Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 19 décembre 2019

Les Démocrates ont scellé leur sort en votant un impeachment frauduleux du président Trump qui ne contient pas une seule mention de loi qui aurait été violée.

Pendant que la Chambre votait la destitution, le président Trump a humilié ces enragés et il a rendu fous les médias : au lieu d’être rivé devant la télé à attendre sa sentence comme se l’imaginait le patron de CNN, Trump faisait campagne dans le Michigan à Battle Creek devant des dizaines de milliers de personnes, à qui il souhaitait joyeux Noël – un autre affront majeur contre les progressistes et l’extrême-gauche.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Durant tout son discours, Trump n’a parlé de l’impeachment que pendant 45 secondes – pour dire “on ne sent pas l’impeachment.”

Le président est allé jusqu’à déclarer que « malgré le vote de destitution, et en dépit des efforts des Démocrates », il apprécie beaucoup sa situation.

  • L’économie est au plus haut, le Parti républicain n’a jamais été aussi uni (le taux d’approbation du président parmi les électeurs Républicains est supérieur à ce qu’il était pour Reagan), et la salle était comble – avec 17% d’électeurs Démocrates – ouvriers et gens modestes – qui en 2016 avaient fait le pari de voter pour Trump, et ont décidé en 2020 de lui renouveler leur confiance – et avec cet impeachment clownesque, ils seront plus nombreux encore.

« Le contraste entre le président Trump et les Démocrates est on ne peut plus clair », a expliqué la campagne Trump dans un communiqué, après avoir reçu 25 millions de dons supplémentaires en quelques jours, provenant de 600 000 nouveaux donateurs.

« Pendant que le président ralliait des dizaines de milliers de citoyens du Michigan et célébrait la grandeur et le succès de l’Amérique, les Démocrates de Washington se livraient à leur simulacre de destitution, froide, calculée et concoctée depuis trois ans, et ils ont voté contre 63 millions d’Américains.

Et la seule partie du vote qui était bipartite a été contre la destitution.

Le président est de plus en plus fort alors que le soutien au coup politique des Démocrates s’est estompé.

Sans se laisser décourager, le président Trump continue de remporter des victoires pour le peuple américain, qui réagira en le réélisant de façon retentissante en novembre prochain. »

Voici en substance, la déclaration tout à fait inhabituelle de Bill O’Reilly

Je prie pour que le Parti Démocrate soit massacré en novembre prochain. C’est la première fois de ma vie que je dis ça

J’ai demandé à un ami de passer me voir avant d’enregistrer mon émission. Je faisais des recherches, mais je n’avais pas la télé allumée.

Il arrive et me dit, « vous ne regardez pas la destitution ? »

Je lui réponds, « non. Non. Pourquoi je ferais ça ? Pourquoi je regarderais ça ? »

C’est une fraude, une ruse et je ne dis pas cela pour protéger Donald Trump ou pour stimuler le Parti républicain [Ndlr O’Reilly n’est pas Républicain, c’est un Indépendant, et il a déjà voté Démocrate “lorsqu’ils apportaient de meilleures solutions à mes yeux”]. Je dis cela en tant qu’historien. En tant qu’historien, Ce ne sont que des foutaises. Ils ont le droit de faire ça, car les Démocrates contrôlent la Chambre, mais j’espère qu’ils ne contrôleront plus la Chambre en novembre prochain.

Je prie pour que le Parti Démocrate soit massacré en novembre prochain. C’est la première fois de ma vie que je dis ça. Ils méritent d’être punis. J’espère que ce qui s’est passé en Grande-Bretagne la semaine dernière se passera ici.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz