Quantcast
FLASH
[18/11/2019] Horrible nouvelle – La majorité des Américains ne veut pas de destitution, 76 % ne font pas confiance aux démocrates et croient que les médias font pression pour la destitution  |  [17/11/2019] La zone verte fortifiée de Bagdad, qui abrite des ambassades et des bâtiments gouvernementaux, a été touchée par une roquette. Pas de victime  |  Deux croix gammées ont été découvertes dans les toilettes d’une école du Maryland  |  Tout va mieux avec Macron : 7 Français sur 10 préfèrent avoir froid plutôt qu’allumer le chauffage  |  Netanyahou dimanche matin « Notre politique de sécurité n’a pas changé, pas même légèrement. Nous avons gardé toute notre liberté d’action et nous porterons atteinte à ceux qui veulent nous atteindre”  |  [16/11/2019] C’est reparti. Les foules de Téhéran crient « Mort au Dictateur » et « Reza Shah repose en paix. »  |  Syrie : Une grosse explosion frappe un terminal de bus à Al-Bab sous contrôle turc. 10 civils auraient été tués, milices Kurdes soupçonnés  |  Regime répressif de Macron contre les Gilets Jaunes : 24 interpellations et plus de 2000 contrôles avant la manif de Paris  |  [15/11/2019] Cette nuit #Israël a bombardé les cibles terroristes du Jihad islamique en réponse aux dernières attaques de roquettes de #Gaza  |  [13/11/2019] Les partisans de Quaido envahissent l’ambassade du Venezuela au Brésil et annoncent la nomination d’un nouvel « ambassadeur »  |  Isère : 20 et 12 ans de prison requis contre le couple salafiste  |  #Israël/ #Gaza: la France condamne les tirs de roquettes terroristes sur l’Etat juif  |  #Israël : une roquette terroriste a percuté une maison d’Ashkélon, au sud du pays, lors du dernier tir de roquettes de #Gaza  |  L’armée de l’air israélienne vient de « BOUM » une escouade de terroristes du Jihad islamique qui tentaient de tirer des roquettes sur #Israël  |  Afghanistan: 7 morts dans l’explosion d’une voiture piégée près du ministère de l’intérieur à Kaboul  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 14 octobre 2019

Faire des prédictions de résultats électoraux à une semaine du vote en se basant sur des sondages est un pari risqué. Dans le cas des élections canadiennes, ça l’est d’autant plus que, depuis quelques mois, les Libéraux de Justin Trudeau sont au coude à coude avec les Conservateurs d’Andrew Scheer. Je prends le risque de prédire une victoire d’Andrew Scheer.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ce n’est pas seulement parce que je la souhaite, mais aussi parce je veux distraire les lecteurs de Dreuz du macronisme et, de ce côté-ci de l’Atlantique, des sempiternelles semblants de tentatives d’Impeachment du Président de la part des insupportables Nancy Pelosi et Adam Schiff.

Je pense qu’Andrew Scheer peut gagner pour 4 raisons.

1. Inconnu au départ, Scheer a rattrapé Trudeau

Pour mémoire, peu de Canadiens connaissaient Andrew Scheer lorsqu’il a été élu chef du Parti Conservateur en mai 2017 afin de succéder à Stephen Harper. Quoiqu’il ait siégé au Parlement Canadien depuis 2004 en tant que député d’une circonscription manitobaine, et qu’il soit devenu à 32 ans, en juin 2011, le plus jeune président (modérateur des débats) de l’histoire de la Chambre des Communes, Andrew Scheer est parti de loin, étant pratiquement inconnu du grand public.
De son côté, Justin Trudeau, était déjà connu au Canada lorsqu’il a été choisi pour mener le Parti Libéral en 2013. En tant que fils de Pierre Elliott Trudeau (Premier ministre du Canada du 20 avril 1968 au 3 juin 1979, puis du 3 mars 1980 au 30 juin 1984)  Justin Trudeau était pratiquement une vedette. Néanmoins, Andrew Scheer a réussi à faire grimper son parti dans les intentions de vote. Aux dernières nouvelles, les Conservateurs sont en avance à 32.4% contre les Libéraux à 31.7%.

2. Les Conservateurs ont rattrapé les Libéraux en termes du nombre de sièges

Pour la première fois, les sièges projetés mettent à égalité les Conservateurs et les Libéraux : il est question de 90 à 180 sièges contre 87 à 200!
L’analyste du Poll Tracker de la CBC, Éric Grenier estime que la dégringolade surprise des Libéraux au Québec est due aux gains du Bloc Québécois. La projections des sièges accorde 33 sièges au BQ contre 34 aux Libéraux qui en détiennent actuellement 40.
Les lecteurs de Dreuz savent que j’ai défendu l’idée selon laquelle la remontée du Bloc Québécois nuirait plutôt aux Conservateurs. Sauf que le chef du BQ, M. Blanchet a montré clairement qu’il penche à gauche (il croit aux «changements climatiques»), ainsi les votes qu’il obtient sont des votes qui iraient aux Libéraux ou au NPD. De son côté, Andrew Scheer a promis d’abolir la taxe carbone.
Comme l’a justement souligné Andrew Scheer lors du débat en français du 10 octobre, M. Blanchet peut bien faire mine d’appuyer le Premier Ministre Legault (plutôt à droite) concernant la Loi 21, il reste qu’il est lié au parti souverainiste provincial, le Parti Québécois, lequel a été décimé lors des élections de 2018, payant ainsi le flirt du chef, Jean-François Lisée avec les Marxistes de Québec Solidaire.
Au niveau fédéral, à une semaine de l’élection générale du 21 octobre, le momentum du BQ se fait au détriment des Libéraux.

3. Scheer a montré un nouveau visage au 3ième débat des chefs

Lors du premier débat, le débat des chefs en français du 2 octobre, la performance d’Andrew Scheer avait laissé à désirer. En effet, son français hésitant ne l’a pas aidé et ses adversaire en ont profité pour l’interrompre et le placer sur la défensive.
Il a réussi, toutefois, à se montrer combatif et incisif lors des débats du 7 et 10 octobre. Andrew Scheer n’a pas manqué de répliquer vertement aux critiques de Jagmeet Singh (NPD), de Yves-François Blanchet (BQ) et de Maxime Bernier (PPC). Il a aussi placé Trudeau sur la défensive.
Contrairement au premier débat, il n’a pas hésité à dire qu’il est pro-vie quand le débat sur l’avortement a fait irruption. Cette fois, Scheer n’a pas donné l’occasion à Justin Trudeau d’exploiter ce sujet à son avantage, rappelant que des millions de Canadiens partagent son point de vue et que le chef libéral les méprise en ramenant constamment cette question à des fins partisanes durant la campagne, alors que lui répète qu’il ne veut pas rouvrir ce débat s’il est porté au pouvoir.

4. Andrew Scheer a mouché l’opportuniste Maxime Bernier

Maxime Bernier, le leader du Parti populaire du Canada (PPC) aime bien se présenter comme un homme de conviction. Tandis qu’il profitait de cette tribune nationale pour expliquer les grands axes politiques de son nouveau parti, il s’est fait servir une rebuffade par Andrew Scheer quand il a accusé ce dernier de ne pas être conservateur. « Je ne sais pas avec quel Maxime Bernier je débats ce soir. Est-ce le Maxime Bernier des années 90 qui était séparatiste? Est-ce le Maxime Bernier qui était le ministre responsable d’octroyer des subventions aux entreprises? Est-ce le Maxime Bernier qui a défendu la gestion de l’offre quand ça faisait son affaire ?»
Quoiqu’il en soit, Maxime Bernier, qui n’est même pas sûr de conserver son siège en Beauce, ne représente aucun danger pour Andrew Scheer.

Conclusion

D’après, les plus récents sondages, les chances d’Andrew Scheer de former un gouvernement minoritaire augmentent.
Au niveau national, les Libéraux ont chuté à 31.3% des intentions de vote et 134.9 sièges projetés, alors que les Conservateurs ont grimpé à 32.5% et 135 sièges projetés.

En dépit des attaques de Justin Trudeau liant Andrew Scheer à Doug Ford, le premier ministre de l’Ontario, l’avance des Libéraux dans cette province est également en baisse. Si cette tendance se maintient, le jour du vote pourrait surprendre beaucoup de monde !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Sources :

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz