Publié par Atikva le 16 novembre 2019

La Marche contre l’islamophobie a négativement impacté l’image de la France à l’étranger.

Atikva, une fidèle lectrice de Dreuz, explique depuis l’Amérique sa vision du problème. Une Française ne pourrait pas dire ce qu’elle dit, car en France, la liberté d’expression est trop limitée. Aux Etats-Unis, la liberté de dire ce que l’on pense permet d’établir un sain débat d’idées par lequel les gens réfléchissent et forment leur opinion – et paradoxalement, cela réduit le racisme et l’antisémitisme. En France, sous couvert du fourre-tout liberticide « d’incitation à la haine », qui veut tout dire et ne veut rien dire, le débat est fortement censuré, les gens campent sur des positions rigides, qui renforcent leur ressentiment au lieu de l’évacuer dans la discussion. L’opinion exprimée ici par Atikva reflète son point de vue, et pas nécessairement celle de Dreuz.info – Albert Bertold.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les musulmans qui se plaignent maintenant de la haine de la population française, sans blague, ils s’attendaient à quoi, à des fleurs et des remerciements pour lui pourrir la vie ?

Ils envahissent, ils pillent, ils salissent, ils grèvent ses impôts, ils assassinent, ils insultent, ils terrorisent, et ils voudraient en plus être aimés ? Ça ne va pas, la tête ?

La haine, l’épicier de mon quartier, la jeune aide à domicile qui s’occupait de ma mère, son père à qui le mien avait rendu un service et les autres musulmans que je côtoyais du temps où je vivais en France n’ont jamais eu à en souffrir.

Seulement voilà : ceux-là étaient venus vivre chez nous non pas pour conquérir, mais pour adopter le mode de vie à l’Occidentale.

Pas de voile, pas de construction de mosquées, pas de prières dans les rues, pas de tags haineux envers leurs hôtes, pas de déprédations, pas d’antisémitisme, pas de trafic de drogue, pas de viols et de violence dans les lieux publics et surtout – pas de terrorisme. 

Maintenant ils récoltent ce qu’ils ont semé, et encore, ne se rendent-ils pas compte d’à quel point ils se sont rendus odieux à la population, car la peur retient beaucoup de Français de manifester leurs sentiments, et de se livrer aux rétributions auxquelles ils aspirent.

Et cette passivité durera ce qu’elle durera – mais pas éternellement.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Atikva pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz