Quantcast
Publié par Dreuz Info le 30 novembre 2019

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’en est violemment pris ce vendredi 29 novembre à son homologue français Emmanuel Macron qu’il a jugé en «état de mort cérébrale».

Des déclarations virulentes, qui laissent craindre une escalade des tensions, à une semaine d’un sommet crucial de l’Otan.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reprenant les déclarations du président français, qui avait jugé l’Otan en état de «mort cérébrale»,Recep Tayyip Erdogan a déclaré: «Je m’adresse depuis la Turquie au président français Emmanuel Macron, et je le redirai à l’Otan. Fais d’abord examiner ta propre mort cérébrale». «Ces déclarations ne siéent qu’à ceux dans ton genre qui sont en état de mort cérébrale», a insisté le président turc lors d’un discours à Istanbul. Ces propos véhéments interviennent après des critiques émises jeudi par Emmanuel Macron au sujet de l’offensive lancée le mois dernier par la Turquie en Syrie contre une milice kurde appuyée par les pays occidentaux.

«Soyons clairs, ce n’est pas une déclaration, ce sont des insultes», a réagi la présidence française. L’ambassadeur turc à Paris a été convoqué au Quai d’Orsay. «Nous attendons du président Erdogan qu’il clarifie les choses», a ajouté l’Elysée.

Avec son interview à The Economist, «le président de la République a posé les termes d’un débat qui nécessite des réponses de chacun des alliés, mais peut-être plus particulièrement de la Turquie», a ajouté la présidence. «Il y a cette question de l’opération turque en Syrie et de ses conséquences, la résurgence possible de Daech (…) mais il y en a d’autres encore sur lesquelles ce sont des réponses sur le fond qu’il nous faut», a souligné la présidence.

Les remarques de Erdogan renforcent les tensions entre la Turquie et l’Otan, dont Ankara est membre, avant un sommet crucial de l’Alliance à Londres la semaine prochaine. Recep Tayyip Erdogan et Emmanuel Macron, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre britannique Boris Johnson doivent en outre se réunir en marge de ce sommet pour discuter de la Syrie. Le mois dernier, Ankara a lancé une incursion dans le nord-est de ce pays visant la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), qualifiée par la Turquie de «terroriste». Mais les pays occidentaux ont critiqué cette opération et Macron a déclaré dans un entretien à l’hebdomadaire The Economist début novembre que cette offensive unilatérale faisait partie des symptômes indiquant que l’Otan était en état de «mort cérébrale».

«Lorsqu’il s’agit de fanfaronner, tu sais très bien le faire»

Les critiques particulièrement vives de la France ont suscité l’ire des dirigeants turcs, qui accusent Paris d’ignorer les préoccupations sécuritaires de la Turquie liées à la Syrie frontalière.

«Qu’as-tu à faire en Syrie, toi ? Moi, j’ai le droit d’y entrer pour lutter contre le terrorisme. Mais toi, qu’as-tu à y faire ?», a lancé Erdogan. «Personne ne fait attention à toi. Tu as encore un côté amateur, commence par remédier à cela», a lancé Recep Tayyip Erdogan à l’adresse d’Emmanuel Macron. «Lorsqu’il s’agit de fanfaronner, tu sais très bien le faire. Mais lorsqu’il s’agit de verser à l’Otan l’argent que tu lui dois, c’est autre chose». «Il est tellement inexpérimenté ! Il ne sait pas ce qu’est la lutte antiterroriste, c’est pour cela que les gilets jaunes ont envahi la France», a-t-il encore dit.

Jeudi, le président français avait reproché à la Turquie d’avoir mis «ses alliés devant le fait accompli d’une intervention militaire qui met en péril l’action de la coalition contre Daech».

Après quoi le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, avait accusé la France de soutenir le terrorisme.

«Il est déjà le parrain d’une organisation terroriste qu’il reçoit constamment à l’Elysée. S’il dit que son allié est l’organisation terroriste (…) il n’y a vraiment rien à ajouter», avait-il martelé.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz