Quantcast
Publié par Hélène Keller-Lind le 12 décembre 2019

Au cœur des élections générales en Grande-Bretagne : Brexit et système de santé, mais aussi le virulent antisémitisme du Parti travailliste.

Mise à jour, jeudi 13 décembre : Les conservateurs ont remporté une victoire écrasante. Jeremy Corbyn dit qu’il va démissionner.

En ce 12 décembre 2019 se tiennent des élections générales anticipées en Grande-Bretagne, largement centrées sur le Brexit, approuvé lors d’un référendum en juin 2016 mais qui n’a pu être appliqué à ce jour et que soutient le Parti Conservateur en lice. Son opposant travailliste se disant neutre en la matière. Viennent se greffer d’autres thèmes, comme les dépenses pour le système de santé. Mais un sujet, largement occulté par la plupart des médias en dehors de la Grande-Bretagne est tout aussi central : le sort de la communauté juive si le Parti travailliste conduit par un Corbyn violemment antisémite devait l’emporter.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Relation de la communauté juive britannique avec son pays mise en péril par des années d’antisémitisme au sein du Parti Travailliste dirigé par Corbyn

Le 12 décembre 2019, un tweet de David Collier– qui se décrit comme «Juif. Sioniste. Pro-Occidental. Mobilisé par la montée de l’antisémitisme» et qui œuvre pour faire connaître la vérité avec son site http://david-collier.com/ – résumait parfaitement l’ambiance qui règne depuis des mois au sein de la communauté juive britannique : 

«Je ne peux résumer en 280 signes ce que je ressens. Cependant, il s’avère que ma relation avec le pays où je suis né ne sera plus jamais la même. Des millions de Britanniques me considèrent comme un étranger, comme «un autre», comme n’étant pas vraiment britannique. Je pense que Corbyn va perdre, mais cela ne me procure aucune joie.» https://twitter.com/mishtal/status/1205085913291935744?s=20  

Plus tard dans la même journée il postait ce tweet «J’essaie de ne pas perdre ma bonne humeur. La réalité est que depuis 4 longues années je me bats contre l’antisémitisme avec mes héros comme le sont

@GnasherJew et @LabourAgainstAS. Je suis fatigué, épuisé et des plus inquiets. Je ne peux imaginer que ce pays va voter pour un Parti antisémite.» https://twitter.com/mishtal/status/1205127312989196295?s=20 

  • @GnasherJew, «compte alimenté par des Juifs, journalistes d’investigation et d’anciens membres du Parti Travailliste» ne mâche pas non plus ses mots, et comme tous ceux qui combattent l’antisémitisme virulent de Corbyn et du Parti Travailliste qu’il dirige est violemment attaqué. Il postait ceci il y a peu :

«Des Juifs protestant sans violence contre #LabourAntisemitism sont traités de :

  • Racaille
  • Poussés violemment
  • Se font railler avec des chants du Hamas
  • Se font accuser d’être payés par Israël
  • Entendent affirmer que les Juifs exploitent la Shoa 

Ce qui est le vrai visage du Parti Travailliste @uklabour et de @jeremycorbyn»

Commentaire posté pour illustrer cette vidéo : https://twitter.com/israel_advocacy/status/1204920103999025152?s=20 

Danger pour «l’âme même de la Grande-Bretagne», en 2017 le Parti Travailliste antisémite enregistrait 40 % des votes

Des opinions exprimées dans cette vidéo n’ayant rien d’isolé : en juillet dernier dans un long Thread, le compte @GnasherJew, postait des tweets antisémites de 125 élus travaillistes…

Quant au @LabourAgainstAS, il s’agit d’un groupe voulant débarrasser le Parti Travailliste de ses antisémites, tout en gardant les valeurs traditionnelles de ce parti… Un pari difficile.  

Dans ce qui est une question existentielle, nombreux sont les Juifs qui se battent contre cette montée de l’antisémitisme et antisionisme du Parti Travailliste en Grande-Bretagne dans une communauté qui compte environ 280 000 âmes, avec une importante composante ultra-orthodoxe. Confrontés à un antisémitisme de gauche très présent, faisant le plus souvent profil bas, près de la moitié des membres de cette communauté envisagent d’ailleurs de quitter la Grande-Bretagne.

 Fait particulièrement marquant, le 26 novembre dernier, dans une prise de position jamais vue jusque-là, le Grand Rabbin de Grande-Bretagne, Ephraïm Mervis, soulignant que bien que cela n’est pas son rôle de donner des directives de vote, avertissait pourtant, «le cœur lourd», dans le quotidien The Times Of London, que dans ces élections, «il y va de l’âme même de notre pays». Et il témoignait de l’angoisse de la communauté juive de Grande-Bretagne, constaté au cours de ses déplacements, illustrée par cette question lancinante : «Qu’adviendra-t-il de la communauté juive si le Parti Travailliste l’emporte ?» Force étant de constater, dit-il, que «un nouveau poison approuvé par son sommet s’enracine» dans ce parti. Une prise de position qui donne une idée de l’ampleur du phénomène…

Ceux qui luttent contre l’antisémitisme du Parti Travailliste et les conclusions qui seront à tirer du scrutin

Mis à part de nombreux Juifs concernés au premier chef par ce phénomène, ou des journalistes comme Michael Dickonson, né en Grande-Bretagne, mais qui a choisi de vivre en Israël, parmi ceux qui ont pris position contre cette terrible montée de l’antisémitisme du Parti Travailliste et d’un grand nombre de ses électeurs, il faut signaler le journaliste Maajid Nawaz, ancien islamiste, président-fondateur d’un centre de réflexion contre l’islam radical. Il a combattu activement ce phénomène et dans un Tweet récent, il commentait ainsi un article du Jerusalem Post exposant le fait que le Hamas terroriste publiait une page de soutien à Corbyn sur Facebook –Hamas dont le chef du Parti Travailliste a pu déclarer publiquement qu’il comptait parmi ses amis…–

«Le groupe terroriste jihadiste violemment antisémite, Hamas, gérait un groupe Facebook important pro-Corbyn. Grande-Bretagne, cela n’est pas un exercice. C’est bien réel. N’oubliez pas qui nous sommes. N’oubliez pas notre héritage. Nous avons vaincu l’antisémitisme en Allemagne. Tenez-vous aux côtés des Juifs. Dites #NeverAgain, #NeverCorbyn.

Autre exemple parmi beaucoup d’autres, dans un autre Tweet il rappelait que 15 anciens membres travaillistes du Parlement avaient demandé de ne pas voter pour ce parti tant que Jeremy Corbyn serait à sa tête.

Il faudrait consacrer un article entier à Corbyn mais il suffira de dire qu’il a travaillé pour les Mollahs iraniens, a pour amis les mouvements terroristes Hamas ou Hezbollah, a déposé des gerbes à l’honneur de terroristes palestiniens, qu’il justifie ce terrorisme contre les Israéliens. Entre autres prises de position du même acabit, souvent dissimulées et retrouvées grâce, entre autres, au travail de personnes et groupes cités plus haut.  

Michael Dickinson prenait le parti dans son article de se réjouir de voir que l’antisémitisme travailliste était vigoureusement dénoncé. Ce qui est le cas. Et signifie donc qu’aucun électeur ayant voté pour le Parti travailliste ne saurait ignorer ce racisme antijuif extrême. On verra donc, à l’issue du scrutin, combien d’antisémites compte la Grande-Bretagne.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hélène Keller-Lind pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.


Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz