Publié par Jean-Patrick Grumberg le 9 octobre 2019

L’information est explosive : une dépêche Interfax, l’agence d’information ukrainienne, vient de tomber, qui compromet sérieusement l’avenir politique du vice-président Biden, déjà empêtré dans deux autres dossiers.

L’ancien vice-président américain Joe Biden a reçu 900 000 dollars pour des activités de lobbying d’une entreprise corrompue visée par une enquête en Grande-Bretagne, Burisma Group, a déclaré Andriy Derkach, membre de la commission du budget du Parlement ukrainien (Verkhovna Rada), citant des documents d’enquête.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Burisma est l’entreprise où son fils Hunter Biden a été recruté pendant 5 ans au conseil d’administration alors qu’il ne connaît pas le secteur du pétrole et du gaz, qu’il ne parle pas ukrainien, et ne connaît ni la législation ni les règlementations du pays.

Cette révélation a été faite lors d’une conférence de presse qui s’est tenue ce mercredi 9 octobre au centre de presse Interfax-Ukraine à Kiev, au cours de laquelle Andriy Derkach, membre de la Verkhovna Rada en Ukraine, a produit des documents d’enquête.

Derkach a présenté des documents qui « décrivent le mécanisme pour obtenir de l’argent par Biden Sr. [Joe Biden].

« Il s’agit du transfert des fonds du Burisma Group pour des activités de lobbying, comme le croient les enquêteurs, à Joe Biden personnellement, par l’intermédiaire d’une société de lobbying.

Des fonds d’un montant de 900 000 dollars ont été transférés à la société américaine Rosemont Seneca Partners [qui appartient à son fils Hunter Biden et au gendre de John Kerry].

La référence de paiement était le paiement des services de consultation », a dit M. Derkach.

Derkach a également rendu publiques les sommes qui ont été transférées aux représentants du Burisma Group, en particulier Hunter Biden.

« Selon les documents, Burisma a versé pas moins de 16,5 millions de dollars à :

• [l’ancien président polonais, qui est devenu un administrateur chez Burisma Holdings en 2014] Aleksander Kwasniewski,
• Au [président du conseil d’administration de Burisma] Alan Apter,
• Aux [administrateurs de Burisma] Devon Archer et Hunter Biden [qui a rejoint le conseil d’administration de Burisma en 2014] », a précisé Derkach.

Lourde accusation de corruption contre Biden

« Joe Biden a activement participé à la clôture d’affaires criminelles contre l’ancien ministre ukrainien de l’écologie Mykola Zlochevsky, fondateur et propriétaire du Burisma Group

« Joe Biden a activement participé à la clôture d’affaires criminelles contre l’ancien ministre ukrainien de l’écologie Mykola Zlochevsky, fondateur et propriétaire du Burisma Group, en se servant des instances politiques et économiques pour influencer les autorités ukrainiennes et manipuler la question de l’aide financière à l’Ukraine », a encore déclaré Derkach.

La cinquième visite de M. Biden à Kiev, les 7 et 8 décembre 2015, a été consacrée à la prise d’une décision sur la démission exigée [par Biden] de Viktor Shokin [alors procureur général ukrainien] dans l’affaire Zlochevsky et Burisma.

Les garanties de prêts d’une valeur de 1 milliard de dollars que les États-Unis devaient donner à l’Ukraine ont servi de moyen de pression.

M. Biden lui-même a admis avoir exercé des pressions dans son discours devant le Conseil des relations étrangères en janvier 2018, qualifiant Shokin de « fils de pute qui a été licencié », a dit M. Derkach.

Après la publication du décret congédiant Shokin le 3 avril 2016, les gouvernements des États-Unis et de l’Ukraine ont signé un accord de garantie de prêt d’une valeur de 1 milliard de dollars, le 3 juin suivant, a-t-il dit.

« Dans notre cas, il y a des faits qui devraient faire l’objet d’une enquête.

Il y a un organisme qui a le pouvoir d’enquêter à ce sujet, c’est le département de la Justice des États-Unis.

Si le procureur général ukrainien signe des documents et les envoie au ministère américain de la justice sans aucune demande, il accomplira sa mission », a-t-il dit, ajoutant que le procureur général ukrainien a ces pouvoirs.

« Dénoncer la corruption internationale en public est une voie pour le président Zelensky. Car je suis certain qu’il n’est pas impliqué dans la corruption internationale », a déclaré M. Derkach.

Qui est Burisma Holdings

  • Burisma Holdings est une société de production de gaz immatriculée à Chypre qui détient des actifs en Ukraine.
  • C’est l’un des trois premiers producteurs de gaz indépendants d’Ukraine, dont le siège se trouve à Kiev.
  • Zlochevsky est le fondateur et le bénéficiaire final propriétaire de l’entreprise.
  • Il est suspecté, après avoir quitté le gouvernement, d’avoir détourné une partie des richesses gazières du pays et de les avoir incorporé dans Burisma.

Derkach a également dit qu’il va prendre l’initiative de créer une commission d’enquête parlementaire ad hoc, et a déjà demandé l’ouverture d’une procédure pénale contre des responsables ukrainiens pour ingérence dans les élections américaines de 2016 afin d’aider à l’élection d’Hillary Clinton. La séance devant la cour est prévue pour le 21 octobre, a-t-il dit.

Ne comptez pas sur les médias pour publier ces informations sans les passer à la moulinette de la désinformation.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz