Publié par Gaia - Dreuz le 13 octobre 2019

Source : Lemonde

Sans argent pour investir, les nouveaux arrivants peinent à trouver un hébergement sur un marché locatif complètement saturé. Une situation exploitée par l’extrême droite, qui met en opposition réfugiés et citoyens modestes.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il est un peu plus de 17 heures, ce lundi après-midi. Fouad Alhanawi gare sa voiture devant les trois immeubles modulaires, érigés en 2018, dans le quartier d’Askim, au sud de Göteborg, où il vit avec sa femme et leurs trois enfants. Originaire de Homs, ce Syrien est arrivé en Suède en septembre 2015. Depuis, cet ancien commerçant a appris la langue, suivi une formation de soudeur et décroché un contrat dans une entreprise locale.

Fouad Alhanawi pensait avoir accompli tout ce que son pays d’accueil attendait de lui. Pourtant, il s’inquiète : dans un peu moins de trois ans, sa famille va devoir quitter l’appartement de trois pièces, fourni par la commune de Göteborg, qu’elle occupe depuis un an contre un loyer de 8 000 couronnes (environ 736 euros) par mois. « Mais pour aller où ? », interroge-t-il. La file d’attente pour obtenir un logement auprès d’une des entreprises municipales, en situation de quasi-monopole sur le marché locatif, est en moyenne de six ans. Or ils font la queue depuis moins de deux ans.

Leur cas est loin d’être isolé en Suède, où, quatre ans après l’arrivée de 160 000 demandeurs d’asile, la question de l’hébergement des réfugiés tourne au casse-tête pour les communes. A Göteborg, deuxième ville du pays, les employés municipaux ont tiré la sonnette d’alarme, fin septembre : « Au cours des trois prochaines années, 2 700 personnes dont 850 enfants vont perdre leur logement, si les élus ne trouvent pas une solution », expliquent Erik Gedeck, responsable à la direction du logement.

Tous ces réfugiés en passe de perdre leur logement ont été placés dans la cité portuaire par l’Office des migrations, depuis 2016. Avant, les communes décidaient du nombre de réfugiés qu’elles souhaitaient accueillir. Face à l’afflux massif des demandeurs d’asile, le gouvernement composé des Verts et sociaux-démocrates a fait adopter une loi, introduisant un système de quotas, en fonction de la taille de chaque commune, le nombre de réfugiés qu’elle a déjà accueilli et la situation de l’emploi.

« La loi est très imprécise »

Pendant deux ans – la durée du « programme d’établissement », financé par l’Etat – les municipalités ont l’obligation de fournir un hébergement – payant – aux nouveaux arrivants. « Le problème est que la loi est très imprécise et que les communes peuvent faire ce qu’elles veulent ensuite », regrette Annika Wallenskog, chef économiste auprès de l’Association des collectivités locales (SKL).

Lire la suite sur Lemonde

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz