Publié par Dreuz Info le 13 novembre 2019

« Zemmour, c’est le journaliste juif français que les multiculturalistes aiment détester », écrit Giulio Meotti dans un particle paru sur Israel National News.

Ses vues iconoclastes sont la seule chance de sauver la France, et c’est pourquoi il est détesté. Fébrile, passionné et intellectuellement violent, il est l’essayiste le plus controversé, vendu et discuté de la France.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Voici la traduction de l’article paru le 6 novembre dernier sur le site Israel National News.

Plus ses livres déclarent que la France est morte et qu’elle sera islamisée, plus ils montent dans le classement des ventes.

Il est l’ennemi public numéro un, mais son visage se retrouve partout, de la télévision à la une des journaux et aux couvertures des magazines. C’est Eric Zemmour, le juif français que les multiculturalistes aiment détester. Il est en face de Bernard-Henri Lévy et Marek Halter, les juifs de gauche.

  • Il est fébrile, passionné et intellectuellement violent.
  • Il est le plus controversé, vendu et discuté essayiste de France.
  • Les organisations islamiques et la gauche antiraciste l’ont traîné devant les tribunaux,
  • Les fondamentalistes islamiques l’ont menacé de mort et l’ont forcé à vivre sous la protection de la police après le massacre de Charlie Hebdo,
  • Et de nombreux ministres ont déconseillé de lire ses livres.

Seul contre tous, un héros solitaire dans une France en phase de décomposition avancée

Né en 1958 et élevé comme « Juif français d’origine berbère », Zemmour obsède le public depuis des années avec la « mort du père » et la fin d’une société traditionnelle, hiérarchique et morale. Il croit qu’une guerre se gagne sur le terrain des idées. A chacune de ses conférences, il réunit un public d’au moins cinq cents personnes qui affluent pour l’écouter, seul contre tous, un héros solitaire dans une France en phase de décomposition avancée.

« L’histoire de France coulait dans mes veines, remplissait l’air que je respirais, forgeait mes rêves, je n’imaginais pas que j’étais la dernière génération à grandir ainsi », écrit-il dans son livre « Destin français« *.

« Je ne suis pas un Juif de France, je suis un Juif français »

La France n’est plus un empire, elle n’est plus le centre culturel du monde, elle n’assimile plus ses migrants, elle n’est plus « la fille aînée de l’Eglise ». Zemmour espère rétablir un peu de cette vieille gloire.

Son père parlait arabe dans les cafés de la Goutte d’Or : « Je ne suis pas un Juif de France, je suis un Juif français », dit-il.

Il estime que la France a le devoir d’assimiler les migrants. Zemmour a grandi à Drancy, en banlieue parisienne. Du parc où il jouait au football avec ses amis au bar au coin de la rue, tout est comme avant. Seul le peuple a changé. Les Juifs sont partis, les musulmans sont arrivés. C’est un nationaliste républicain, un juif qui exalte le rôle public du catholicisme, un bonapartiste anti-libéral convaincu qui aimerait voir Macron et Maastricht tomber, et assimiler les immigrants à la culture française, du premier au dernier.

Aujourd’hui, il est attaqué par le président Emmanuel Macron et François Hollande, le Premier ministre Edouard Philippe, l’ensemble de la gauche, toute la rédaction de son journal (Le Figaro), les organisations musulmanes, les juges, qui ont récemment ouvert une nouvelle enquête pour « incitation à la haine », et de nombreuses entreprises qui refusent de faire de la publicité avant ses émissions.

Dans un monde sans référence, il est nécessaire de ralentir la marche du temps, de réhabiliter les notions d’héritage et de racines.

La « France périphérique » le vénère. Pendant ce temps, Zemmour collectionne les controverses qu’il sème et les porte comme des médailles arrachées au conformisme.

Au lieu de le rejeter comme le font les dirigeants juifs, les Juifs de France devraient l’embrasser.

Les idées de Zemmour – non au postmodernisme, non à l’islamisation, non à l’immigration de masse, non au multiculturalisme, non à l’autodestruction culturelle – sont la dernière chance de sauver la plus grande communauté juive d’Europe, et l’Europe elle-même.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

35
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz