Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 6 décembre 2019

Le régime nazi avait interdit au Luxembourg de fêter les fêtes chrétiennes. Il lui avait imposé de renoncer à ses traditions, à sa langue, à sa culture, et à ses fêtes. Les rues furent rebaptisées, les gens contraints de germaniser leurs noms de famille.

L’équivalent luxembourgeois de Noël, la Saint-Nicolas, était célébré le 6 décembre. Les nazis l’avaient interdit. Mais le 5 décembre 1944, un groupe de GI qui arrivaient à Wiltz, découvrirent une ville fatiguée, déchirée par la guerre, et décidèrent d’apporter un peu de joie festive aux enfants en organisant une visite de Saint-Nicolas.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

En 1944, la 28e division d’Infanterie s’était repliée à Wiltz après d’intenses combats contre la Werhmacht à la frontière allemande. Les soldats avaient survécu à une terrible bataille dans la forêt allemande de Hurtgen, où leur unité avait subi 60 % de pertes.

Stutz était parmi les derniers soldats à rester sur place après la libération de la ville, et assurait sa défense contre les troupes nazies qui battaient en retraite.

Le caporal Harry Stutz eut alors une idée. Rendre Saint-Nicolas à la ville.

Comme Stutz était juif, et il pensa ne pas être la personne idéale pour incarner Saint Nick. Il proposa son ami, le caporal Richard Brookins, qui accepta de se grimer en Saint-Nicolas, avec mitre et barbe blanche, afin de ramener un peu d’espoir dans les regards des enfants de la ville.

Les religieuses fournirent à Brookins une robe blanche, et les soldats rassemblèrent leurs bonbons et leurs rations de chocolat pour les distribuer aux enfants.

Entouré par deux angelots, le jeune soldat défila ainsi dans la ville à l’arrière d’une Jeep de l’armée américaine, distribuant bonbons, chewing-gums et rations de chocolat à tous les enfants…

Depuis lors, l’American St. Nick est salué chaque année à Wiltz, ramené dans un clin d’œil de l’histoire par un caporal juif, et contée aujourd’hui par cet autre juif. La distinction militaire honorifique la plus élevée du Luxembourg fut remise à Richard Brookins en 2016.

Après la fin de la guerre, Brookins retourna dans sa ville natale de Rochester, N.Y. En 1977, il reçu une lettre de la ville de Wiltz l’invitant à revenir pour le 30e anniversaire de la reconstruction de la ville. Les Américains avaient donné leur vie pour vaincre les Nazis. Contrairement à d’autres, les Luxembourgeois n’avaient jamais oublié.

La lettre mentionnait que les gens de Wiltz avaient réinstallé la célébration de Saint-Nicolas de 1944. Ils ont retracé la route que Brookins avait empruntée dans la jeep de l’armée américaine.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Elle est encore plus belle, car il en existe des images.

Deux cameramen de combat arrivèrent à Wiltz après avoir filmé dans la région. Ils virent une Jeep passer avec ce qui ressemblait au Père Noël assis à l’arrière… Ils sortirent leur caméra, et filmèrent l’étrange scène, immortalisant l’événement.

Si la Jeep était arrivée 30 secondes plus tard, ils ne l’auraient jamais vue, et il n’y aurait probablement jamais eu d’images.

Brookins était loin de se douter de l’immense impact que la scène aurait sur les habitants de Wiltz, qui s’en souviennent et l’honorent chaque année depuis.

 » Il ne s’agissait pas seulement de distribuer des bonbons aux enfants, même si c’était la raison pour laquelle ils l’ont fait », explique Peter Lion, qui a écrit le livre « The American St. Nick »*.

 » Quand on pense à ce que cela signifiait, après cinq ans de règne nazi, d’oppression et d’occupation… Il y a encore beaucoup d’émotion dans cette histoire, et la façon dont les gens la racontent. On ne peut pas s’empêcher d’être ému. »

Cette semaine, alors l’ancien Premier ministre luxembourgeois Juncker venait de conclure une réunion avec le Président Trump sur le commerce, il a déclaré au Center for Strategic and International Studies à Washington.

« Un jeune caporal de la 28e division d’infanterie de l’armée américaine, Richard Brookins, a décidé de soutenir les enfants de la ville en se déguisant en Saint Nicolas. »

L’histoire est devenue presque légendaire à Wiltz depuis la première fois où Brookins est revenu, en 1977. Depuis, il est revenu à plusieurs reprises pour le défilé de la Saint-Nicolas, la dernière fois en 2014 pour son 70e anniversaire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz