Publié par Jean-Patrick Grumberg le 9 novembre 2019

Le titre d’un article paru sur The Hill avait de quoi induire en erreur. Il disait « Plus de la moitié des Américains disent que l’élection de 2020 est un facteur de stress important ».

Pour connaître toute l’information cachée, il faut faire des efforts. Il faut fouiller, faire des recherches approfondies, et consulter les sources, ce que j’ai fait pour vous, et je me suis régalé…

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Une enquête d’opinion a été menée par l’Association américaine des psychologues, et ce qu’elle a constaté a de quoi réjouir le pro-Trump auteur de ces lignes.

  • 56% des Américains ont cité la prochaine élection présidentielle comme un facteur de stress majeur, selon l’enquête « Stress in America » publiée mardi dernier.
  • C’est un bond par rapport à 2016, où 52 % des Américains se sont déclarés stressés par l’approche de l’élection.

The Hill ne dit rien d’autre parce que cela montrerait que l’action du président Trump a des effets positifs.

Voici les révélations que les médias ont « oublié » :

  • Près des trois quarts des Américains (73 %) sont optimistes quant à leur avenir.
  • L’économie, qui est, avec le travail, la source principale de stress, est moins fréquemment citée en 2019 qu’en 2008 (46 % en 2019 contre 69 % en 2008), signe que les Américains, dans l’ensemble, confirment que sous la présidence Trump, leur situation s’est améliorée, ce que confirment les indicateurs nationaux.
  • Une majorité de Démocrates (71%) disent que les élections à venir sont une source importante de stress, alors qu’un peu plus de la moitié des indépendants (53%) et moins de la moitié des républicains (48%) disent la même chose.
  • Plus de trois Républicains sur cinq (62 %) estiment que le pays est sur la voie d’être plus fort que jamais, tandis que des proportions beaucoup plus faibles d’indépendants (35 %) et de Démocrates (25 %) partagent cet optimisme.
  • Près des trois quarts des Démocrates (74%) disent que la période actuelle est le point le plus bas de l’histoire de notre nation dont ils se souviennent,
  • Moins de deux Républicains sur cinq (39%) voient le présent du même œil.
  • La proportion d’indépendants qui considèrent qu’il s’agit du point le plus bas de notre pays se situe quelque part entre les deux (52%).

Importante conclusion

Maintenant que vous avez pris connaissance de ces bons chiffres pour le camp Républicain, vous êtes près pour le coup de massue.

Tous les chiffres que vous venez de lire sont faux. L’étude ne vaut rien. Elle est totalement pipée.

Voici pourquoi… (là encore, il faut se donner la peine de tout lire, l’information est dissimulée à la fin de l’étude)

L’échantillon retenu pour l’enquête était composé de :

  • Démocrates : 1 494.
  • Républicains 756.
  • Indépendants 732.

Deux fois plus de Démocrates que de Républicains ! Ce qui veut dire que les résultats suivants, que je n’ai pas inclus mais qui sont cités par les médias, ne valent pas tripette :

  • Plus de la moitié des Américains (interrogés donc, avec deux fois plus de Démocrates que de Républicains) ont déclaré que c’est le point le plus bas de l’histoire de notre pays qu’ils se souviennent (56 %)
  • Moins de deux adultes sur cinq (38 %) estiment que le pays est en voie de devenir plus fort que jamais.
  • Un adulte Blanc sur deux (50 %) affirme que les changements climatiques et le réchauffement de la planète sont une source importante de stress.
  • Pour un quart des adultes (25 %), la discrimination est une source importante de stress en 2019.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz