Publié par Dreuz Info le 12 janvier 2020

« Ouvrage de référence sans équivalent » (Le Monde), ce livre fit émerger le dhimmi du néant silencieux de l’oppression et des génocides.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Aujourd’hui il s’inscrit dans la conscience politique et le langage courant. Les islamologues avaient pris l’habitude de définir les juifs et les chrétiens sous l’islam comme des minorités religieuses, omettant de clarifier leur origine. Or ces populations représentent les résidus des peuples antérieurs à la conquête musulmane.

Une fois leur territoire conquis par le jihad ces populations étaient soumises à une sorte de pacte qui devint un statut imposé et infamant, la dhimma : la « protection » islamique s’exerçant dans un contexte de guerre ininterrompue, la condamnation à mort sanctionnait le refus de se soumettre. Ce fut la dhimma qui assura le succès de la politique d’arabisation et d’islamisation. Son abrogation au XIXe s. sous la contrainte de l’Occident n’a sans doute pas modifié les doctrines et les représentations musulmanes en profondeur. Réduits à un état de subordination, de vulnérabilité et de dégradation extrême, toute critique de l’oppresseur étant blasphématoire, ces peuples sans passé et sans droits traversèrent les siècles avec une telle discrétion que l’histoire en conserva difficilement les traces.

A sa parution, Jean-Pierre Peroncel-Hugoz et Jacques Ellul dans Le Monde avaient souligné qu’en « parlant d’une façon scientifiquement irréfutable des opprimés dans la civilisation arabe et musulmane », Bat Ye’or prenait « le contre-pied d’une mode tendant à présent l’islam comme le carrefour de toutes les tolérances, face à un Occident naguère encore impitoyable pour les minoritaires ».

Le Dhimmi* révélait aux juifs et aux chrétiens orientaux leur propre histoire, que la plupart ignoraient. Cette ignorance et leur situation de peuple otage les avaient incités à se faire les porte-paroles en Occident de leurs oppresseurs et à oeuvrer à leur propre destruction, dont les derniers épisodes sanglants ont fini par nous interpeller. Mais dans les années soixante-dix, Bat Ye’or découvrait « cet énigmatique personnage, le dhimmi, surgit de ses linceuls d’histoire et le plaçait au centre d’une histoire de treize siècles sur trois continents, dans ses vêtements d’opprobre.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz