en effet, pour autant que cela soit nécessaire, que ce donneur de leçons ès qualité de juif modèle aura été celui qui aura accepté de servir servilement, en très bon courtisan, ce président qui traita en ami et protégea en frère le sieur Bousquet, homme de gauche mais aussi celui qui participa, trempa les mains, et collabora chaudement avec ces nazis qui  planifièrent et organisèrent la déportation des juifs de France. Non par antisémitisme, seulement par carriérisme…

Là où certains verraient un juif de Cour honteux, je ne veux voir qu’un pitre bouclant son dernier chapitre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel. Publié avec l’aimable autorisation de Valeurs actuelles.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz