Publié par Magali Marc le 8 octobre 2019

Dimanche dernier, Denise Bombardier a été interviewée dans le cadre de la version québécoise de l’émission Tout le Monde en Parle (TLMEP). L’animateur, Guy A. Lepage a présenté des extraits du documentaire intitulé: Denise au pays des Francos dans lequel Denise Bombardier interviewe des Francophones Hors Québec et parle de la situation du français qui se détériore au Manitoba, en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Mme Bombardier paraît particulièrement agacée dans le documentaire, lorsqu’un jeune interlocuteur lui dit qu’il s’attend à être «supporté» (de l’anglais s«support») en voulant dire qu’il souhaite avoir son appui.

Lors de l’émission TLMEP, Denise Bombardier a osé critiquer la piètre qualité du français des francophones en milieu minoritaire: « Ce n’est pas parce qu’on parle une langue qu’on possède la culture de cette langue ».

Pour elle, des langues comme le chiac appartiennent à ceux qui les parlent mais demeurent incommunicables pour les autres. Lors de l’émission télévisée, elle a osé prétendre que « mélanger le français et l’anglais, c’est ne parler aucune langue ».

Elle s’est dit inquiète pour la survie du français en dehors du Québec.

Même au Québec, des mots anglais se glissent insidieusement dans le vocabulaire. Si on ne fait pas attention, on finit par parler franglais ce qui fait horreur aux personnes de la génération de Mme Bombardier.

Pourtant les jeunes ont tendance à trouver ce point de vue ringard. Adeptes de Twitter, ils ont tendance à trouver que l’anglais est plus simple, plus rapide, plus facile à utiliser que le français.

Bien sûr, Denise Bombardier a totalement raison de défendre la qualité du français parlé hors Québec (et au Québec), mais cela n’a pas empêché le «fou du roi» de TLMEP, Dany Turcotte, de défendre le «métissage» linguistique qui lui paraît naturel quand des Francophones sont exposés quotidiennement à la langue anglaise.

Déjà en octobre 2018, alors qu’elle avait été Invitée sur le plateau de TLMEP, Mme Bombardier avait provoqué une vague de réactions chez les francophones en milieu minoritaire en disant qu’ «À travers le Canada, toutes les communautés francophones ont à peu près disparu. Il en reste encore un peu en Ontario.».

Cette fois, elle a fait réagir la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada sur Twitter : « Mme Bombardier, votre attitude face au parler des Franco-Ontariens que vous jugez inintelligible illustre précisément pourquoi les communautés, sous le leadership de la Fédération de la jeunesse canadienne française (FCJF), avaient vraiment besoin de s’attaquer à l’insécurité linguistique.»

Lundi matin, le 7 octobre, alors qu’elle était reçue à l’émission radiophonique QUB animée par Sophie Durocher, Denise Bombardier a de nouveau insisté sur l’importance de bien parler français.

Avec Sophie Durocher, Denise Bombardier s’est désolée du fait que les francophones du Canada ne tiennent plus autant à leur langue maternelle qu’autrefois. Elle fait la même critique pour le Québec.

Sa critique de la qualité du français dans les différentes communautés franco-canadiennes hors Québec a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux où on la trouve arrogante et méprisante.

Malgré tout, Mme Bombardier a salué le combat des Francophones Hors Québec, qui font face à un climat politique difficile en ce moment. Elle reconnaît qu’au Manitoba, au Nouveau-Brunswick, en Alberta et en Ontario «… Les premiers ministres sont anti-français…tout ce qu’ils essaient de faire, c’est de diminuer les services en français.»

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Sources :

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz