Publié par Manuel Gomez le 9 octobre 2019

Les élections espagnoles approchent, ce sera le 10 novembre 2019 et, déjà, des tractations se manifestent au grand jour, et dans les coulisses car ni l’un, ni l’autre, des deux grands partis qui dominent la scène politique du pays, depuis la disparition de Francisco Franco, d’un côté le PSOE (Socialistes) et de l’autre le PP (Droite conservatrice) ne peuvent obtenir seuls la majorité à l’Assemblée.

Les socialistes ont tenté à maintes reprises de s’associer au parti d’extrême gauche Podemos, qui depuis a volé en éclats, mais ont toujours dû renoncer à cause des exigences politiciennes d’Iglesias et de sa clique.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Podemos a perdu la mairie de la capitale Madrid, une cuisante défaite qui l’a blessé profondément et durablement et, très probablement, ils perdront un jour prochain la mairie de Barcelone, devenue la ville la plus dangereuse d’Espagne à cause de l’insécurité quotidienne pour cause d’immigration incontrôlée, mais également pour l’empathie dont fait preuve sa maire, Ada Colau, envers les islamistes, ne vient-elle pas d’octroyer tout récemment une subvention de 22.000 euros à deux associations islamistes très proches du parti radical marocain, afin de s’attirer leurs bonne grâces.

La majorité se fera probablement avec l’appui du parti Ciudadanos, que l’on peut appeler le « parti voyageur » ou « opportuniste », puisque sa trajectoire le conduit tantôt à gauche, vers les socialistes, tantôt à droite, vers le Parti Popular, selon la direction des vents.

Son président, Alberto Rivera, fait actuellement les yeux doux à Pedro Sanchez « puisqu’il ne peut plus compter sur Podemos, qu’il compte sur nous ! ».

Il est vrai que le seul moyen, pour eux, d’accéder à la direction du pays est de se rallier à l’un des deux partis qui se disputent le pays, surtout à celui qui aura le plus de chance de l’emporter.

Mais une cinquième opportunité fait son apparition et le soutien populaire qu’il reçoit lors de ses différents meetings démontre une progression constante, et espérée, qui pourrait faire d’eux, dès demain, la carte indispensable pour obtenir une majorité.

Une certitude : ils ne seront jamais les complices de la gauche socialiste, ce soin sera laissé à Ciudadanos, qui se révèle de plus en plus comme le parti des opportunistes.

Il s’agit, mais vous l’aviez déjà compris, du Parti VOX, dirigé par Santiago Abascal.

Pour ce parti c’est « à droite toute » et, en ce qui concerne sa navigation, « c’est tribord toute ». Il ne changera pas de direction en fonction des vents.

Attendons avec impatience, et espérance, les résultats de ces prochaines élections.

Si le PP peut obtenir une opportunité de majorité, avec l’aide de Vox, il n’hésitera pas à la saisir.

Si les socialistes peuvent rester à la direction du pays en s’alliant à Ciudadanos, ils le feront.

Mais que fera « Ciudadanos », si en rejoignant le PP il accédait aussi à la majorité ?

Il est vrai que l’exemple tout récent du Portugal peut faire naître un espoir aux socialistes espagnols, mais il est non moins vrai que le Portugal n’est pas soumis aux mêmes « turbulences » migratoires que celles subies par la péninsule ibérique depuis quelques années, et qui ne sont pas prêtes de s’éloigner.

*Rien à voir avec le précédent sujet, quoi que !

Le cadavre d’un homme de 54 ans, disparu depuis le 6 septembre, a été découvert le 26 septembre à Pedrola, ville située près de Saragosse. Il avait été enterré vivant puisque son autopsie a révélé des traces de terre dans ses poumons, et avait été, auparavant, victime d’agressions  physiques et de violences sauvages.

Il faisait l’objet d’un avis de recherche.

Ce jour-là, le 6 septembre, il devait rencontrer une femme charmante, dont il avait fait la connaissance sur un site de rencontre Internet « Badoo ».

Un couple a été appréhendé et placé en garde à vue. Il s’agit d’un individu d’origine marocaine et de sa femme, une latino-américaine (Vénézuelienne), incarcéré pour meurtre avec préméditation.

La jeune femme avait attiré sa proie, un informaticien, et lui avait extorqué tous ses biens et mis sa voiture en vente.

Ce ne serait pas la seule victime de ces assassins, deux autres agressions similaires, sur le même mode opératoire, concernent au moins deux hommes dans la même région, puisque deux autres véhicules ont été vendus par le même couple.

*A noter également que l’Espagne est devenue la nation la plus consommatrice de stupéfiants de toute l’Europe.

Plus de 200 policiers, avec le partenariat d’Europol et des polices roumaines, portugaises, britanniques et colombiennes, viennent de saisir 3200 kilos de cocaïne, vingt millions d’euros ainsi que des voitures de luxe et des voiliers et yachts, et incarcérés 81 individus, puissamment armés, qui étaient « pistés » depuis plusieurs mois, entre Barcelone, Valence, Madrid et Alicante, ou se situait l’état-major.

Toute l’opération a été filmée.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz