Quantcast
Publié par Gaia - Dreuz le 16 décembre 2019

Source : Francetvinfo

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, est l’invité de « Questions politiques » ce dimanche.

Malgré la défaite territoriale du groupe terroriste, « je trouve qu’on sous-estime beaucoup le risque et les dangers que représentent aujourd’hui les combattants jihadistes de Daech qui sont en prison » a mis en garde Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, invité dimanche 15 décembre de « Questions politiques » sur France Inter.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« Un problème très inquiétant »

« Il y a là aux environs de 10 000 combattants qui sont en prison, dont quelques Français, quelques Belges, en majorité des Syriens et Irakiens et qui sont prêts à reprendre le combat, parce que Daech n’est pas mort et existe aussi de manière clandestine en Irak », a poursuivi le Jean-Yves Le Drian, évoquant « un problème très inquiétant ».

Parmi ces combattants, une soixantaine de Français sont actuellement emprisonnés dans le nord-est syrien. « Inévitablement, la question de leur jugement sera posée » au moment « du règlement politique », a expliqué Jean-Yves Le Drian, tout en rappelant la doctrine de la France : « Les combattants français doivent être jugés là où ils ont commis leurs crimes. »

« Nous avions pensé qu’il était possible d’ouvrir un dispositif juridictionnel spécifique en relation avec les autorités irakiennes. Aujourd’hui, vu la situation en Irak, cette hypothèse n’est pas réalisable à court terme, a poursuivi Jean-Yves Le Drian. À moyen terme, il faut que ce soit réglé dans le cadre du règlement politique global qui a commencé tout doucement à Genève, depuis la mise en œuvre du comité consultatif destiné à modifier la Constitution syrienne », a souligné le ministre des Affaires étrangères.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz