Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 25 décembre 2019

En offrant à l’assassin musulman antisémite l’irresponsabilité de ses actes, les juges sont fiers de leur jugement.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Kaboli Traoré a été jugé «irresponsable» de ses actes. Il a torturé Sarah Halimi pendant près d’une heure, l’a insultée, en hurlant «Allahu akbar» avant de la défenestrer, et il n’est finalement pas coupable.

Déclaré pénalement irresponsable jeudi 19 décembre par la cour d’appel de Paris, il n’aura pas de procès.

Les enfants et la famille de Sarah Halimi sont privés de la justice.

Dans une société progressiste qui a remplacé Dieu par le socialisme, tout ce qui représente la nature humaine – et le droit à la justice est sans aucun doute un élément fondamental des droits fondamentaux et de l’organisation de toute société humaine – est effacé au profit de concepts nouveaux et artificiels, facile à abuser :

L’égalité sociale, la discrimination, la protection des minorités, l’islamophobie, l’irresponsabilité présumée des migrants, la prééminence du droit des minorités sur celui de la majorité, voilà qui remplace les valeurs fondamentales, considérées comme racistes, haineuses et porteuses d’injustice sociale.

L’Etat français a de belles et nobles paroles envers les juifs et contre l’antisémitisme, et même maintenant contre l’antisionisme : ça ne lui coûte pas grand chose, car ses actes disent tout le contraire de ses paroles. Mais les actes valent tout, tandis que les paroles ne valent pas grand chose.

Mon cœur pleure en songeant à la famille Halimi, mais mon cerveau n’arrive ni à s’étonner ni à se révolter : je sais depuis fort longtemps qu’il existe dans le monde des pays dont on ne peut pas avoir confiance en la justice. Et je sais parce que je suis juif, que le déni de justice peut être encore plus criant parce qu’on est juif – tout dépend des juges sur lesquels le sort vous fait tomber.

Et parce que mon cœur pleure en songeant à la famille Halimi, je pense que le dessin ci-dessus a toute sa raison d’être.

En fait, si je n’étais pas tombé sur ce dessin, je n’aurai pas pu évoquer ce terrible et poignant témoignage du pays des droits de l’homme.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz