Publié par Pierre Lurçat le 4 novembre 2019

Deep State, « l’État profond »: l’expression évoque le titre d’une série d’espionnage. S’agit-il d’un véritable « État dans l’État », ou plus simplement du pouvoir de l’administration et des groupes de pression, qui s’oppose parfois à celui des élus du peuple ?

Plus précisément, il pourrait s’agir de tous ceux qui – au sein de l’administration, de l’armée, de l’économie ou des médias – se donnent pour tâche non pas de servir l’Etat, le peuple et le gouvernement qu’il s’est donné, mais au contraire de renverser ce dernier par des moyens non démocratiques, pour servir leurs propres intérêts, matériels ou idéologiques. Quelle que soit l’acception précise qu’on lui donne, ce concept permet de comprendre les causes profondes de la situation politique sans précédent que traverse l’État d’Israël depuis plusieurs mois… Comme l’écrit la commentatrice israélienne Caroline Glick, “l’usurpation du pouvoir des élus par “l’État profond” au cours des trois dernières décennies est la question politique la plus brûlante en Israël aujourd’hui”. (1)

Crise politique et institutionnelle

La situation actuelle, que les médias israéliens décrivent par le terme hébraïque de « plonter » (sac de nœuds), n’est pas tant un blocage des institutions et des mécanismes électoraux, que l’aboutissement d’un long processus d’érosion du pouvoir politique, celui de la Knesset et de l’exécutif, face à la montée en puissance d’un véritable “pouvoir judiciaire”, plein de morgue et d’hybris. Si l’on voulait dater le début de ce processus de manière précise, on pourrait prendre comme point de départ la fameuse affaire du compte en dollars, en 1977, durant laquelle le Premier ministre avait été contraint de démissionner pour avoir détenu quelques centaines de dollars sur un compte aux États-Unis, ce qui s’expliquait tout naturellement par le fait qu’il y avait été ambassadeur (2). Cette infraction dérisoire permit au procureur de l’État de l’époque d’affirmer son pouvoir, en obtenant la démission du Premier ministre. C’est au cours de cette affaire que fut ainsi fixé le dangereux précédent, selon lequel un dirigeant élu « devait » démissionner, lorsqu’il était inculpé par le procureur de l’État. 

Ce que la plupart des commentateurs ont alors (et depuis lors) célébré comme une victoire de l’État de droit contre la « corruption », était en réalité une pure et simple invention juridique, qui marqua le début d’un processus d’effritement des  prérogatives de l’exécutif, rognées par un « pouvoir judiciaire » de plus en plus puissant, processus dont nous voyons aujourd’hui les conséquences dramatiques. Il n’est pas anodin que le Premier ministre d’alors s’appelait Itshak Rabin. Quant au procureur de l’État, il n’était autre qu’Aharon Barak, le théoricien et le maître d’œuvre de la « Révolution constitutionnelle », qui a permis à la Cour suprême de devenir la cour la plus activiste du monde et le premier pouvoir en Israël. Ce faisant, il a  ébranlé le fragile équilibre des trois branches de l’État, exécutif, législative et judiciaire, en créant un “pouvoir judiciaire” qui n’a pas sa place dans une démocratie authentique. (3)

Itshak et Léa Rabin

Ceux qui voudraient aujourd’hui que Benjamin Netanyahou démissionne, avant même d’être inculpé, ou dès lors qu’il le sera, ne font que tirer les conséquences logiques du précédent créé à l’époque par Aharon Barak. Mais ce précédent, quoiqu’on pense de son opportunité morale et politique, n’avait juridiquement aucun fondement solide. D’après la Loi fondamentale sur le Gouvernement, en effet, seule la Knesset est habilitée à destituer un Premier ministre en exercice, selon une procédure détaillée et précise. La théorie de la « démission forcée » du Premier ministre a été créée ex nihilo par le juge Aharon Barak, qui se considère lui même comme « créateur du droit » et donc comme au-dessus des lois – même fondamentales – comme il l’affirme explicitement dans ses nombreux écrits. (4)

Putch judiciaire et chantage politique

Si la « praklitout » (le cabinet du procureur de l’État) se comporte aujourd’hui avec une telle arrogance – au point que le ministre de la Justice lui-même a cru bon de dénoncer ses pratiques, lors d’une intervention sans précédent dans l’histoire d’Israël – c’est précisément au nom de cette conception erronée et dangereuse, qui voudrait que des employés de l’État puissent défaire ce que les électeurs ont décidé. Que ces employés parlent au nom du droit et de « l’État de droit » ne change rien à l’affaire. La comparaison avec la procédure d’impeachment américaine est instructive : aux États Unis, seul le Congrès peut décider de lancer une telle procédure, exceptionnelle.

Dans l’État d’Israël d’aujourd’hui, la compétence exorbitante que s’est arrogée, sans fondement légal véritable, le procureur de l’État lui permet ainsi de faire tomber n’importe quel Premier ministre, avec la complicité active de la police et de médias complaisants. Car c’est bien de cela qu’il s’agit dans les affaires Netanyahou, comme l’a reconnu Avishai Mandelblit dans un accès de sincérité. Si Netanyahou démissionne, les procédures seront annulées, avait-il expliqué l’été dernier, comme l’avait à l’époque révélé le Jerusalem Post ! Or de deux choses l’une : s’il a commis une infraction, il doit être poursuivi même après son éventuelle démission, ce qui montre bien que l’objectif poursuivi par Mandelblit est avant tout politique.

Nous sommes ici au coeur de la réalité paradoxale de la crise politique actuelle. Ceux qui n’ont que les mots d’État de droit a la bouche, ne cherchent en réalité qu’une seule chose, regagner par un artifice juridique le pouvoir qu’ils ont perdu par les urnes (5). Et c’est précisément parce qu’ils sont convaincus que l’ère Netanyahou touche à sa fin, que la formation d’une coalition devient impossible et presque superflue… A quoi bon négocier en effet, si Benny Gantz peut espérer obtenir le pouvoir sans effort, d’ici quelques mois ou quelques semaines, quand le procureur aura « démis » Netanyahou de ses fonctions ? Dans un régime où le Premier ministre est “démis” par un procureur, les élections deviennent un luxe inutile.

Des élections superflues : Nétanyahou et Gantz

Pourtant, il est important de le répéter, il ne s’agit pas seulement d’un affrontement entre partisans et adversaires de M. Netanyahou. Car le pouvoir démesuré du procureur de l’État et de ses alliés pourra demain s’exercer contre tout Premier ministre élu, fût-il de gauche, comme Itshak Rabin a l’époque du compte en dollars. Cette épée de Damoclès, qui plane désormais sur la tête de tout dirigeant élu n’est pas, comme voudraient le faire croire ses partisans, un « chien de garde » de la démocratie. Elle est bien plutôt, comme l’a expliqué l’avocat américain Alan Dershowitz, un « chien d’assaut » contre la démocratie et ses institutions. Et nous en revenons ici au problème de l’État dans l’État, – ou de la « praklitout dans la praklitout » – pour reprendre l’expression du ministre de la justice Amir Ohana. 

Le « Deep state » israélien ne menace pas seulement le pouvoir de Benjamin Netanyahou. Il menace et porte atteinte – et a déjà porté un coup dangereux – au fonctionnement de la démocratie israélienne. Le remède à cette situation préoccupante existe, et il ne réside pas dans la réforme du système électoral, comme on l’entend souvent dire. Le remède passe par l’annulation du pouvoir exorbitant de la Cour suprême et du procureur de l’État, en redonnant aux élus du peuple, à la Knesset et au gouvernement, les compétences qui leur reviennent selon les lois fondamentales de l’État d’Israël, expression de la volonté générale et de la souveraineté populaire. Il faut mettre fin au Deep State pour préserver la démocratie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Lurçat pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous