Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 20 décembre 2019

Il y a 24 heures, les Démocrates déclaraient que le président Trump devait être immédiatement destitué parce qu’il représente une menace pour la sécurité nationale et la Constitution.

24 heures plus tard, ils ne veulent plus de procès en destitution.

Trump est un traître à la nation ; il a fait chanter le président ukrainien ; il a mis en danger la sécurité nationale, détourné la fonction de président à son propre avantage, il a commis un « watergate global » (si quelqu’un comprend ce que ça veut dire, qu’il me le dise), et il représente une menace urgente… disaient-ils encore et en chœur hier sur MSNBC et CNN.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Et subitement, juste après le vote d’impeachment, ils refusent d’envoyer la décision au Sénat, qui seul a le pouvoir de conduire le procès qui peut conduire au limogeage du président.

Une menace urgente, et ils ne font plus rien ?

Les principaux leaders Démocrates nous disent maintenant qu’ils ne transmettront peut-être même jamais les articles de destitution au Sénat.

Jusqu’au numéro deux de la majorité Démocrate à la Chambre, James Clyburn, qui sur CNN exhorte maintenant les Démocrates à laisser tomber la mise en accusation !

John Berman : « Suggérez-vous qu’il est possible que vous ne transmettiez jamais les articles de destitution ? »

Clyburn :

Si c’était moi, oui, c’est ce que je dis. Je n’ai aucune idée de ce que fera Pelosi, mais si vous avez un plaidoyer et vous savez que le résultat sera négatif, pourquoi me jeter dedans. Je préfère ne pas prendre ce risque.

Trois ans de harcèlement incessant dans tous les médias – vous n’avez pas eu droit à ça, chanceux Français – sur la nécessité morale et impérative de destituer le président pour sauver la Constitution, suivi d’un vote historique de destitution hier à la Chambre, pour en arriver à ça ?

Ils nous disent maintenant qu’ils ne veulent pas vraiment destituer Trump ?

Vous êtes confus ? Moi aussi. Mais j’en connais d’autres, qui sont encore plus confus que vous et moi (probablement furieux aussi), et ce sont les journalistes.

Les Démocrates avaient-ils seulement un plan d’action ?

« En réalité, ce n’est pas moi qu’ils visent, c’est vous. Je suis juste en travers de leur chemin »

Toute cette histoire de destitution sans crime, alors qu’ils savent depuis le début qu’elle a zéro chance d’aboutir au limogeage du président lors d’un procès équitable au Sénat, est déroutante pour nous, qui voyons cela de l’extérieur. D’autant plus déroutante qu’ils savent qu’au Sénat, les témoins qu’ils ont interdit aux Républicains de présenter devant la commission d’enquête de la Chambre, ne pourront se défiler, et leurs témoignages seront confondants.

Sont-ils devenus stupides par aveuglement ? Atteints par le syndrome de la haine de Trump ? Ces pervers auraient-ils été aveuglés par leur sentiment d’impunité – assez réel hélas ? Avaient-ils au moins un plan ?

Mike Johnson, député Républicain de Louisiane, au micro de Tucker Carlson sur Fox News :

Je peux vous dire ce que l’on pense de l’intérieur : ils n’ont aucun plan. Ils ont inventé tout ça au fur et à mesure. Ça a commencé avec les audiences spéciales top secrètes qu’Adam Schiff a tenues dans un sous-sol du Congrès, et puis ils ont changé environ six fois leur théorie de destitution.

Ils inventent littéralement au fur et à mesure.

Et je pense que Nancy Pelosi a retiré la goupille d’une grenade, et elle ne sait plus quoi en faire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz