Publié par Christian Larnet le 10 novembre 2019

Faut vraiment être un site d’extrême droite pour avoir le culot de dénoncer l’extrême faiblesse des tribunaux belges face aux islamistes. Un site de gauche et digne ne protègerait jamais les faibles.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Un enseignant islamique vivant à Bruxelles, condamné pour de multiples délits sexuels et violences contre des étudiants, s’est soustrait à une peine de prison.

Bien que le ministère public ait exigé une peine de quatre ans d’emprisonnement contre l’enseignant d’islam, le juge du tribunal a vu suffisamment de circonstances atténuantes pour imposer à l’enseignant une peine de trois ans avec sursis, rapporte Het Laatste Nieuws.

En plus de sa condamnation avec sursis, l’enseignant islamique et prédateur sexuel de 53 ans a été interdit d’enseignement pendant 10 ans pour l’empêcher d’entrer en contact étroit avec des enfants.

Bien qu’il s’en soit tiré indemne, l’accusé continue de nier toutes les accusations portées contre lui. Selon les médias belges, il y a de fortes chances qu’il interjette appel de la condamnation.

Dans une déclaration faite au tribunal, l’accusé a dit :

« Rien n’est juste. Aucun de ces messages ou de ces contacts inappropriés. Je n’ai jamais dépassé les bornes. J’ai toujours eu une relation professionnelle basée sur le respect avec mes élèves. Beaucoup d’entre eux sont également venus me parler de leurs problèmes. Pourquoi ces étudiants m’accusent-ils ? Aucune idée. »

Malgré ses prétentions à l’innocence, le professeur islamique est loin d’être un saint.

  • En 2015, l’enseignant islamique a fait la une des journaux après avoir glorifié l’attaque terroriste de Charlie Hebdo.
  • Après qu’un professeur d’histoire et l’un de ses collègues eurent condamné l’attaque, le professeur islamique a lancé une pétition contre eux.
  • Les étudiants qui refusaient de signer sa pétition auraient été battus.

Bien qu’il ait été suspendu temporairement par l’école qui l’employait, le Royal Antheneum Leonardo da Vinci à Anderlecht, il a été autorisé à revenir peu de temps après.

Après le retour de l’enseignant, de nombreuses plaintes ont été déposées contre lui au cours des années qui ont précédé son retour.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

20
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz