Quantcast
FLASH
[13/12/2019] Royaume-Uni : Les pro-#Brexit, anti-immigration, anti-Europe rejettent le socialisme dans un raz-de-marée électoral par 368/202 sièges  |  [11/12/2019] #Netanyahou songe à recruter l’ancien directeur de campagne de #Trump, Corey Lewandowski, pour sa prochaine campagne électorale  |  Sondage : #Trump devant tous les candidats Démocrates dans le Michigan  |  #Obama a refusé de donner une aide militaire à l’#Ukraine, mais @CBSNews prétend que #Trump met l’Ukraine en danger face à la #Russie  |  Un Islamiste a fait encore un attentat-suicide, à l’extérieur de la principale base américaine en #Afghanistan  |  [10/12/2019] La Finlande inaugurera la plus jeune Premier ministre du monde, Sanna Marin, 34 ans  |  Les Américains soupçonnent l’#Iran d’être à l’origine des attaques à la roquette contre des bases irakiennes accueillant des forces américaines près de l’aéroport international de Bagdad  |  [08/12/2019] Les autorités saoudiennes enquêtent pour savoir si le terroriste de #Pensacola s’est radicalisé lors d’une visite dans le royaume l’année dernière, selon deux responsables saoudiens  |  #Pensacola. Le FBI détient 10 Saoudiens après l’attaque, et en recherche d’autres qui ont participé avec le terroriste à une fête pour regarder des vidéos de tueries de masse  |  Les avions à réaction de l’armée de l’air israélienne ont frappé un camp terroriste de #Hamas, des entrepôts d’armes, des bureaux et des postes de sécurité à #Gaza  |  [07/12/2019] A 20h54 heure locale, 3 roquettes ont été tirées depuis #Gaza sur #Israël, 2 interceptées. Ni @Reuters, @AFP n’en parlent  |  [06/12/2019] En raison d’une aggravation des menaces de l’#Iran, #Israël a testé avec succès des tirs de missile capable de porter une tête nucléaire  |  [04/12/2019] Fatigué des blabla, #Trump annule la dernière conférence de l’Otan et rentre à Washington  |  [30/11/2019] Le terroriste du #LondonBridge était un proche de l’infâme prédicateur islamiste Anjem Choudary  |  La Bolivie rétablit ses liens diplomatiques avec #Israël  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 12 novembre 2019

Lorsqu’il était candidat à la présidence, Trump martelait son slogan : « Amérique d’abord ! »

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il voulait que nous nous occupions de nos propres problèmes avant de nous immiscer dans les affaires des autres pays. Mais ces mots : « Amérique d’abord ! » signifiaient également que d’autres pays attiraient notre attention et nos ressources. Une des raisons de l’entrée de Trump en politique était son ancienne frustration devant nos déficits commerciaux et nos engagements en matière de défense qui, selon lui, avaient ruiné la classe moyenne américaine. Faut-il taxer les Américains pour s’occuper du reste du monde ? Trump dénonçait également les réglementations lourdes, qui chassent des entreprises américaines et des emplois locaux hors du pays.

Comment affronter ces problèmes ? C’était le défi pour Trump. Ces emplois allaient quelque part. Ces déficits commerciaux profitaient à quelques-uns. Nos investissements militaires massifs protégeaient d’autres nations, les libérant du fardeau des dépenses. Les dollars ont fui l’Amérique à grande échelle sous Bush et Obama. Ces impôts américains financent maintenant des programmes gouvernementaux d’autres pays, des autoroutes, des aéroports…

Ayant promis de rendre meilleur son pays, Donald Trump s’imposait d’arracher ces dollars des griffes de nations qui en étaient devenues dépendantes et qui ne les lâcherait pas volontiers.  S’il voulait vraiment donner la priorité à l’Amérique, le reste du monde hurlerait.

En outre le monde du commerce est devenu tellement international et interconnecté, que la plupart des grandes banques et entreprises américaines ont trouvé le moyen de tirer profit de l’argent qui circule dans ces autres pays. On pouvait prévoir que les hurlement viendraient, non seulement de la longue liste des pays qui appauvrissent la classe moyenne américaine, mais aussi de nombreux géants du secteur privé américain, dont beaucoup sont de grands annonceurs et propriétaires de grands médias.

Pour Trump, c’était le combat de sa vie.

D’autant que nos déficits commerciaux les plus importants sont souvent causés par des pays qui manipulent leurs devises, volent la propriété intellectuelle américaine, y compris des technologies militaires ultra secrètes. Avec à la clé des relations particulières entre la Chine et de grandes entreprises américaines, des trucages d’initiés et un vaste labyrinthe de corruption «légalisée».  Tandis que nombre de ces sociétés parrainent des organes de presse dont les reportages enjolivent leur politique au yeux du peuple américain.

Outre que ces sociétés font des dons massifs aux partis démocrate et républicain, et aux principaux législateurs, elles financent des groupes d’intérêts qui promeuvent des réglementations gênantes pour les petites entreprises, et leur assurent un monopole. Elles financent des groupes de réflexion chargés de faire écrire des articles et de mener des études pour tout justifier.

Même les universités américaines. Dépendantes d’étudiants étrangers qui paient tous les frais de scolarité, elles défendent ouvertement le mondialisme et soutiennent des partisans. Ainsi l’Université de Harvard a, dit-on, versé 350 000 dollars à la sénatrice Elizabeth Warren, une démocrate du Massachusetts, pour n’enseigner qu’à une seule classe. Laquelle sénatrice justement défend un grand projet d’éducation supérieure gratuite, payée par le gouvernement. L’Université de Harvard, qui a un budget de 37,6 milliards de dollars, a besoin d’une subvention supplémentaire du gouvernement !

Lors d’une conversation avec le président, j’ai soulevé ces questions.

– « Lorsque vous avez pris vos fonctions, vous avez évidemment appris des détails que le commun des hommes ne connaît pas. Vos idées sur le monde, le commerce et la corruption, vous les aviez depuis des années, voire des décennies.  Comment tout cela a-t-il changé lorsque vous êtes devenu président ? Était-ce aussi mauvais que vous le pensiez ? »

– « C’est encore pire, bien pire que ce que je pensais », m’a-t-il dit. « Mais la bonne nouvelle, c’est que nous avons un grand potentiel. C’est l’une des raisons pour lesquelles ce pays est en train de rebondir.

« Je pourrais vous citer douze pays. Vous seriez choqué. Qu’en est-il de l’Allemagne ? Qu’en est-il de l’Arabie Saoudite ? Ce sont de grands pays. Ce sont des pays riches, parmi les plus riches du monde. Eh, bien ! nous défendons l’Arabie Saoudite et ils ne nous paient pas ! »

Le président se calle dans son fauteuil, me prépare une imitation de conversation réelle, et vous allez aimer cela. Car, rappelez-vous, Trump est un amuseur.

– « Alors, j’ai dit au roi : « Vous devez payer. D’accord, roi ? Vous devez payer. » » Et, pinçant ses lèvres pour imiter la dignité du roi saoudien Salman bin Abdulaziz al Saoud : « Le roi m’a répondu : « Oui, et combien voulez-vous ? » Imaginez !  imaginez ! Depuis toutes ces années, personne ne leur a jamais demandé de payer pour notre aide, sans laquelle l’Arabie Saoudite n’existerait pas ! C’est la chose la plus incroyable que j’ai jamais vue. Nos routes s’effondrent, nos ponts sont en danger, nos aéroports finissent par ressembler à ceux des pays sous-développés, et depuis des années et des années nous protégeons le monde pendant qu’ils s’enrichissent ! J’espère que vous voyez à quel point c’est dingue. »

Puis, imitant de nouveau le roi Salman pinçant les lèvres. « « Oui, et combien voulez-vous ? » Alors j’ai dit : « Est-ce que quelqu’un vous l’a déjà demandé ? » et il a répondu : « Eh bien, non. Personne ne nous a jamais demandé. » Voilà comment l’Amérique a été dirigée. Pendant des années. Pendant des années. Et il y a tellement de choses que je pourrais vous dire. C’est pire que je pensais. »

* Doug Wead,  Inside Trump’s White House: The Real Story of His Presidency, à paraître le 20 novembre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Patrick Vallois pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, suivez notre fil Twitter, puis retweetez-nous. C’est ainsi que les idées que vous défendez circulerons !

Source : https://www.breitbart.com/politics/2019/11/09/exclusive-excerpt-doug-wead-inside-trumps-white-house-the-real-story-of-his-presidency/

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz