Quantcast
Publié par Gaia - Dreuz le 16 janvier 2020

Source : Bfmtv

La justice enquête sur l’usage des moyens qui ont été mis à la disposition de Ségolène Royal en tant qu’ambassadrice des pôles.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La situation de Ségolène Royal s’enlise. Le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire visant l’ancienne ministre socialiste, révèle ce mercredi la cellule investigation de Radio France, une information dont BFMTV a eu confirmation. La justice s’intéresse à ses activités en tant qu’ambassadrice des pôles – critiquées depuis de nombreuses semaines – et sur la manière dont les fonds qui lui ont été versés par le Quai d’Orsay et le ministère de la Transition écologique ont été utilisés.

Une enveloppe de 100.000 euros lui a été attribuée et trois collaborateurs ont été mis à sa disposition afin de mener à bien ses missions. Or, en novembre dernier, l’hebdomadaire Le Point et France Info ont publié des enquêtes pointant le comportement de Ségolène Royal, l’accusant de se servir de sa fonction – pour laquelle elle n’est pas rémunérée – et de ses collaborateurs pour promouvoir des activités personnelles.

Promotion de ses activités personnelles

Deux députés UDI et LaREM l’ont également accusée d’avoir utilisé l’enveloppe allouée pour ses frais d’ambassadrice à des fins personnelles, par exemple pour la promotion de son livre (Ce que je peux enfin vous dire, réédité en poche fin 2019). L’intéressée se défend en soulignant que son travail d’ambassadrice est « bénévole ».

Depuis hier, la situation s’envenime: après avoir vivement critiqué l’action du gouvernement, Ségolène Royal a annoncé que l’exécutif envisageait de « mettre fin » à ses fonctions d’ambassadrice des pôles. L’ancienne ministre de la Transition écologique s’estime déjà licenciée et assure qu’elle n’entend pas se taire.

« Tout est en règle »

Sur Twitter, Ségolène Royal a rapidement réagi à l’annonce de l’ouverture de cette enquête par le PNF, estimant qu’il n’y a « rien de nouveau ». « Retrouvez toutes les explications cet après-midi sur Facebook », a-t-elle ajouté. 

« A ce stade, elle n’a rien reçu. Que l’enquête se déroule, tout est en règle, tout est contrôlé par le contrôleur financier », a pour sa part commenté l’entourage de l’ancienne ministre auprès de BFMTV.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz