Quantcast
FLASH
[18/11/2019] Horrible nouvelle – La majorité des Américains ne veut pas de destitution, 76 % ne font pas confiance aux démocrates et croient que les médias font pression pour la destitution  |  [17/11/2019] La zone verte fortifiée de Bagdad, qui abrite des ambassades et des bâtiments gouvernementaux, a été touchée par une roquette. Pas de victime  |  Deux croix gammées ont été découvertes dans les toilettes d’une école du Maryland  |  Tout va mieux avec Macron : 7 Français sur 10 préfèrent avoir froid plutôt qu’allumer le chauffage  |  Netanyahou dimanche matin « Notre politique de sécurité n’a pas changé, pas même légèrement. Nous avons gardé toute notre liberté d’action et nous porterons atteinte à ceux qui veulent nous atteindre”  |  [16/11/2019] C’est reparti. Les foules de Téhéran crient « Mort au Dictateur » et « Reza Shah repose en paix. »  |  Syrie : Une grosse explosion frappe un terminal de bus à Al-Bab sous contrôle turc. 10 civils auraient été tués, milices Kurdes soupçonnés  |  Regime répressif de Macron contre les Gilets Jaunes : 24 interpellations et plus de 2000 contrôles avant la manif de Paris  |  [15/11/2019] Cette nuit #Israël a bombardé les cibles terroristes du Jihad islamique en réponse aux dernières attaques de roquettes de #Gaza  |  [13/11/2019] Les partisans de Quaido envahissent l’ambassade du Venezuela au Brésil et annoncent la nomination d’un nouvel « ambassadeur »  |  Isère : 20 et 12 ans de prison requis contre le couple salafiste  |  #Israël/ #Gaza: la France condamne les tirs de roquettes terroristes sur l’Etat juif  |  #Israël : une roquette terroriste a percuté une maison d’Ashkélon, au sud du pays, lors du dernier tir de roquettes de #Gaza  |  L’armée de l’air israélienne vient de « BOUM » une escouade de terroristes du Jihad islamique qui tentaient de tirer des roquettes sur #Israël  |  Afghanistan: 7 morts dans l’explosion d’une voiture piégée près du ministère de l’intérieur à Kaboul  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 9 novembre 2019

L’inébranlable Charles Martel, qui avait ardemment affronté en Europe les hommes du califat musulman de la dynastie des Omeyyades doit se retourner dans sa tombe.

L’ambassadeur de la République française en Tunisie, Olivier Poivre d’Arvor, a fait savoir qu’il prendra part à la fête islamique de la naissance de Mahomet.

La fête dite d’Al Mawlid est une fête largement répandue dans les pays musulmans et fait l’objet d’un jour férié en Tunisie. Elle sera célébrée samedi 9 novembre, dans la ville de Kairouan, en présence de l’ambassadeur de France.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

«Je suis fasciné par cet événement religieux et je suivrai les célébrations dans cette ville», assure-t-il dans une interview accordée au journal tunisien arabophone Assabah dans son édition du 5 novembre 2019.

Le diplomate a rappelé que l’Islam est la deuxième religion en France et qu’il y a environ 500.000 Tunisiens résidant dans l’hexagone.

«Ma fille est musulmane et je connais bien la religion musulmane, la culture islamique et le bases de l’Islam, et nous apprenons encore plus, chaque jour de la Tunisie.», a-t-il fièrement ajouté.

Radicalisation religieuse

Ce que l’ambassadeur n’a pas osé dire est que la Tunisie connaît, en ce moment, une vague de radicalisation religieuse, notamment auprès des jeunes qui ont voté massivement pour un candidat conservateur aux élections présidentielles, et cette radicalisation est évidemment accompagnée par les attentats qui vont avec.

Un touriste français a été tué, le 14 octobre dernier, lors d’une attaque au couteau à 60 km au nord de la capitale Tunis.

Cet attentat (qui rappelle les attaques palestiniennes quotidiennes contre des juifs israéliens) s’est produit au lendemain du second tour de la présidentielle Tunisienne, à l’issue duquel Kaïs Saied, un candidat pro-islamiste, a été crédité d’une large avance sur son adversaire progressiste et laïque Nabil Karoui.

Des célébrations nocturnes ont eu lieu dans plusieurs villes du pays par les sympathisants des forces islamiques.

L’ambassadeur de France dans une mosquée symbole de la conquête arabo-islamique

La mosquée de Kairouan, qui va accueillir les célébrations islamiques en présence de l’ambassadeur de France, symbolise à elle seule la conquête sanguinaire arabo-islamique qui balaya la région en moins de 20 ans entre 632 et 652 apr. J.-C..

Cette ville fut le principale tête de pont de l’empire islamique dans la région. C’est depuis elle que le chef de guerre arabe Okba a fait la traversée victorieuse du Maghreb, et aurait atteint la côte atlantique en renversant Byzantins et Berbères coalisés.

Au nom du djihad, des populations chrétiennes entières vivant au Proche-Orient et en Afrique du Nord passèrent subitement sous domination arabe en tant que harbiyûn, ou habitants du dar al-harb.

Ces chrétientés issues des empires non-musulmans vaincus et bientôt passés sous contrôle arabo-islamique, furent par conséquent soumises au nouveau pouvoir islamique qui leur accorda un statut spécial dit de protégés (ahl al-dhimma), qui les oblige à se soumettre aux lois des musulmans et d’accepter un statut d’infériorité inhérent à la condition de peuple vaincu.

Persécution des chrétiens en Tunisie

Aujourd’hui, les minorités chrétiennes des pays arabes et musulmans subissent encore les effets de la dhimmitude. Malgré la fin du dernier califat islamique ottoman en 1924, la dhimmitude demeure présente dans les pays islamiques où les minorités en général, et chrétiennes en particulier, sont les plus menacées et persécutées au monde (1).

L’ONG protestante «Portes ouvertes» place la Tunisie à la 30e place de son indice mondial de la persécution des chrétiens.

A l’occasion des grandes célébrations de la naissance du Mahomet, et particulièrement en présence de l’ambassadeur de France, il est important de rappeler que les chrétiens du Maghreb, et en particulier ceux de Tunisie, vivent leur foi en cachette des autorités.

  • La nouvelle Constitution tunisienne ne reconnaît aucune religion à part l’islam.
  • Changer de religion est un tabou dans ce pays soi-disant démocratique.
  • Les Tunisiens convertis peuvent être arrêtés par la police à tout moment.

On ignore les chiffres officiels des chrétiens convertis en Tunisie, mais d’après les hommes d’église comme le Père Marc Léon, plusieurs dizaines de Tunisiens épousent chaque année la foi chrétienne en secret.

Ces nouveaux convertis vivent le christianisme comme une illumination. Ils rejettent l’islam, qu’ils assimilent à la violence et la peur.

Des églises clandestines en Tunisie voient le jour dans les maisons de particuliers et accueillent dans la discrétion des chrétiens plus nombreux à la recherche d’une nouvelle spiritualité.

Esprit de conquête de l’islam

Alors que le nombre des mosquées en France explose, le prêche chrétien est interdit en public en Tunisie. C’est ici un exemple de l’absence totale de réciprocité dans les relations islamo-chrétiennes.

Il est toujours intéressant de se pencher sur l’attitude des Etats membres de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), dont fait partie la Tunisie qui depuis 1999, ont présenté différentes résolutions sur la «diffamation des religions» au Conseil des droits de l’homme et ont exigé du Conseil des droits de l’homme de l’ONU une action énergique contre «l’islamophobie» qui puisse avoir un effet contraignant sur les démocraties occidentales supposées «hostiles à l’islam», notamment envers les populations musulmanes issues de l’immigration extra-européenne.

Et nous constatons que la Tunisie, qui se présente comme la seule démocratie musulmane, fait partie des pays où les minorités n’ont pas de statut légal dans la Constitution, où le chef de l’État doit être musulman, et où l’islam est proclamé comme religion d’État.

Un autre exemple de cette incroyable non-réciprocité et d’absence d’égalité en matière religieuse réside dans le fait que les lois en Tunisie (comme dans le reste du monde islamique christianophobe et judéophobe) punit légalement tout prosélytisme des autres religions sur son sol alors qu’il accuse «d’islamophobie» et de «racisme religieux» ceux qui s’opposeraient au prosélytisme islamique en terre «infidèle».

Ce paradoxe ou «double standard» est en fait très cohérent avec l’esprit conquérant islamique.

De ce fait, les vrais responsables de la situation d’absence de réciprocité sont en réalité les nouveaux dhimmis européens, à l’image de cet ambassadeur de France.

Ce genre d’échantillons de responsables occidentaux, qui font des courbettes devant les chefs musulmans, ont favorisé la progression des pôles de l’islamisme conquérant sur le sol européen (au nom d’une tolérance à sens unique) sans jamais rien exiger en échange, dont la liberté religieuse en terre musulmane. Ils ont abandonné à leur triste sort les chrétiens d’Orient et les libres penseurs non «islamiquement corrects» persécutés en terre islamique au nom de la laïcité de la France, et ils célèbrent la naissance de Mahomet au nom de la tolérance religieuse.

Alors que les islamistes ont la prétention de croire qu’ils sont inatteignables, les opposants laïcs sont fragilisés, épuisés et menacés, même en Europe, à l’instar de Salem Ben Ammar, auteur à Dreuz.info.

L’envahisseur islamique avance sournoisement en Europe, et gravite tranquillement à travers la sphère politique. Et ceux qui tentent de ralentir l’offensive d’islamisation sont accusés de racisme.

En Europe, les églises, les basiliques et les cathédrales sont saccagées, profanées, incendiées par centaines chaque année. Tous les pays d’Europe où des communautés musulmanes nombreuses se sont implantées ont vu émerger des zones de non-droit – qui sont en réalité des zones musulmanes autonomes.

Les Tunisiens exonérés des frais d’inscription dans les universités publiques françaises

Edouard Philippe a annoncé le 6 novembre un ensemble de mesures pour le « contrôle » de l’immigration.

  • Les étudiants tunisiens désireux de s’inscrire dans une université en France, seront désormais exonérés des frais d’inscription. Ca, c’est du contrôle !
  • Un programme d’appui aux études en France a été, à cet effet en février 2019 pour encourager les Tunisiens à s’installer en France.
  • Les études sont le deuxième motif d’attribution d’un titre de séjour après le regroupement familial. Notons-le, le Maroc est le premier pays d’origine des étudiants étrangers en France suivi par la Chine, l’Algérie, et la Tunisie.
  • Dès leur arrivée dans l’Hexagone, les migrants peuvent prétendre à certains droits liés à la santé, au logement, aux minima sociaux, et aux transports…

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

(1) L’ONG Portes Ouvertes estime que plus de 245 millions de chrétiens (1 chrétien sur 9) sont fortement persécutés dans le monde. Parmi eux, ce sont ceux qui ont quitté leur ancienne religion pour embrasser le christianisme qui sont le plus persécutés.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz