Publié par Gaia - Dreuz le 14 décembre 2019

Source : Valeursactuelles

L’individu, menaçant, la tête ensanglantée, s’est réfugié dans une boulangerie avant d’être maîtrisé à coups de taser. 

Nouvelle agression sur les forces de l’ordre. Jeudi 12 décembre, un homme menaçant a été maîtrisé par la police rue de Noisy-Le-Sec, aux Lilas, rapporte notamment Le Point. Visé par des tirs de taser, il est mort quelques heures plus tard à l’hôpital. 

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

L’individu a mordu un policier au mollet

Les faits se sont déroulés vers 10 heures, alors que la police municipale est appelée par des passants. Ces derniers ont croisé un homme menaçant, la tête ensanglantée, qui criait « je vais tuer tout le monde » ou encore « Allah akbar ». A l’arrivée de la police, l’individu s’introduit dans l’atelier d’une boulangerie et les fonctionnaires tentent de l’immobiliser en l’aspergeant de gaz lacrymogène. Rien n’y fait, l’homme continue son périple à l’intérieur du commerce et se réfugie au sous-sol. Entre temps, il s’est procuré un couteau avec lequel il menace les policiers. Après trois tirs de pistolet à impulsion électrique, l’individu n’est pas encore totalement maîtrisé et crie à nouveau « Allah akbar » en mordant un gardien de la paix au mollet. Les policiers parviennent finalement à avoir le dessus, mais l’homme s’effondre. Arrivés sur les lieux, les pompiers constatent un arrêt cardio-respiratoire, mais parviennent à récupérer le pouls. Evacué vers l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, son décès est finalement déclaré vers 17 heures.

Âgé de 36 ans, l’individu serait connu des services de police mais ne figurerait pas au fichier des personnes recherchées ni à celui de la radicalisation. La justice estime que « l’intéressé n’a pas fait son malaise simultanément aux tirs de pistolet à impulsion électrique ». Le parquet a ouvert une enquête en flagrance pour tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique, violences volontaires et menaces de mort réitérées. Elle a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis. 

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz