Publié par Michel Onfray le 15 janvier 2020

Source : Lemondejuif

Le philosophe, invité de l’émission “Et en Même Temps” ce dimanche, faisait référence à l’agression antisémite d’Alain Finkielkraut par un gilet jaune proche de la mouvance salafiste, en février 2019.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

“Aujourd’hui, il y a une espèce de honte de la République à être républicaine, une incapacité de la République a affirmé ses valeurs”, a-t-il commencé, faisant notamment référence à l’agression verbale d’Alain Finkielkraut par un homme proche de la mouvance salafiste en marge d’un rassemblement des gilets jaunes, en février 2019, et alors que la France vient de commémorer le 5e anniversaire des attentats contre Charlie Hebdo, l’Hyper Cacher  et Montrouge.

“On ne peut pas dire qu’on aime la liberté, l’égalité, la fraternité, la laïcité et le féminisme, ce qui constitue les fondations de la République, ce que je défends”, a-t-il poursuivi: “Et puis défendre des gens qui disent ‘on n’en a rien à faire de la liberté, on n’en a rien à faire de l’égalité, on se moque de la fraternité, on se moque des homosexuels, des femmes’. Vous avez la possibilité aujourd’hui d’être raciste, d’être homophobe, d’être antisémite. Il vous suffit juste de dire que vous le faites au nom du Coran”, a affirmé Michel Onfray. Avant d’ajouter: “Mais ça, on n’a pas le droit de le dire.”

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz