Publié par Guy Millière le 30 décembre 2019

En une semaine neuf agressions antisémites ont eu lieu dans l’Etat de New York. La dernière en date a été perpétrée à Monsey, quarante kilomètres au Nord de la ville de New York elle-même.

Peu de temps auparavant une attaque antisémite qui a fait deux morts avait eu lieu à Jersey City, dans le New Jersey, tout près de la ville de New York encore. Il n’y avait pas eu d’attaques antisémites à New York depuis les émeutes de Crown Heights en août 1991.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il existe un point commun entre toutes les attaques antisémites que je viens de citer (et je pourrais en ajouter quelques-unes, moins graves, commises dans la ville de New York  au cours du mois écoulé), leurs auteurs sont tous des noirs américains, ce qui n’est presque jamais dit dans la presse américaine et ne l’est pas du tout dans la presse française. Ce non-dit est du même ordre que le non-dit sur l’antisémitisme islamique en France. Et si en France, on ne parle pas d’antisémitisme islamique par peur d’être traité de “raciste islamophobe”, on ne parle pas aux Etats-Unis de l’antisémitisme qui monte en puissance chez les noirs américains par peur d’être traité de raciste tout court. Le non-dit peut aller jusqu’à la dénégation et la falsification, et l’antisémite islamique américaine Rashida Tlaib, après l’attaque de Jersey City, a osé attribuer celle-ci au “suprématisme blanc” !

L’antisémitisme en question existe, hélas, depuis longtemps. Il est alimenté par le mouvement noir The Nation of Islam, secte islamique dirigée par l’antisémite virulent Louis Farrakhan, et par des agitateurs gauchistes qui se disent chrétiens tells Al Sharpton (le principal responsable des émeutes de Crown Heights). Il est alimenté à New York par des groupes solidement implantés qui appartiennent à la mouvance appelée The Black Hebrew Israelites, groupes qui disent que les vrais Hébreux sont des noirs africains que des blancs ont cherché à exterminer et que les Juifs sont des usurpateurs qui ont contribué à l’usurpation, en synergie avec les Chrétiens blancs (je sais que ce discours est délirant, mais il est ce qu’il est).

Ces différentes branches de l’antisémitisme noir américain ont été marginalisées pendant des années. Elles sont sorties de la marge pendant les années Obama, car Obama a soufflé sur les braises des tensions raciales aux Etats-Unis, a accusé régulièrement les blancs (et en particulier les policiers blancs de racisme), a redonné une légitimité à des dirigeants noirs infréquentables :  Louis Farrakhan, et surtout Al Sharpton qu’iI a invité plusieurs fois à la Maison Blanche. Il a soutenu des groupes racistes violents anti blancs et antisémites tels Black Lives Matter. Cela a conduit à des émeutes dans plusieurs villes et à des meurtres de policiers.

Il n’y a plus eu d’émeutes depuis qu’Obama n’est plus à la Maison Blanche, mais il y a eu encore des meurtres de policiers. Et surtout, les mauvaises graines semées par Obama ont prospéré.

Le parti Démocrate est largement tenu par des islamo-gauchistes et en a fait élire deux à la Chambre des représentants : Ilhan Omar, et Rashida Tlaib, qui tiennent des discours explicitement antisémites sans que le parti Démocrate les condamne. Elles sont soutenues par des gauchistes islamophiles qui incitent elles aussi à la haine des juifs et sont elles-mêmes élues Démocrates à la Chambre des représentants : la principale étant Alexandria Octavio-Cortez, qui fait campagne actuellement au côté du candidat juif islamo-gauchiste “pro-palestinien” à la présidence, Bernie Sanders. Et Alexandria Octavio-Cortez est élue de la ville de New York…

Depuis l’élection de Donald Trump, le parti Démocrate ne cesse de tenter d’exacerber les tensions raciales et d’inciter à la violence. Ses principaux élus ne cessent d’inciter au racisme anti-blanc, de défendre l’islam, de soutenir une immigration sans limites aux Etats-Unis, de critiquer Israël, ce qui, comme partout, retombe sur les Juifs.

Dans d’autres lieux des Etats-Unis, à Pittsburgh, à Poway à coté de San Diego, cela a conduit à des agressions et a des meurtres antisémites commis par des gens à l’esprit dérangé qui, si on regarde les manifestes qu’ils ont laissés, n’étaient pas des “suprématistes blancs”, non.

A New York, cela a conduit aux agressions de ces derniers jours.

Si New York avait encore un maire de la qualité de Rudy Giuliani, cela ne se produirait pas, mais New York aujourd’hui a un maire gauchiste qui préfère s’en prendre aux policiers qu’aux criminels, ce qui a des conséquences, et comme ce maire, Bill de Blasio, est gauchiste, il ne dénoncera jamais l’antisémitisme noir américain. Comme il est laxiste, il fait relâcher les auteurs d’agressions antisémites qui n’ont pas occasionné de blessures, ce quelques heures à peine après leur incarcération.

Le parti Démocrate est, depuis Obama, dans une dérive extrémiste nauséabonde et très délétère qu’il faudrait regarder en face.  

Donald Trump fait tout son possible à cette fin. Il a contre lui, hélas, outre le parti Démocrate (bien sûr), la quasi-totalité des grands médias, du monde de la culture et du secteur de l’enseignement.

Hélas aussi, les organisations juives américaines, à l’exception de la Zionist Organization of America (ZOA), soutiennent le parti Démocrate, s’aveuglent sur la dérive de celui-ci, et préfèrent dénoncer un antisémitisme d’extrême droite, très marginal aux Etats-Unis, et qui n’a agressé ou tué aucun Juif depuis des décennies, et ne pas parler de l’antisémitisme qui agresse et tue des Juifs (et qui est derrière les agressions antisémites commises dans l’Etat de New York et à Jersey City).

Des étudiants juifs sont de plus en plus souvent agressés dans les universités américaines. Donald Trump a promulgué récemment un décret destiné à faire que les agressions commises contre des étudiants juifs soient considérées comme des actes de haine raciste.

Cela lui a valu d’être accusé de racisme et d’antisémitisme par diverses organisations juives.  Certaines l’ont même accusé de porter atteinte à la liberté de parole !

La haine anti-Trump peut mener des organisations juives à défendre la liberté de parole d’antisémites qui agressent des Juifs ! Consternant.

Les Juifs américains voient les agressions antisémites. Ils voient aussi que des dirigeants Démocrates fréquentent Louis Farakhan, et que tous les candidats Démocrates à la présidence sont venus quémander le soutien de l’antisémite Al Sharpton. Ils voient que les Démocrates de la Chambre des représentants ont refusé de condamner l’antisémitisme d’Ilhan Omar et Rashida Tlaib. Ils seront néanmoins au moins soixante-dix pour cent à voter Démocrate en 2020, en disant que Trump est un danger pour les Juifs. Navrant.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

PS : Des Juifs Démocrates accusent Trump d’être le seul responsable des agressions antisémites de ces derniers jours, et disent qu’après “trois années d’antisémitisme de Trump, il fallait s’y attendre”… L’auteur de l’attaque antisémite de samedi soir est un converti à l’islam (on vient de l’apprendre). Je ne serai pas surpris si un Démocrate dit prochainement que c’est Trump qui l’a incité à se convertir à l’islam. Encore quelques mois, et des Juifs Démocrates accuseront Trump d’être responsable de l’antisémitisme partout sur terre. Au point où ils en sont…

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz