Publié par Jean-Patrick Grumberg le 25 décembre 2019

Je n’ai jamais rencontré personne, qui connaît une personne, qui a vu un OVNI.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Sur le sujet des OVNIS, il existe cinq catégories de personnes : ceux qui n’y croient pas, ceux qui y croient, ceux qui ne veulent pas en entendre parler, ceux qui veulent bien y croire, et ceux qui acceptent de parler avec ceux d’en face. Et les frontières ne sont pas hermétiques : les gens passent quelquefois d’une catégorie à l’autre.

Qui parle d’OVNI ?

Le sujet des OVNIS ne m’a jamais beaucoup intéressé. Pas plus aujourd’hui qu’hier, bien que j’ai toujours gardé un esprit ouvert. Si vous vous demandez pourquoi alors j’en parle, c’est parce qu’il se trouve qu’un journaliste britannique a été interviewé cette semaine dans l’émission de Tucker Carlson sur Fox News, et que j’ai pensé intéressant de creuser le sujet pour vous. N’est-ce pas la raison pour laquelle vous êtes fidèles à Dreuz ?

Dossier complet : nationalarchives.gov.uk

Je ne savais pas, en commençant, combien de documents sérieux et fiables j’allais trouver qui en parlent. Il en existe plus que je n’oserais en citer dans cet article.

Je savais cependant que pour parler des OVNIS, il est de la plus haute importance de ne citer que des sources réputées, fiables et de premier plan, parce qu’il est très facile de déclencher des sourires moqueurs. Je veux dire par là que lorsque je cite le New York Times, je sais qu’il invente des histoires et ment sur le président Trump, mais je ne pense pas qu’il le fasse lorsqu’il parle des OVNIS, parce qu’il n’a aucun gain de propagande gauchiste à gagner.

Soutien politique et étatique

En lisant des centaines d’articles sur le sujet, je m’aperçois qu’il est moins problématique pour un politicien, de sortir du placard pour se déclarer transsexuel que de dire qu’il croit aux Ovnis.

  • Le 20 janvier 2004, le député européen Sebastiano Musumeci de l’Union pour l’Europe des Nations (UEN) a présenté une proposition concernant la « création d’un organisme communautaire pour l’étude des phénomènes atmosphériques inexpliqués », autrement appelés objets volants non identifiés (OVNI), rapporte Politico.eu (8).
  • L’ancien sénateur et leader Démocrate Harry Reid a lancé le Programme avancé d’identification des menaces à l’aviation (AATIP) en 2007 après avoir demandé un financement initial pour le projet. Il a déclaré en avril cette année, quand le NYT a révélé l’existence du programme : « nous n’avons pas d’explications, mais nous avons des preuves scientifiques qu’ils existent ». (7)
  • Alors qu’il était employé au ministère de la Défense britannique, Nick Pope a été responsable du projet de recherche sur les OVNIS du ministère de 1991 à 1994.
  • Le député belge Elio Di Rupo proposa au Parlement européen en 1991 de créer une agence paneuropéenne qui rassemblerait et analyserait les rapports sur les OVNIS émanant des militaires, des organisations scientifiques et du grand public. La proposition suscita beaucoup de moqueries de la part des médias, et le projet fut rejeté début 1994.
  • En 2017, le Pentagone a admis (6) avoir mené un programme secret chargé d’enquêter sur les observations d’objets volants non identifiés, ou OVNI – UFO en anglais.

La vague Belge

Politico (8) indique que pendant 8 mois à partir d’octobre 1989, la Belgique a connu des observations quasi quotidiennes de grands ovnis de forme triangulaire. Les observations ont commencé près d’Eupen, à proximité des frontières néerlandaise et allemande, puis ont progressé vers l’ouest jusqu’à Liège, Namur, Wavre, Mons et, enfin, vers la frontière française.

Parmi les témoins, on compte près de deux cents membres et officiers de la gendarmerie nationale, des policiers, des pilotes militaires et civils, des contrôleurs aériens, des météorologues, des ingénieurs aéronautiques et des physiciens, selon RTL (9).

RTL a publié dans un reportage, fin novembre dernier, le témoignage d’un des deux pilotes de F16 envoyé dans les airs le soir du 30 mars 1990 à la recherche d’un OVNI, et qui l’a localisé au-dessus de la région bruxelloise. Les F16 avaient réussi à verrouiller leur cible mais l’OVNI s’était échappé.

Dans les médias

  • Le New York Times, le 26 mai dernier (1), a publié les témoignages de pilotes qui ont vu des objets volants aux déplacements inexplicables.
  • Deux ans auparavant, le New York Times encore (2), révélait l’existence d’un programme secret du Pentagone, dont le coût est de 22 millions de dollars, destiné à l’identification de ces objets volants.
  • Un document déclassifié du ministère de la Défense britannique, daté du 7 décembre 2000 (3), évoque les études scientifiques et techniques du gouvernement sur les « phénomènes aériens non-identifiés ». Bien que déclassé, le document contient de nombreuses zones censurées, mais assez de texte visible pour comprendre qu’on n’est pas en présence d’une publication pour la presse du dimanche.
  • Le Washington Examiner a consacré deux articles sur le sujet, signés par le journaliste Tom Rogan (4 et 5)
  • ABC News a posé la question au président Trump, qui a répondu qu’il n’y croit pas particulièrement, mais qu’il a lu les rapports qu’on lui a présentés à ce sujet.

Ce qu’on sait – 1re partie

Sur Fox News, le journaliste Tom Rogan explique les choses ainsi :

Les OVNIS ne sont pas des avions russes ou chinois.

Nous avons un document déclassifié du gouvernement britannique (4), un document de recherche consacré aux OVNIS, qui signale – à quelques reprises en fait – que quatre pilotes soviétiques, des pilotes russes, ont disparu après s’être engagé contre ces objets.

Ce document ne dit pas comment ils sont morts, et je n’ai pas pu trouver comment.

Ils ont été tués.

Cependant, j’ai appris que le mot « engager » était le mot approprié à utiliser parce qu’ils essayaient d’abattre ces choses, avec ce que cela implique.

Et comme la Chine, la Russie et les États-Unis ont tous eu ces expériences, ces objets ne sont ni chinois, ni russes, ni américains.

Et je pense que c’est l’estimation des militaires.

Je pense que c’est une estimation fondée sur les capacités techniques, surtout avec les observations que la Marine a faites ces dernières années.

Vous avez des choses qui vont à des centaines de nœuds sous l’eau, vous avez l’antigravité, l’accélération hypersonique instantanée, essentiellement une capacité incroyable sans propulsion à réaction.

Ce ne sont pas des choses que la Chine ou la Russie ont la capacité de faire.

Cependant, le Pentagone a menti et caché ce sujet pendant longtemps. Je pense que l’une des raisons est que beaucoup de gens au Pentagone ne comprennent pas du tout ce que c’est.

Ils arrivent à la conclusion que ce n’est pas d’ici, que c’est extradimensionnel, « extra quelque chose ». Disons que ce n’est pas de ce monde, ça ne vient pas d’Elon Musk [créateur de Tesla et de Spacex) ou d’un milliardaire secret quelque part. C’est trop avancé.

C’est aussi assez extraordinaire le degré auquel ces choses se produisent.

Ce qu’on sait – 2e partie

Ce que le Pentagone laisse de côté dans les rapports qu’il publie depuis que le sujet a été déclassé, c’est pourquoi les OVNIS ont tendance à apparaître près des porte-avions de la marine. « Et cela va droit au cœur de la raison pour laquelle le Pentagone est préoccupé par les OVNIS », explique Rogan (3).

Parce que l’évaluation du gouvernement, bien qu’il ne l’admette pas clairement, est que les OVNIS surgissent près des porte-avions parce que ces derniers sont à propulsion nucléaire. Il faut aussi noter que les OVNIS ont tendance aussi à surgir près des sous-marins nucléaires, et des bases d’armes nucléaires de l’armée de l’air. Cela se produit à Los Alamos, au Nouveau-Mexique, et aussi sur des sites nucléaires en Union soviétique et en Russie.

La perfection de l’énergie nucléaire de l’humanité a-t-elle piqué la curiosité de « quelqu’un » ou de « quelque chose » ?

Ce qu’on ne sait pas

Mettez-vous à la place d’un officier supérieur de l’armée ou du renseignement.

Vous avez d’un côté vos installations et équipements nucléaires.

Et près de ces installations, se présentent des Ovnis, des machines capables d’atteindre instantanément des vitesses hypersoniques, capables de l’anti-gravité, d’être invisible, et qui ont été suivies dans leurs mouvements d’entrée et de sortie de l’orbite terrestre, de l’atmosphère et sous l’eau.

A ce moment, vous l’armée ou les services du renseignement, vous avez « quelque chose » qui fait passer les capacités les plus avancées de l’armée américaine, et celles de toutes les autres armées sur Terre, pour une blague absurde.

Vous vous retrouvez avec la conclusion désagréable que, si ce qui contrôle ces « choses » veut faire du mal, nous n’avons aucune chance.

Mettez-vous une dernière fois à la place de l’officier militaire.

« Quelque chose » a montré à maintes reprises qu’il lui est facile d’attaquer vos porte-avions, qui sont cachés dans les océans lointains. Ce « quelque-chose » a aussi trouvé vos sous-marins nucléaires, vos lanceurs de missiles balistiques presque totalement silencieux, dans les profondeurs de l’eau.

Ce « quelque-chose » enfin, peut pénétrer dans les zones les mieux gardées des zones les plus importantes de l’armée américaine et rendre improbables nos plates-formes de dissuasion les plus efficaces.

Pour le Pentagone, c’est un truc qui dépasse Armageddon.

Mais la réalité est claire : s’il le voulait, le « quelque-chose » d’étrange pourrait vaincre l’Amérique et le monde sans verser une goutte de sueur. Et il ne le fait pas.

Conclusion

Le président Trump vient de créer une nouvelle branche de l’armée américaine, la Force américaine de l’espace.

Le 1er octobre 2019, le Commandement du développement des capacités de combat de l’armée américaine a signé un contrat (10) avec une entreprise privée destiné à étudier et exploiter des données provenant d’objets volants non identifiés comme « la réduction de la masse inertielle, les métamatériaux mécaniques/structuraux, les guides d’ondes de métamatériaux électromagnétiques, la physique quantique, les communications quantiques, la propulsion par faisceau d’énergie, ainsi que la recherche de l’exploitation des métamatériaux pour le camouflage actif et la projection photo dirigée ».

D’une manière générale, les Ovnis continuent d’apparaître, irrégulièrement. Nous finirons donc probablement par en savoir beaucoup plus sur leur raison d’être et leur présence près d’installations nucléaires.

Vu leur capacité à disparaître, il n’y a qu’une seule réponse au fait qu’on puisse les voir : lorsqu’on les voit, c’est qu’ils veulent être vus.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

  1. https://www.nytimes.com/2019/05/26/us/politics/ufo-sightings-navy-pilots.html
  2. https://www.nytimes.com/2017/12/16/us/politics/pentagon-program-ufo-harry-reid.html
  3. https://www.washingtonexaminer.com/opinion/the-real-reasons-the-us-government-is-so-secretive-about-ufos
  4. https://webarchive.nationalarchives.gov.uk/20121109132817/http://www.mod.uk/NR/rdonlyres/EBC81730-9FFF-4384-B9E0-C3679B5F0C8D/0/uap_vol3_pgs1to9.pdf#page=9
  5. https://www.washingtonexaminer.com/opinion/why-the-ufo-story-is-far-more-interesting-than-you-think
  6. https://www.independent.co.uk/news/world/americas/ufo-pentagon-investigation-programme-unidentified-flying-objects-aliens-advanced-aviation-threat-a8115136.html
  7. https://www.independent.co.uk/news/world/americas/pentagon-ufo-unit-secret-harry-reid-us-senator-evidence-aliens-nevada-oumuamua-navy-pilot-footage-a8120141.html
  8. https://www.politico.eu/article/scepticism-set-to-scupper-any-chance-of-union-led-ufo-research/
  9. https://www.rtl.be/info/belgique/faits-divers/il-y-a-30-ans-une-vague-d-ovni-creait-l-emoi-en-belgique-je-ne-crois-pas-que-je-le-reverrai-dommage-video–1177565.aspx
  10. https://documents2.theblackvault.com/documents/army/TTSA-ARMY-CRADA.pdf

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz