Quantcast
Publié par Manuel Gomez le 10 octobre 2019

Un certain Hadama Traoré, qui s’était fait connaître, lors des élections européennes, comme étant « le candidat des banlieues », résident il est vrai à Aulnay-sous-Bois, souvenez-vous, cette banlieue où des policiers ont failli « brûler vifs », dans leur véhicule, par un cocktail Molotov, lancé probablement par l’un des voisins de celui qui se veut, désormais, comme le défenseur privilégié du tueur de policiers Mickaël Harpon.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Hadama Traoré, qui avait tenu des propos infâmes contre les forces de l’ordre et se prétend désormais le représentant de l’islamisme radical, estime qu’il se pourrait, selon lui, que le tueur de la préfecture n’était pas un terroriste (ce en quoi il a, peut-être, raison car ce « déséquilibré » ne pourrait être sans doute qu’un « Fou d’Allah », si l’on en croit le récit hallucinant, raconté par sa femme, de « sa dernière nuit », celle qui a précédé la tuerie ! Avant d’être un « vrai » terroriste).

Hadama Traoré s’oppose ouvertement au président de la République, Emmanuel Macron, et il le menace même directement : « On a le bras long. Toutes les communautés on va faire la guerre ensemble aux politiques et aux médias, et on commence jeudi. J’ai la haine. La personne qui ose dire que Mickaël Harpon était un terroriste, animé par des revendications religieuses, je lui traite sa mère et je lui crache à la gueule. »

Selon Hadama Traoré jamais Macron n’aurait dû déclarer, lors de l’hommage rendu aux quatre policiers assassinés : « Qu’un combat sans relâche allait commencer contre l’hydre islamiste ».

Toujours selon lui, les autorités françaises insistent sur la radicalisation de l’informaticien tueur de la préfecture uniquement dans l’objectif de « discriminer les musulmans ».

Il est soutenu ouvertement par Tariq Ramadan, donc par les « Frères Musulmans », qui tente d’expliquer, à son tour, que Mickaël Harpon « ne serait pas le terroriste que l’on croit » et qu’après les « radicalisés en une heure », voici venu le temps des « radicalisés psychotiques ». Ironisant ainsi sur les larmes de crocodile versées à l’évocation du tueur et affirmant que « même en perdant le contrôle d’eux-mêmes, même instables ou sous l’emprise d’un coup de folie (ou d’une dose de drogue !), ils sont d’abord des « serviteurs d’Allah ».

Un autre islamologue, un peu moins virulent, Rachid Benzine, ne donne pas tort à l’interprétation du discours du chef de l’Etat par Hadama Traoré.

Selon lui, Emmanuel Macron serait dans la « surenchère » et dans l’hypocrisie en dénonçant tout à la fois le salafisme et les Frères Musulmans et, en même temps, en allant en Arabie Saoudite et au Qatar pour des questions financières et économiques.

Mais également en déclarant « Nous faisons confiance aux français de confession musulmane mais en proposant une « société de vigilance » pour ne pas dire de « suspicion et de délation ».

Il s’agit, selon Benzine, d’une expression malheureuse qui aurait pu être dite par Marine Le Pen « car ces mots créent des ruptures. Ils montrent du doigt une partie de cette population qui est musulmane et qu’il jette dans les bras de l’islamisme. »

Macron ne cherche pas à apaiser, bien au contraire, à son avis « on est en train de jouer un jeu dangereux ».

Nous sommes totalement de son avis « ce jeu » est dangereux, il nous a déjà coûté plusieurs dizaines de morts, mais il ne s’agit pas « d’un jeu » mais d’une guerre, une guerre sanglante et sans pitié qui nous est déclarée !

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, se distingue une nouvelle fois. Il va interdire ce rassemblement de soutien au tueur de la préfecture…et c’est tout ?

Il annonce des poursuites contre Hadama Traoré, pour les propos tenus…et c’est tout ?

« Qu’on l’autorise ou pas, on y va » a affirmé Hadama Traoré, défiant ainsi l’autorité de l’Etat !

Quelle va être la réaction des forces de l’ordre à cette nouvelle provocation ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz