Publié par Gilles William Goldnadel le 3 décembre 2019

Le monde a beaucoup glosé depuis quelques jours sur le fait que le terroriste islamiste Ousmane Kahn qui a assassiné deux personnes et en a blessé trois autres sur le pont de Londres vendredi dernier était sorti de prison bien avant l’heure, dans le cadre d’une libération conditionnelle.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le plus tristement farce, c’est que ce fanatique était invité à une conférence sur la réhabilitation des prisonniers organisée candidement par l’université de Cambridge. C’est dans ce bâtiment que, muni de deux couteaux, il aura attaqué ses premières victimes…

Soudain voici que les journaux, toutes tendances confondues, se mettent à crier haro sur le baudet anglais. Pure sottise que tout cela, la justice britannique n’ayant rien à envier à sa voisine française en matière de démission. Doit-on rappeler que l’égorgeur du Père Hamel se trouvait dans la même situation juridique ? Ou que le tunisien qui commit l’hécatombe de Nice n’avait rien à faire sur le territoire français où il terrorisait déjà sa femme sans que la police n’intervienne ? Plus récemment encore, une djihadiste vient d’être condamnée à sept ans de prison, moins encore que les petites huit années que le parquet demandait et plus que les dix ans qui sont régulièrement infligés à des escrocs français nullement récidivistes.

Il y a trop longtemps que je dis ou écris les raisons de cette insupportable faiblesse qui dissimule sous la couleur d’une générosité factice l’incurable culpabilité de l’homme blanc envers l’Autre.

Son impuissance à pouvoir réellement sévir et à protéger ses enfants. Le fait qu’après s’être considéré à tort et pendant des siècles comme supérieur, le voilà à présent qu’inconsciemment s’abaisse, se génuflexe et s’accuse de tous les maux. Et à force de l’avoir fait, voilà qu’à présent l’Autre le croit et entend le châtier. C’est dans ce contexte inconscient qu’il faut comprendre la démission étatique des nations européennes fatiguées d’être gâtées et qui n’ont pas connu le joug communiste.

C’est dans ce cadre collectif sadomasochiste que des individus d’exception se dressent pour sauver l’honneur des nations.

En France, treize jeunes hommes, qui sont le sel de la terre, auront fait le sacrifice de leur vie pour signifier aux islamistes que l’Occident judéo-chrétien n’a plus honte d’être ce qu’il est et de défendre non seulement les siens, mais aussi les Africains, pour autant qu’ils le veuillent.

À Londres ce sont trois hommes qui ont pourchassé héroïquement le haineux avant d’être rejoints par deux autres passants. À eux tous, avec un extincteur et une mâchoire de narval ils l’ont réduit à quia.

Du bon usage et du courage et aussi de la saine et vertueuse furie.  Honte à l’état failli qui ne rend pas justice, gloire à ces justiciers qui sauvent les vies et l’honneur du pays.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel. Publié avec l’aimable autorisation de Valeurs actuelles.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz