Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 décembre 2019

Selon les premières informations, un homme et une femme sont impliqués dans une longue fusillade dans une supérette casher de Jersey City (New Jersey) qui a fait trois morts, et qui semblait être un cambriolage qui a mal tourné. Ce n’est pas le cas.

Le directeur de la sécurité publique, James Shea, a dit que deux suspects se sont arrêtés devant une épicerie casher dans une camionnette volée. Ils sont sortis de la camionnette avec des armes d’épaule et ont commencé à tirer.

L’un des suspects, un noir du nom de David Anderson, était un ancien disciple des « Israélites hébreux noirs », un groupe de non-juifs dont les membres croient qu’ils sont les vrais descendants des anciens Israélites. L’autre suspect est une femme, Francine Graham.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

« Cela n’a pas commencé par une fusillade entre des policiers et les agresseurs, a expliqué Shea. Tout a commencé par une attaque contre les clients du magasin. »

Les faits

Les autorités ont été alertées d’une fusillade près d’un supermarché du quartier Greenville de Jersey City vers 12h30, selon le chef de la police de Jersey City, Michael Kelly. Des officiers de police ont répondu à l’appel, et ont été confrontés à des « tirs de fusils de grande puissance », devant la supérette, a-t-il déclaré.

Deux policiers, qui patrouillaient à pied près de l’épicerie, ont été en mesure de répondre immédiatement à l’appel.

Greenville est une zone résidentielle avec une population historiquement afro-américaine et des pâtés de maisons denses, où se trouve une école catholique, une église pentecôtiste, un restaurant dominicain, et une communauté d’environ une centaine de familles juives orthodoxes récemment installées dans le quartier, justifiant l’ouverture de la supérette, il y a trois ans.

Les deux criminels ont couru à l’intérieur du magasin quand les policiers des environs sont arrivés et ont riposté. Environ deux heures plus tard, les policiers ont trouvé les corps des deux suspects et de trois personnes, dont Leah Minda Ferencz, propriétaire du magasin avec son mari, et Moshe Deutsch, 24 ans, gisants morts dans le magasin, a dit Shea. Deux policiers ont été blessés. La police a encore fourni peu d’informations sur les suspects.

Pendant deux heures, les coups de feu ont retenti dans toutes les rues entourant le marché de Jersey City, de l’autre côté de la rivière Hudson, en face de Manhattan.

La tuerie s’est produite dans un magasin d’alimentation casher d’un quartier de la ville qui est devenu un lieu de rassemblement pour une centaine de familles juives orthodoxes.

  • Mardi soir, la police indiquait que le mobile n’avait pas encore été déterminé.
  • Mercredi, cependant, le maire, Steve Fulop, a dit que l’épicerie casher avait été spécifiquement prise pour cible.

« Nous pouvons voir la camionnette se déplacer lentement dans les rues de Jersey City. Puis les auteurs se sont arrêtés devant la supérette casher, ont calmement ouvert la porte avec deux longs fusils, » a déclaré Fullop, « et ont commencé à tirer depuis la rue vers le supermarché ».

Messages antisémites

Un des suspects impliqués dans la fusillade avait posté sur internet des messages antisémites et anti-policiers, et les enquêteurs pensent que l’attaque était motivée par ces sentiments, a déclaré mercredi un responsable des forces de l’ordre.

Les enquêteurs ont également trouvé une note, un genre de manifeste, à l’intérieur de la camionnette des agresseurs, a déclaré le responsable de la police.

Le document, qui a été décrit par la police comme étant bref et « décousu », n’indiquait aucun motif clair qui permette de faire le lien avec la fusillade. Les enquêteurs ont également trouvé une bombe artisanale à l’intérieur du véhicule.

Le maire de Jersey City, Steven Fulop, a déclaré ce mercredi que les images de surveillance indiquaient que les deux tireurs avaient spécialement ciblé le supermarché casher.

M. Fulop a dit que les images ont révélé qu’après avoir tiré sur le policier lors d’un affrontement précédent, les tireurs se sont lentement dirigés vers le supermarché.

« Les auteurs se sont arrêtés devant et ont calmement ouvert la porte avec deux longs fusils, » a-t-il dit.

M. Fulop n’a pas dit si l’attaque était de nature antisémite, bien que sur Twitter, il ait dit que « la haine et l’antisémitisme n’ont jamais eu leur place » à Jersey City. Le directeur de la sécurité publique de Jersey City, James Shea, a déclaré que les motifs des tireurs faisaient toujours l’objet d’une enquête.

Même si la dimension antisémite de la tuerie a maintenant été retenue, il n’est pas clair s’il s’agit d’un attentat terroriste.

Avant la supérette, il y a eu une fusillade dans un cimetière

Le même jour, un policier de Jersey City, Joe Seals, s’est approché de deux suspects, un homme et une femme, qui se trouvaient à l’intérieur d’une camionnette de location U-Haul stationnée dans le cimetière Bayview dans Garfield Avenue, près du supermarché casher, parce que la camionnette avait été liée à un homicide pendant le week-end. Seals n’avait pas de détails sur l’homicide.

La vidéo surveillance montre que les deux suspects ont alors tiré sur le détective et l’ont tué. Joe Seals avait 15 ans de métier dans la police, et il était père de cinq enfants.

Les tueurs se sont enfuis à bord de la camionnette, et ils se sont retrouvés devant l’épicier casher où ils se sont garés. Ils sont entrés dans le magasin tout en tirant des coups de feu.

Pendant une bonne partie de l’heure qui a suivi, les habitants des environs ont entendu des coups de feu rapides provenant de la zone entourant le supermarché.

Au départ, les enquêteurs ont dit qu’ils croyaient que la supérette avait été visée au hasard et que l’épisode n’était pas un crime haineux. Le directeur de la sécurité publique de la ville avait déclaré lors d’une conférence de presse, mardi après-midi, qu’il n’y avait « aucune indication » de terrorisme.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz