Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 décembre 2019

L’un des suspects de la tuerie dans une supérette casher de Jersey City, dans le New Jersey, mardi 10 décembre, qui a fait trois morts et deux policiers blessés, est un noir du nom de David Anderson. Sa complice se nomme Francine Graham.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Anderson était un ancien disciple de la secte des « Israélites hébreux noirs », un groupe de non-juifs dont les membres croient qu’ils sont les vrais descendants des anciens Israélites. L’autre suspecte est une femme, Francine Graham.

Selon trois sources, Anderson adhérait à la fois aux croyances chrétiennes et judaïques. Il y avait une note écrite avec des écrits religieux dans la camionnette de location U-Haul que lui et Graham ont conduite pour se rendre devant la supérette, où ils ont laissé s’exprimer par le meurtre leur haine des juifs. Au moment d’écrire ces lignes, il n’est pas clair s’il s’agit d’un crime de haine antisémite, ou lié au terrorisme, disent les responsables de la police.

Un voisin de Graham a déclaré il y a quelques minutes à la chaîne de télévision News 4 avoir été son voisin pendant des années. Le voisin a décrit Graham comme une ancienne aide-soignante à domicile de Manhattan, qui a rencontré Anderson après qu’elle ait été blessée au travail et qu’elle ait démissionné ; il dit que Graham est devenue une « personne sinistre » après leur rencontre.

Le voisin affirme aussi que Graham a été contrainte de pratiquer une « religion militante » qu’il ne savait pas identifier ; et qui consistait à chanter et lire le Nouveau Testament, traduit dans une version de « mal », et qu’il pouvait l’entendre de chez lui.

Il y a un an, dit le voisin, dont le nom n’a pas été divulgué pour assurer sa sécurité, Graham a arrêté de payer son crédit immobilier et est partie. Jersey City a déclaré à News 4 que l’hypothèque de son appartement a été reprise par une banque en novembre 2018.

La police a également déclaré avoir découvert des messages en ligne liés au compte Facebook d’Anderson, avec des écrits anti-policiers et anti-juifs. Les enquêteurs cherchent à savoir si Anderson lui-même a posté ces messages.

Le mouvement noir israélite hébraïque

L’organisation suprémaciste noire du mouvement israélite hébraïque se répand, et ses dirigeants sont de plus en plus militants. Le siège social du groupe se trouve à l’église israélite de Dieu en Jésus-Christ, le long de Madison Avenue dans le quartier de Harlem à New York. Le groupe soutient que les Noirs sont les « vrais Juifs ».

Le quartier général a été perquisitionné par le FBI et les agents du fisc en novembre 2016. Jermaine Grant, la chef du mouvement, a plaidé coupable de complot en vue de frauder les États-Unis en avril 2019.

Chabad.org a parlé à un survivant qui était dans le magasin.

« J’étais debout près du rayon des salades de l’épicerie et j’ai entendu trois coups de feu, et des balles qui ont brisé la vitrine de l’épicerie », a-t-il dit à Chabad.

« Soudain, j’ai vu deux personnes entrer, avec de longs imperméables noirs et des armes d’épaule. Ils ont essayé de pointer l’arme sur moi, je l’ai repoussée et je me suis enfui. »

Conclusion

Le mouvement marginal des noirs hébreux israélites a une histoire complexe et mouvementée. Récemment, des membres du mouvement ont été impliqués dans une agression contre des étudiants catholiques de Covington, dont Dreuz a parlé janvier 2019.

Naturellement, la gauche américaine tarde toujours à condamner l’antisémitisme noir avec la même férocité que s’il s’agissait d’extrémistes de droite, et s’il s’était agi en plus de militants nationalistes blancs pro-Trump, cela ferait déjà les gros titres de BFMTV et de France 2. Là, je ne suis même pas certain que l’identité raciale des tueurs sera mentionnée.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz