Publié par Jean-Patrick Grumberg le 7 décembre 2019
Michael Bloomberg face à Gayle King sur CBS This Morning

Michael Bloomberg était invité de Gayle King sur CBS. Ce qu’il a dit a terrassé le camp Démocrate.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Le milliardaire new-yorkais et candidat à l’élection présidentielle (qui obtiendra probablement moins que 1% aux primaires) a déclaré sur CBS News dans une interview, qu’il avait décidé de se lancer dans la course parce que Trump « mangerait tout cru » tous les autres candidats à la Maison-Blanche.

« J’ai regardé tous les candidats. Et je me suis dit, Donald Trump les mangera tout cru », a déclaré Bloomberg à Gayle King.

« Laissez-moi reformuler. Je pense que je ferais mieux pour rivaliser avec lui et le battre. »

King, qui est une amie personnelle d’un autre candidat à la primaire Démocrate Corie Booker, a utilisé les 15 minutes de son temps d’antenne pour défier l’ancien maire de New York depuis un point de vue très à gauche, exigeant par exemple de savoir comment il allait réussir sur le contrôle des armes à feu. Elle s’est aussi inquiété des dépenses électorales excessives, et a demandé si Bloomberg ne représentait pas un « vieil homme blanc » de plus sur le terrain.

L’ancien maire de New-York a dit que Trump devrait être destitué parce que le président ne comprend pas que c’est mal d’utiliser la fonction publique pour son profit personnel.

Bloomberg s’est lancé dans la course le mois dernier après avoir refusé de le faire plus tôt dans l’année. Il a insisté sur le fait qu’il n’avait rien contre Joe Biden, qui partage beaucoup de ses positions politiques modérées, et qu’il ne courait pas pour l’éliminer [hum… je m’autorise le doute].

« [Biden] n’a pas le poste de président des États-Unis et moi non plus », a répondu M. Bloomberg. « J’essaie de prendre le poste à Donald Trump, pas à Biden ».

Bloomberg est le deuxième milliardaire qui cherche l’investiture Démocrate avec Tom Steyer, qui se traîne entre 1 et 2%, et est totalement inconnu. Kamala Harris, qui était dans ces chiffres, vient de jeter l’éponge. En coulisse, la Sénatrice noire était la favorite des Obama. Elle m’a beaucoup amusé, en soutenant que c’est à cause du racisme et du sexisme qu’elle a du renoncer : l’idiote ne s’est pas rendu compte que ceux qu’elle accusait de ces tares étaient les électeurs Démocrates !

Bloomberg se bat pour rejoindre le peloton des candidats Démocrates de tête, qui sont d’ailleurs tous blancs et vieux, dans un contexte où les militants de gauche réclament de la diversité et du sang neuf !

« Il serait préférable que le groupe soit plus diversifié, a dit Bloomberg, qui lui aussi est blanc et vieux. « Mais le public est en train de choisir et de rétrécir ce champ, » en référence à l’abandon d’Harris.

Bloomberg a ensuite insisté sur le fait qu’utiliser sa fortune personnelle pour financer sa campagne n’est pas différent des autres candidats qui collectent des fonds auprès de riches donateurs – et pourrait même faire de lui un meilleur président.

Meilleur je ne sais pas, mais plus indépendant certainement : il n’aura pas à renvoyer l’ascenseur. Là encore, sans s’en rendre compte, Bloomberg reconnaissait que le président Trump n’a pas non plus de comptes à rendre, puisqu’il avait financé lui-même sa campagne.

« Je ne veux pas qu’on m’achète », a dit le candidat.

Bloomberg a admis avoir un énorme ego, mais a insisté sur le fait que ce n’est pas pour ça qu’il est candidat à la présidence [je vous autorise un franc rire]. Il a vanté le travail qu’il a fait en tant que maire pendant trois mandats [bien mérité, il est vrai, mais…].

« L’équipe que j’ai mise sur pied a fait une énorme différence à New York, a déclaré M. Bloomberg. « Et la ville de New York en a profité et continue d’en profiter aujourd’hui. »

Ce n’est pas vrai. Bloomberg n’a pas « fait la différence », il a continué le formidable travail engagé et réussi par Giuliani. Le talent de Bloomberg a été d’avoir eu la sagesse de continuer dans les pas de son prédécesseur.

Mais Bloomberg a fait une erreur. Il vient de s’excuser, donc s’est déjugé et a contredit l’action dont il disait quelques instants plus tôt être fier, pour avoir utilisé des méthodes qui ont maintenu la sécurité et le faible taux de criminalité dans la ville.

Il a défendu ses excuses pour la répression controversée « arrêter et fouiller », affirmant que les dirigeants « compétents et intelligents » admettent quand ils font des erreurs. C’était un coup par la bande contre Trump, qui s’excuse rarement, voire jamais. Pas sûr qu’il aura convaincu.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz