Quantcast
Publié par Dreuz Info le 15 janvier 2020

En plus d’être motivé par des prétextes absurdes, la prochaine loi qui va entrer en vigueur le 1er février 2020, vous allez découvrir comment l’état va paupériser violemment les Français. Et en plus, bien amplifié sur les plus pauvres.

A partir du 1er février, les prix des produits les plus vendus vont augmenter, comme le Ricard, le Coca Cola, le Nutella, le Chocapic, le jus d’orange Joker, la crème dessert Danette, ainsi qu’une flopée d’autres références.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Cette loi va grèvera le pouvoir d’achat moyen des Français avec une augmentation des prix des produits de consommation courante de 6% au moins. L’impact sur les prix va être considérable.  6,3% c’est loin d’être anodin.  C’est énorme.

Dans les pages du journal le Parisien / Aujourd’hui en France, une centrale d’achat de distribution indiquait, de façon anonyme, confirmait que la hausse moyenne atteignait 6,3% sur un panier de 24 produits emblématiques.

Au total, 500 à 800 produits sont concernés par cette loi dans les supermarchés, et hypermarchés et vont tous augmenter à terme d’environ 6 à 7%. Les 20% des produits qui représentent 80% du total de vos produits de grande consommation vont tous augmenter fortement.

L’impact pour les Français va être violent. C’est carrément une augmentation pharaonique de 6 à 7% des prix et d’autant une perte du pouvoir d’achat prévue.

L’augmentation des prix est imposée par la norme technocratique ubuesque de la hausse du seuil de minimum de revente à perte de 10%.

La loi non seulement oblige les commerçants à vendre « plus cher », augmenter les prix et détruire le pouvoir d’achat, mais aussi s’attaque aussi à la compétitivité et l’économie du pays. La loi s’accompagne d’une longue traîne de bureaucratie kafkaïenne que n’auraient pas reniés les soviétiques.  Entre l’interdiction des pailles  en plastique et les normes contradictoires et empilables  dans l’agriculture, c’est la foire à emmerder les gens.

En plus de créer mécaniquement 4 points de plus de charges fiscales sur tous les Français pour renflouer un état dispendieux et irresponsable, cette loi va créer des monopoles économiques de fournisseurs qui n’auront plus a faire des efforts de compétitivité, avec des barrières normatives aux nouveaux entrants qui leur assurera une rente facile au détriment du consommateur.

Logiquement, c’est écrit d’avance, évident, elle ratera inversement son but, elle va foutre un bordel monstre dans la distribution et production alimentaire Française, et finira de tuer de normes et bureaucratie les producteurs Français. Cette loi façonne déjà le cercueil des petites PME de l’industrie agro-alimentaire de l’ouest et la Bretagne, la déconfiture des débouchés des petits producteurs de fruits et légumes du sud de la France et équivaut à offrir sur un plateau des parts de linéaires aux multinationales sans qu’elles créent de la valeur en contrepartie.

Les marques de PME françaises vont voir leur attractivité diminuer, alors même que ce sont les produits de PME qui assuraient depuis le début des années 2000 l’essentiel de la croissance des ventes en distribution.

Une foultitude d’effets pervers que ces initiateurs n’ont même pas cherché à valoriser va déferler comme un cyclone.

Le premier et évident est un appauvrissement généralisé programmé, une crise de la consommation, du chômage et encore bien d’autres qui vont apparaître en rafale prévisible.

Ne rigolez pas et pouffez pas de rire de ce qui va suivre de la motivation de cette loi. C’est vrai ! Impossible de l’inventer.

Le sinistre de l’Agriculture Didier Guillaume vrai socialiste à la base mais passé LREM par opportunité, a déclaré droit dans ses bottes et fier de sa connerie que « l’objectif de la hausse des produits alimentaires est de dégager un peu plus de marge sur ces produits, pour que les distributeurs en reversent une partie au monde agricole. ».

Ce n’est pas une blague. Et il est….ministre. Entouré d’Enarques et grosses têtes.

Ceci est véridique et montre a quel point ce ministre ex-employé du trésor public est incompétent et pas à sa place et n’a rien à foutre à l’agriculture.

Vous pouvez questionner à Jean Tirole, le Nobel d’économie Français ou n’importe quel économiste Nobélisé, à tous les théoriciens économiques de la terre en économie de marché libre, quelle théorie explique le mécanisme de ruissellement de cet argent, encaissé par les distributeurs et dans leur trésorerie dans un monde de liberté d’entreprise ira magiquement se retrouver chez des éleveurs de vache et pas ailleurs. Il n’y en a pas.

C’est comme si on lui demandait à lui, ce ministre, sous prétexte qu’il aura une retraite de ministre, et qu’il est en plus « fonctionnaire en disponibilité du trésor public », que sa retraite de fonctionnaire qu’il ne méritera pas, la reverse « volontairement » aux agricultrices qui n’en ont pas, et qu’en plus, qu’on croit sur parole à son altruisme et sa bonne volonté de le faire.

Gamelle bien ordonnée commence par soi-même. Il est trop incompétent pour croire que ce qu’il s’appliquera pas à lui même, les autres se l’appliqueraient pas aussi ?

Ce gouvernement détruit le pouvoir d’achat de toute une nation en « demandant » aux entreprises de distribution qui se livrent une concurrence acharnée de donner en toute bonne volonté aux « agriculteurs ». C’est cette motivation ubuesque qui motive une destruction de masse du pouvoir d’achat et un impact d’appauvrissement comme rarement vous en avez vu. La bêtise gouvernementale n’a pas de limite.

Et pourquoi les distributeurs donneraient leur marge volontairement aux agriculteurs ? Et pourquoi les agriculteurs plus que le personnel, les investissements, les diversifications, le foncier ou le rendement ? Chacun est libre de dépenser son argent comme il veut dans un pays de libre entreprise.

Les distributeurs n’ont rien demandé et leur job, est pour eux de tout faire pour présenter le meilleur rapport qualité prix. Pas de faire des « cadeaux » à des castes, agriculteurs ou pas. Les distributeurs ont 1000 chats à fouetter et même si l’agriculture est un de leur domaine, c’est loin d’être le seul.

Carrefour vient de licencier à son siège 3000 personnes. Vous croyez que si une marge se dégage ils vont en redonner aux agriculteurs ou alors essayer de régler leurs problèmes de trésorerie à solder les indemnités de licenciement ?

Leclerc, Super U veulent gagner des parts de marché. Vous croyez qu’ils vont redonner de leur marge par altruisme aux agriculteurs ou alors simplement faire de la marge compensée aux consommateurs pour contenir les hard-discounter Lidl et Aldi qui lorgnent leurs zones de chalandises ?

Casino est tellement à court de cash qu’il vient de revendre à « Aldi » ses magasins « Leader Price » qui vont changer d’enseigne dans quelques semaines. Vous croyez qu’ils ont la « volonté», de refiler une louche de marge à l’agriculture ?

Les Intermarchés sont gérés par des patrons indépendants à décision collective. Chacun est libre chez lui, et vous croyez qu’un adhérant qui souffre la concurrence en face d’un Auchan ou Cora agressif va voter un engagement pour redonner ce qu’il gagne, à la sueur de ses risques de la caution de ses biens, avec son engagement 6j/7 et un emploi du temps de 70h par semaine aux agriculteurs pour qui il n’est rien pour eux ?

Les consommateurs ont encore moins demandé à se faire piller leur pouvoir d’achat et à ce qu’on les appauvrissent pour ces conneries.

Mais quels imbéciles d’Enarque et fonctionnaires de Bercy, bobos politiciens Parisiens décalés des réalités ont put sortir une telle loi d’appauvrissement généralisée ?

Certainement les mêmes, en commission d’entre-soi, qui ont déjà créé les gilets jaunes avec l’augmentation du prix de l’essence en octobre 2018.

Le pire est pour les plus pauvres.

Les plus pauvres des Français consacrent proportionnellement la part la plus importante de leurs revenus aux biens alimentaires et aux dépenses indispensables. La perte de pouvoir d’achat pour ceux qui vivent avec moins de 900€ sera de 8 à 10%. Et moins les gens ont, plus l’impact sera violent.

Toutes les études montrent que les ménages les moins riches, la part des boissons sucrées, yaourts, pâte a tartiner et produits industriels sont plus élevés que celles en fruits et légumes.

On peut le déplorer, en pleurer certes, mais le pauvre, limite jaune de débit à la banque qui doit de l’argent à tout le monde et n’a plus que 200€ pour finir le mois, n’a pas l’envie d’acheter un kilo de letchis, même si c’est en promo à 3,5€ le kilo et si on enlève les noyaux la moitié de comestible par rapport au pot de Danette à 2,6€ le kilo, et même augmenté à 2,85€ le kilo quand la loi va s’appliquer.  Il est à la dizaine de centimes près. Son budget est tellement séré. La nourriture est fonctionnelle.

Le jambon c’est « sous cellophane », il n’a pas les moyens d’investir dans un beau quartier de jambon bio à découper. Il sait très bien que c’est largement meilleur, il n’est pas bête, il est pauvre et il ne fait que s’adapter à ce qu’il a.

Mais les politiciens se donnent « bonne conscience de bons sentiments ». Ils vont créer des pauvres, détruire des emplois, mais auront augmenté les prix des produits sucrés. Ça leur donne bonne conscience dans leur lamentable incompétence.

Pour faire cette loi inique, les politiciens bobos Français n’hésitent à se foutre de vous ouvertement.

La loi au titre foutage de gueule s’appelle « Loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire pour une alimentation saine, durable et accessible à tous. »

Je m’excuse à l’avance auprès des lecteurs de mon langage fleuri pour les oies blanches, cette loi aurait pu s’appeler la « loi de sodomisation du consommateur », le titre aurait été plus compréhensif et honnête pour tous. Confus de la vulgarité.

Et ne croyez pas qu’il y a un politicien de gauche ou droite pour rattraper l’autre. La commission alimentation regroupe quasi toutes les sensibilités politiques. 45 députés sur 532 ont participé au vote…. Une honte !

La loi montre aussi que la France paye des députés à ne rien avoir a foutre de ce qui touche tous les français et montre que 90% ne servent a rien.

Il y a des moments ou on se pose la question de remplacer la démocratie des rentiers politiciens  des élections, par la sortition pure ne serait pas un gain d’argent et bienfait pour la collectivité.

Cette loi est sur le papier un bonheur pour les technocrates de l’état qui dépensent sans compter. Ils espèrent se gaver des taxes et propulser la France comme 1er pays de la taxe à un niveau stratosphérique qu’aucun pays communiste n’a jamais égalé.  La France sur la route de paupérisation et du misérabilisme. Au 1er février, débute une nouvelle étape… Vous  en prendrez conscience en présentant votre carte bancaire dans quelques semaines..

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Spartacus pour Dreuz.info. (son site)

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz